Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Restauration 21 Néo Planète Le marché citoyen CO2 mon amour Up ! La Revue Durable Décisions Durables
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Cosmétiques

COSMÉTIQUES

Il y a de la paraffine dans ma crème de jour, des tensioactifs dans mon shampoing, des phtalates dans mon parfum. Et dire que je me tartine tout ça sur la peau chaque matin ! Nous sommes de plus nombreux à refuser de faire subir n'importe quoi à notre épiderme. Se faire belle ou beau, oui, mais pas au mépris de notre santé ni de la planète.

Voilà, le doute est semé dans le grand public. Il aura suffi de quelques campagnes de Greenpeace (« Parfums de scandale », Vigitox), et d’une émission dans Envoyé Spécial sur France 2 en mars 2005 (jetant l’opprobre sur les parabens, des conservateurs accusés d’être à l’origine de cancers du sein). Depuis, d’autres molécules figurant couramment dans les cosmétiques sont au banc des accusés : formaldéhydes (classés cancérogènes), PEG et PPG (émulsifiants issus d’un gaz toxique), entre autres.
Mais il y a deux bonnes nouvelles. D’abord, la réforme européenne Reach devrait faire un peu le ménage dans tout ça. Ensuite, ces secousses médiatiques ont relancé la mode de la cosmétique bio. Des marques pionnières trouvent une nouvelle jeunesse (Weleda, Cattier). Beaucoup d’entreprises récentes font une belle percée (Les douces Angevines, Doux me). Et les gros du secteur s’y mettent aussi (L’Oréal achète Sanoflore, Yves Saint-Laurent lance une ligne avec Stella Mac Cartney, Nuxe a une gamme labellisée).
Et nous dans tout ça, on redécouvre le plaisir des gestes ancestraux de beauté. Une huile végétale pour nourrir la peau, des colorations pour les cheveux à base de plantes… Il souffle comme un vent de simplicité qui nous engage à ne pas surconsommer, et à ne plus consommer n’importe quoi. Allez savoir : cela pourrait bien nous rendre de plus en plus beaux !

Afficher Masquer

Le saviez-vous ?

  • Les Français restent les premiers consommateurs de cosmétiques au monde (avec les Américains et les Japonais) et les champions européens de la consommation de lingettes jetables.

  • Les ventes européennes de cosmétique bio croissent de 20% par an et la France est, avec l’Allemagne, l’un des deux pays affichant la plus forte croissance :  depuis 2005, les ventes augmentent de 40% par an dans l’hexagone, où plusieurs labels sont disponibles pour la cosmétique bio et naturelle (Cosmebio, Ecocert, Nature et Progrès, Demeter, BDIH - label allemand de la cosmétique naturelle). En France, la cosmétique bio représente un peu plus de 3% du total.

  • De plus en plus de majeurs de la cosmétique développent des gammes bio parmi leur gamme classique. La cosmétique bio entre ainsi dans les grandes surfaces et les magasins spécialisés et sort du ghetto bobo dans laquelle elle était jusque là cantonnée. Ainsi, Ushuaïa a développé une gamme de 6 gels douche certifiés cosmébio.  Yves Rocher, la marque de cosmétique historiquement portée sur la cosmétique végétale, a annoncé la sortie en octobre 2008 de sa gamme de soins du visage, "culture bio". Les parfumeries Marionnaud se sont aussi lancé dans le bio, avec une gamme de soins à l'huile de prune. Côté marques de distributeurs, c'est Carrefour qui, avec sa gamme "agir carrefour" a introduit le premier le marché.

  • La cosmétique bio et naturelle interdit aussi les tests sur les animaux, les OGM, les pigments, colorants et parfums de synthèse, les huiles minérales, les silicones, des procédés de fabrication néfastes pour l’environnement (l’irridiation par exemple).

  • Une directive européenne de 2003 programme la fin de l’expérimentation animale. Cette interdiction est déjà effective pour les produits finis, mais pas encore sur les ingrédients (qui ne seront  plus testés sur les animaux à partir de 2009). En attendant, l’association One Voice affirme que les tests cosmétiques ont pourtant augmenté de 107% en 2005.

