Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Restauration 21 La Revue Durable Néo Planète Décisions Durables Up ! CO2 mon amour Le marché citoyen
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.

Alimentation

Cuisse de grenouille et escargot

CUISSE DE GRENOUILLE ET ESCARGOT

Représentatifs des Français ou bien juste de Charentais, les grenouilles et les escargots sont emblématiques de la gastronomie française et des Français.

“Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille, il pleut, il fait pas beau, c’est la fête à l’escargot”… La grenouille et l’escargot font partie intégrante de la culture française – comptines, fables, expressions – mais aussi de sa gastronomie ! Ce qui nous vaut, de la part de nos voisins anglais, le sobriquet plus ou moins affectueux de « mangeurs de grenouilles » (Frog-eaters) ou ses diminutifs de Frogs ou Froggys (quand nous aimons les appeler les Roastbeef… ). On apprécie aussi pourtant ces petits animaux dans le sud des Etats-Unis et en Asie. Mais comment ces animaux se retrouvent-ils dans nos assiettes ? Sont-ils sains ? D’où viennent-ils ?


-> lire l'article
Sac plastique

SAC PLASTIQUE

Emblématique de notre société de consommation de masse, le sac plastique à usage unique a des impacts environnementaux importants, du berceau à la tombe, et se trouve peu à peu mis à l'index dans tous les pays du monde...

Apparu dans les années 60, le sac plastique est lié à l’âge d’or de la consommation de masse et des supermarchés, qui distribuent encore aujourd’hui les trois quarts des sacs plastique en France. Il est même devenu le symbole de nos modes de consommation actuels et de leurs effets sur l’environnement : simple et léger, il porte jusqu’à 2000 fois son poids d’achats en tout genre ; jetable par essence, il a finalement un impact sur l’environnement bien plus important que d’autres produits plus consommateurs de matières plastiques et de pétrole ; enfin, sa gratuité apparente masque au consommateur son coût réel,  tant économique (le prix des sacs plastiques est répercuté sur les produits vendus par les magasins) qu’écologique (le coût de ses « externalités » n’est pas visible, qu’il s’agisse de la consommation de ressources pétrolières non renouvelables ou de son traitement en fin de vie).


-> lire l'article