Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Camif Camif Camif Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Néo Planète Le marché citoyen e-RSE.net Décisions Durables Up ! CO2 mon amour Restauration 21 La Revue Durable
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.

Vie perso

Banques

BANQUES

Du choix de la banque aux produits financiers dans lesquels vous placez votre épargne, en passant par les éco-prêts pour la rénovation écologique de votre logement, les factures électroniques et même le ticket des distributeurs automatiques de billets, voici de quoi faire travailler votre argent... à changer le monde !

Votre banque est-elle bonne pour l'environnement ? Et votre argent ? On pense souvent que les banques ont peu d'impacts sur l'environnement, en tant que sociétés de services. Ou que leur impact se résume à leur consommation directe d'énergie, de papier, d'encre et de matériel de bureau. Et pourtant… C'est oublier que l'argent des banques (et donc en partie le vôtre) sert indirectement à financer des projets qui ont eux des impacts directs sur l'environnement et la santé : infrastructures pétrolières, industries chimiques, autoroutes, etc.Votre banque a donc une  véritable influence, à travers la manière dont elle place l’argent , à travers les entreprises qu’elle finance, et les conditions qu’elle impose lorsqu’elle accorde un prêt à un projet industriel. A un niveau plus local et quotidien, votre banque peut aussi agir en vous proposant, à des taux intéressants, des produits de placement et des prêts permettant de financer des projets à vocation écologique et solidaire : entre l'épargne solidaire, l'investissement social responsable (ISR) et les prêts "verts" pour faire des travaux ou consommer écologique, le choix ne manque plus.


-> lire l'article
Publicité

PUBLICITÉ

Dans un contexte où les publicités utilisant l'argument environnemental se multiplient, comment faire le tri et préserver son environnement visuel et mental en prévenant le harcèlement publicitaire ?

La publicité, le marketing et l'écologie font-ils bon ménage ? Difficile de dire oui : d'un côté, les allégations qui vantent de plus en plus fréquemment les avantages écologiques des produits et services sont souvent peu, voire pas du tout fondées. De l’autre,  les labels écologiques officiels, les labels privés des marques et les faux labels se multiplient, ce qui est source de confusion pour le consommateur.
L'augmentation très importante ces derniers temps de l'utilisation d'allégations écologiques ne signifie malheureusement pas que de nombreux produits et services sont soudain devenus plus écologiques. Le secteur de la communication (annonceurs et agences de communication) a seulement fait de l'écologie un simple argument de vente comme un autre.
Cette sur-exploitation de l'écologie pour vendre brouille les repères du consommateur sur ce qui est vraiment écologique. Pire encore, elle est source de méfiance : selon une "Enquête sur les attitudes et comportements des Français face à l'environnement" (ADEME/IPSOS - juin 2006), ceux-ci estiment aujourd'hui que les déclarations environnementales ne sont pas claires (60 %), pas suffisantes (71 %), qu'ils n'ont pas la garantie que le produit a bien les qualités qu'il dit avoir (57 %) et 38 % estiment encore que les déclarations ne sont pas scientifiquement fondées.
Enfin, autre impact écologique de la publicité à ne pas négliger, l'inondation de prospectus, qui contribue de manière conséquente à alourdir le poids de nos déchets.
Dans ce contexte, comment s’y retrouver et savoir à quelles allégations accorder du crédit ? Et comment prévenir le harcèlement publicitaire dont nous sommes parfois victimes ? Voici un petit guide de la consommation raisonnée de publicité.


-> lire l'article
Vie sexuelle

VIE SEXUELLE

Quoi de plus écologique et naturel que la bagatelle ? Pourtant, un peu de vigilance reste nécessaire, parfois, pour éviter que nos ébats ne fassent des éco-dégâts...

Plus que tout autre exercice, la bagatelle est en effet un petit bijou écologique : dans sa forme la plus dépouillée, nulle autre énergie que celle du corps n’est sollicitée ; aucun accessoire n’est absolument nécessaire ; elle fait du bien sans perturber qui que ce soit.
Et s’il y a bien un endroit où être un cochon est permis, c’est dans son lit.  "Faites l’amour, pas la guerre !" criaient les audacieux soixante-huitards. Après le rose de l’émotion, le rouge de la passion, le sexe se décline en vert. Attention, comme l’être humain adore faire compliqué, sa bête à deux dos, quand elle est outillée, peut tout de même avoir quelques impacts sur l’environnement.


-> lire l'article