  • L’International Nomenclature of Cosmetic Ingredients (INCI) est la langue commune à toute l’Union européenne pour lister les ingrédients des cosmétiques sur les emballages, mais elle n’est pas forcément compréhensible du grand public. Les composants (en latin ou en anglais) sont donnés dans un ordre décroissant, en fonction de leur quantité.
Afficher Masquer

Les trucs verts à connaître

1. LES SAVONS ET GELS DOUCHE

Vous êtes plutôt savon ou gel douche ? Savon ? Tant mieux. Cela fait des économies d’emballage et cela coûte moins cher. Mais attention, si vous  n’achetez pas un savon labellisé, vérifiez bien sa composition. Dans la plupart d’entre eux, on trouve de l’EDTA, une molécule qui sert de liant, à la fois toxique et difficilement dégradable. Mais dans les formules les plus naturelles on ne trouve que des bonnes choses : des huiles végétales, éventuellement enrichies avec du beurre de karité, du lait, de l’argile et des huiles essentielles pour les parfums. Il y a les adeptes du savon d’Alep : de l’huile d’olive et de baies de laurier, de l’eau, de la soude. Et ceux qui préfèrent le savon de Marseille. Dans sa version originale, c’est un mélange d’huiles (coprah, palme, olive), d’eau et de soude. Mais encore une fois, lisez les étiquettes, car l’appellation n’est pas contrôlée. On peut dans certains retrouver des parabens, de l’EDTA, des parfums de synthèse… Vous n’aimez que les gels douche ? Choisissez-les labellisés en bio ou naturels. C’est une garantie sur les ingrédients mais cela prouve aussi que le fabricant fait des efforts sur les emballages. Vous en trouverez même en grande surface, sous la gamme "agir" de Carrefour ou Ushuaïa, qui propose 6 gels douche certifiés cosmébio.

2. LES SHAMPOOINGS

Pour avoir une crinière de rêve et écolo en même temps, abandonnez quelques mauvaises habitudes. Se laver les cheveux tous les jours ? C’est un cercle vicieux. Quand on a les cheveux gras, on irrite le cuir chevelu qui produit encore plus de sébum, ce qui donne envie de les relaver aussitôt, etc. Autres mauvaises habitudes qui font les cheveux secs, cassants, ternes : le sèche-cheveux et les permanentes.
Et maintenant que vous préservez votre chevelure, tout en économisant l’eau et l’énergie, balayons encore une idée reçue : la mousse est 100% marketing et 0% effet lavant. En clair, elle ne sert à rien, si ce n’est à ajouter dans les shampoings des tensioactifs synthétiques agressifs. La cosmétique bio les remplace par des ingrédients végétaux qui moussent beaucoup moins. Ce qui ne veut pas dire que vos cheveux seront moins propres !
Pour remplacer les après-shampoings, les huiles végétales font merveilles : argan, coco, jojoba, karité... On les applique sur les cheveux au moins vingt minutes avant le shampoing. On peut aussi laisser toute une nuit pour un masque super-réparateur et enrouler la tête dans une serviette chaude (pour ouvrir les écailles et laisser l’huile pénétrer le cheveu). Les cheveux fins préfèrent le henné (75g de henné, une cuillère à soupe d’aloe vera, 2 cuillères à soupe de l’huile végétale de votre choix et un peu d'eau pour lier la préparation : laissez poser une demi-heure et lavez).
Quant au vinaigre de nos grands-mères, il n’a pas besoin de campagne de pub, pour prouver son efficacité. Versez une cuillère à soupe de vinaigre de cidre bio dans un demi-litre d’eau. Ce liquide de rinçage rééquilibre le pH du cuir chevelu, dissout le calcaire de l’eau et vous fait des mèches brillantes et souples.

3. LES PRODUITS DE BEAUTE

Vous y croyez encore vous, à la crème magique qui donne dix ans de moins ? Alors lisez bien ces chiffres. Selon Rita Stiens (dans « La Vérité sur les cosmétiques », éditions Leduc.s), réduire la profondeur de vos rides de 15%, cela correspond à 0,001 mm en moins, c’est-à-dire un résultat invisible à l’œil nu. Oubliez donc ces publicités qui vous somment de paraître éternellement jeunes (et minces : car la démonstration vaut aussi pour les crèmes amincissantes). Bienvenue dans un univers où chaque femme (et homme) peut se trouver belle (ou beau) sans pour autant se mouler dans des carcans.
Aider votre peau à vieillir en beauté, cela commence par un nettoyage en douceur, matin et soir. On trouve toutes sortes de laits démaquillants labellisés bio ou commerce équitable, comme chez Alix clay. Mais une bonne huile d’amande douce fait aussi très bien l’affaire. Complétez cette toilette de chat par un pschitt d’eau florale (de rose, de géranium, de fleur d’oranger) en guise de lotion.
Vous choisirez ensuite une crème selon vos goûts et votre peau. Celles labellisées bio vous garantissent une base sans huile de paraffine (issue de la pétrochimie). A la place : des huiles ou des cires végétales. Le reste, ce sont des conservateurs doux et des principes actifs du type vitamine E (anti-oxydante) ou huiles essentielles.
Mais une fois de plus, les huiles végétales basiques peuvent suffire. Celles de rosier de muscat et d’argan sont de très bons soins antirides. L’huile de jojoba est restructurante et rééquilibrante.

4. LE DENTIFRICE

Les dentifrices sont pleins de substances allergènes ou irritantes que personne n’est supposé ingérer : solvants, parabens, colorants, tensioactifs (pour faire mousser). Mais que celui qui n’a jamais avalé de dentifrice me jette la première brosse à dents (avec tête amovible évidemment, qu’on remplace une fois usée en gardant le manche pour produire moins de déchets) ! D’ailleurs en 2007, des dentifrices fabriqués en Chine et contenant du diéthylène glycol (DEG), une substance chimique utilisée comme solvant ou épaississant et qui venait d’être interdite dans les cosmétiques puisqu’elle est toxique lorsqu’elle est ingérée, ont été retirés du marché. Souvent, le dentifrice contient aussi du fluor (qui protège les dents mais est toxique lorsqu’il est ingéré, d’où sa présence en petites quantités dans les tubes pour enfants et la controverse qui l’entoure en général) et du triclosan, un antibactérien qui finit dans les eaux usées et que les stations d’épuration ne parviennent pas à éliminer, alors qu’il est toxique pour l’environnement. J
On préfère donc les dentifrices bio, sans aucun de ces ingrédients de synthèse controversés qui sont remplacés par des plantes : de la sauge aux vertus toniques et anti-infectieuses, de l’anis ou de la menthe pour lutter contre les bactéries, etc. Dans la lignée des marques pionnières Weleda (vendu en pharmacie) ou Melvita (en magasin spécialisé), les dentifrices bio sont désormais disponibles en grande surface : pour environ 3 euros à chaque fois, Carrefour dans sa gamme Agir propose ainsi un dentifrice à la menthe, cependant que la marque Vademecum a sorti en 2009 un dentifrice contenant du fluor mais certifié Cosmébio – ce qui garantit qu’il ne contient pas de paraben par exemple, et que 99%  de ses ingrédients ont une origine naturelle, 10% du total étant en outre issus de l'agriculture biologique.
Pour une efficacité maximale, on peut verser une ou deux gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé sur sa brosse : elle renforce l’hygiène et la blancheur des dents.

5. LES DEODORANTS

Les sels d’aluminium (ou aluminium chloride ou aluminium chlorhydrate) contenus dans les déodorants antitranspirants sont accusés de provoquer inflammations ou eczéma et de pénétrer dans le corps jusque dans le lait maternel. La cosmétique bio leur préfère des plantes antibactériennes comme la sauge, même si elle est un peu moins efficace. Et pour prévenir les odeurs désagréables : se laver soigneusement avec du savon et se raser ou épiler les poils, qui sont de vrais nids pour les bactéries. Autre alternative naturelle : la pierre d'alun, un minéral (sulfate double d’aluminium et de potassium) qui laisse sur la peau, après avoir été humidifiée légèrement, une fine couche saline qui combat les bactéries causant les odeurs de transpiration, sans pour autant bloquer les pores ou empêcher le processus naturel. Autres avantages : la pierre peut durer des années, si elle n'est pas cassée accidentellement, et elle est aussi hémostatique et efficace pour stopper les petits saignements des coupures dues au rasage. Attention : la pierre d’alun naturelle, extraite de mines, est signalée sur l’étiquette par le terme "Potassium Alun".

Pour en savoir plus, consultez notre fiche produit déodorant

6. LES PARFUMS

Chaque année, dans l’industrie du parfum, c’est le grand déballage : 400 nouveautés lancées à grand renfort de marketing et avec emballage à gogo (l’un et l’autre représentent environ 50% du prix d’un parfum). On n'en demande pas tant. D’autant qu’à l’intérieur d’une grande partie de ces flacons sensés nous faire rêver, Greenpeace a décelé des substances toxiques. En 2005, l’ONG décryptait la composition chimique de 36 eaux de toilettes et parfums, publiant les résultats dans son étude « Parfum de scandale ». Tous les flacons contenaient du musc de synthèse (qui perturbent les hormones) et des phtalates, deux substances contaminant le sang et le lait maternel.
Côté bio et naturel, on a certes un choix bien moindre, mais le plaisir des huiles essentielles vaut tous les flacons dorés du monde. Cosmebio a apposé son logo sur quelques compositions, chez L’Artisan Parfumeur, Patyka, Cattier ou Florame.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche produit parfum

7. LES PRODUITS SOLAIRES

Il existe deux sortes de filtres solaires, les synthétiques et les minéraux. Les premiers sont allergisants et soupçonnés d’avoir un effet hormonal. On retrouve les seconds dans les crèmes solaires bio. Mais il y a un hic. Les filtres minéraux laissent un film blanc sur la peau. Pour l’éviter certains fabricants les utilisent sous forme de nanoparticules, controversées car soupçonnées notamment d’endommager l’ADN de la peau. Et comme rien n’oblige à indiquer sur l’emballage le recours aux nanoparticules, les consommateurs qui veulent se dorer la pilule sans elles sont bien embêtés. Il ne leur reste plus qu’à se méfier des crèmes à filtre minéral qui ne laissent pas de film blanc et à interroger les fabricants pour en avoir le cœur net. Pour les expositions courtes, on peut une fois de plus compter sur les huiles végétales (toujours elles). Celles de jojoba, de sésame ou le beurre de karité ont l’effet d’un filtre léger. Et pour l’après-soleil, quelques gouttes d’huile de macadamia au parfum de noisettes grillées font un excellent soin réparateur.

8. LA COLORATION POUR LES CHEVEUX

Pour changer de tête en évitant métaux lourds et amines aromatiques, c’est encore et toujours vers le végétal qu’on se tourne. Quelques précautions d’abord. Si les cheveux ont déjà subi des colorations de synthèse, on les « détoxine » avec des masques à l’argile pendant plusieurs semaines. Ensuite, on oublie son fantasme de changement radical : une brune ne peut pas devenir blonde avec des teintures végétales et on peut difficilement couvrir une chevelure toute blanche.
Les puristes choisissent le 100% naturel. Rien que des poudres de curcuma, cannelle ou hibiscus mélangées à des huiles végétales qui gainent le cheveu et le fortifient comme un soin. Pour ceux-là, seules deux marques sont dignes de confiance, Logona et Terre de couleur.
Parmi les autres produits disponibles dans les magasins bio, beaucoup mélangent chimie et végétal. Et la plupart des coiffeurs dits naturels ont recours à la marque Eos de Wella qui est végétale à 80%.
Enfin, si vous aimez le henné, préférez le henné naturel. Le henné noir est chargé en sel d’aluminium et de plomb.

9. LES PRODUITS POUR BEBE

Gammes complètes de produits qui « sentent » le bébé (à grand renfort de parfums de synthèse), eaux de toilettes pour nourrisson… Est-ce vraiment nécessaire ? Encore une fois, il est bon de revenir aux basiques. Sans abus. Car la peau des bébés a surtout besoin qu’on la laisse tranquille. De plus en plus de voix affirment même qu’il n’est pas utile de les baigner tous les jours.
Pour le nettoyage des fesses, du liniment oléocalcaire fait l’affaire. C’est un mélange d’huile d’olive et d’eau de chaux qu’on trouve en pharmacie, ou qu’on peut réaliser soi-même (un volume d’eau de chaux pour un volume d’huile, on mélange, c’est prêt).
L’huile d’amande douce soigne les irritations de la peau, sert aussi bien pour les toilettes de chat que pour les massages.
Et on peut abuser sans souci des eaux florales, de rose (adoucissante), de fleur d’oranger (apaisante) ou de bleuet (qui décongestionne les yeux).

Pour en savoir plus, consultez notre truc vert bébé

10. LE MAQUILLAGE

Les marques bio se sont vraiment décarcassées ces derniers temps pour sortir des gammes de maquillages aux textures et aux couleurs attrayantes. On a plaisir à s’offrir les ombres à paupières et mascara de Weleda, Dr. Hauschka, Logona, Lavera, ou Couleur Caramel et même des vernis à ongle de la marque Sante. Produire du maquillage de qualité sans métaux lourds et colorants azoïques présumés toxiques, ça n’était pas gagné d’avance. On leur dit merci.

11. LE COTON A DEMAQUILLER

Et qui dit maquillage dit évidemment... démaquillage. Plutôt que de vous jeter sur les disques en coton à usage unique, optez pour d'autres solutions, beaucoup plus écologiques, économiques, et tout aussi respectueuses de votre peau. La bonne vieille méthode du démaquillage au savon et à l'eau tiède est encore la plus simple: elle permet d'éliminer toutes les traces de maquillage et de pollution accumulées pendant la journée. Vous pouvez également choisir des lingettes lavables et réutilisables, à acheter en ligne ou à fabriquer vous-mêmes. Nettoyez votre visage avec un lait doux, quitte à le fabriquer à la maison. Si vraiment vous ne pouvez pas vous passer de la douceur du coton, optez dans ce cas pour du coton bio et/ou équitable, désormais disponible même en grande surface, en disques ou en paquet. Veillez à vous en servir avec modération: pas besoin d'utiliser la moitié du sachet pour que votre peau soit débarrassée de ses impuretés. Et gardez à l'esprit que le coton, c'est certes une matière végétale, donc à priori naturelle, mais qui souffre souvent de conditions d'exploitation pas forcément optimales d'un point de vue social ou environnemental: il nécessite notamment des tonnes d'engrais et de pesticides, réduit la biodiversité, fait des milliers de kilomètres en transport, peut même être OGM... Alors le coton, vraiment une bonne solution?
Afficher Masquer

La question qui tue !

Les huiles végétales laissent-elles la peau grasse ?

Les huiles ont beau être composées à 100% de corps gras, elles ne laissent pas forcément la sensation de s’être roulé(e) dans du saindoux. La plupart mettent quelques secondes de plus que les crèmes à pénétrer la peau, mais c’est tout. Certaines sont même qualifiées d’« huiles sèches », pour leur fort pouvoir de pénétration. C’est le cas de l’huile de macadamia, de noyau d’abricot, de jojoba, de sésame. On peut les appliquer sur une peau humide ou après un pschitt d’eau florale sur le visage, le mélange huile+eau se fait légèrement crémeux. Et contrairement à l’huile de paraffine issue de la pétrochimie qui forment un film, les huiles végétales laissent respirer l’épiderme.
Afficher Masquer

Où trouver ça ?

Avec le MARCHE CITOYEN : trouvez les commerçants bio, équitables ou solidaires près de chez vous !

- Cosmétiques


Les magasins bio :

www.naturalia.fr
www.biocoop.fr
www.lavieclaire.com
www.satoriz.com

Les magasins spécialisés
www.natureetdecouvertes.com
www.resonances.fr

Les marques en grande surface ou en magasins spécialisés
www.floressance.tm.fr
www.snobioflowers.com
www.yves-rocher.fr
www.marionnaud.fr

Les marques dans les pharmacies et parapharmacies
www.weleda.fr
www.sanoflore.net
www.nuxe.com (gamme Bio Beauté)

Les boutiques en ligne
www.beautyartyconcept.com
www.biotissime.fr
www.cosmetiquesbio.net
www.mademoiselle-bio.com
www.princesse-bio.com
www.forest-people.com
www.cosmaterra.fr et www.cosmaterra-homme.fr
www.alixclay.com
envoyer l'article : Cosmétiques