Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie Monoprix Nature & Découvertes  L’ARBRE VERT 1ère marque des produits écologiques pour votre quotidien ! PagesJaunes
Partenaires Medias
TF1 Conso Néo Planète La Revue Durable Décisions Durables Le marché citoyen Le Mouv' CO2 mon amour
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Fleurs

FLEURS

Théoriquement porteurs d'un message d'amour ou d'affection, l'histoire de nos bouquets n'a pourtant rien de romantique, la plupart du temps. Petit guide pratique pour une révolution par les fleurs...

Depuis le « flower power » des années 60, l’eau a coulé sous les ponts et la fleur a quitté les fusils… pour devenir une arme économique puissante. Dans certains pays comme la Hollande ou le Kenya, l’exportation de fleurs coupées est une véritable manne financière, qui fait vivre des dizaines voire des centaines de milliers de personnes et rapporte des dizaines de millions de dollars par an. Résultat : hier encore symbole d’attention aux Hommes et à l’environnement, la fleur est aussi devenue le symbole inattendu de la mondialisation de notre économie, puisqu’on estime aujourd’hui qu’une fleur coupée peut parcourir plus de 3 000 kilomètres avant de venir garnir les vitrines de nos fleuristes  ! Et l’histoire de nos bouquets n’est pas toujours rose…

Afficher Masquer

Le saviez-vous ?

  • Les Pays-Bas restent le premier producteur de fleurs au monde mais la concurrence des pays du Sud se renforce depuis les années 90, avec en tête la Colombie, le Kenya et le Zimbabwe. Pour preuve, en 2003, 43% des roses européennes venaient du Kenya, 19% d’Equateur et 16% du Zimbabwe ; 91% des orchidées venaient de Thaïlande ; 71% des glaïeuls étaient importés de Colombie ; pire encore, pour le feuillage, qu’on imagine issu de la forêt voisine, 36% était importé d’Inde, 21% de Chine et 15% d’Afrique du Sud. Pour les pays producteurs, l'horticulture est devenue une source de revenus considérable: c’est le deuxième secteur générateur de devises juste après le thé au Kenya, par exemple.  Conditions climatiques favorables, luminosité parfaite : ces pays rassemblent naturellement tous les éléments nécessaires à la culture floricole. Ajoutez à cela la main d'œuvre bon marché et les accords d'échange préférentiels entre certains pays africains et l'Union Européenne, et vous comprendrez pourquoi la délocalisation de la production de fleurs dans les pays du Sud semble aujourd’hui être devenue la règle dans le secteur.
  • 85% des fleurs importées voyagent par avion : un transport qui génère des émissions de CO2 importantes (570 à 1580g par tonne de roses et par kilomètre par exemple, contre 800 g de CO2 par tonne de roses par kilomètre pour les camions réfrigérés). Malgré cela, le bilan énergétique d’une rose cultivée au Kenya (avec transport par avion) reste inférieur de moitié (335g de CO2) à celui d'une rose issue d’une serre hollandaise chauffée et éclairée 24 heures sur 24 (670g) . Il n’en reste pas moins qu’un bouquet de 25 roses équivaut du coup à une promenade en voiture de 20 kilomètres...

  • L’industrie horticole est fortement créatrice d'emplois dans les pays du Sud. Au Kenya, la rose fait vivre un demi-million de personnes , une main d'œuvre que l'on estime à 30 personnes par hectare. Idem pour la Colombie où les exportations de fleurs représentent la troisième exportation nationale après le café et la coca, et où la floriculture emploie plus de 80 000 femmes qui travaillent dans les serres, cueillant chacune plus de 400 fleurs par jour 
  • Mais les conditions de travail dans les plantations des pays du Sud laissent à désirer : les rémunérations sont faibles (en Colombie, il faut au minimum trois salaires dans les plantations de fleurs pour couvrir les besoins de base d’une famille) et la majorité de ces contrats sont temporaires. Au Kenya, 65% des contrats sont saisonniers et le salaire moyen d’un ouvrier au sud est estimé à 2€ par jour . Avec des coûts de production tout aussi bas, un kilo de roses (20 roses environ) produites au Zimbabwe est ensuite acheté 3.5€ par les grossistes hollandais et revendu en moyenne 20€ sur le marché européen .
  • A cela s'ajoute enfin l’impact des  produits chimiques et pesticides puissants utilisés dans ces pays (quoique souvent interdits en France) pour assurer la résistance des fleurs au transport et aux insectes. Ces méthodes de production présentent des risques importants, en premier lieu pour l’environnement, l'eau et les sols  : au Kenya, le lac Naivasha est pollué par une floriculture en pleine croissance . Mais aussi pour les travailleurs de ces fermes, ou plutôt pour les travailleuses car l'industrie emploie une majorité de femmes, qui n'ont souvent pas de protection adéquate (gants, chaussures fermées, vêtements de travail, etc). Une étude menée auprès de 8 000 ouvriers dans des plantations proches de Bogota en  Colombie a démontré que les travailleurs étaient exposés à 127 types de pesticides, dont 3 sont considérés comme étant extrêmement toxiques par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) . Résultat : en Tanzanie par exemple, 60% des ouvriers travaillant dans les exploitations floricoles souffriraient de maux de  tête, de troubles de la vue, de douleurs à la poitrine et de réactions  allergiques parfois graves, caractéristiques d'un mauvais usage des produits chimiques toxiques.
Afficher Masquer

Bonnes nouvelles

  • Sous la pression des ONG, des syndicats, des institutions internationales, des directives de l'Union Européenne et de l'OMC, quelques tentatives de code de conduite ont été initiées, en Colombie par exemple. Mais les chances de respect d'un code de conduite volontaire sont faibles dans un pays où le gouvernement peine à faire appliquer les lois locales, déjà peu exigeantes . Au Kenya en revanche, les codes de conduite sont assez courants et les producteurs, soucieux de prouver leur conformité aux codes européens, recherchent la certification via le Kenya Flower Council, une organisation créée en 1996 qui rassemble producteurs et exportateurs afin d'assurer le respect des normes locales et internationales de production portant sur les conditions de travail, y compris l'exposition aux pesticides. L’organisation, qui représente 65% des exportations, vérifie les pratiques des producteurs deux fois par an :  elle affirme que le salaire payé aux ouvriers par ses membres est d’environ 3 dollars par jour… alors qu’au Zimbabwe, le salaire moyen serait d’un demi-dollar par jour.

  • Face à ces problématiques, depuis 2001, le label de commerce équitable Max Havelaar a étendu aux fleurs son éventail de produits susceptibles d’être labellisés. Les exploitations floricoles certifiées par Max Havelaar (en Colombie, Equateur, Inde, au Kenya, en Tanzanie ou au Zimbabwe) s’engagent à respecter des critères sociaux, mais aussi écologiques. Les fleurs équitables ont été initialement lancées par la branche suisse de la Fondation Max Havelaar, en coordination avec le Flower Label Programme, créé en Allemagne en 1998 (FLP) et le MPS (une organisation hollandaise créée en 1993, dont le label certifiait initialement l’impact environnemental de la production et a étendu son travail pour couvrir les aspects sociaux), mais sont désormais présentes en France. Certains critiquent la démarche, arguant des impacts écologiques d'un service qui propose des "produits tropicaux disponibles été comme hiver" plutôt que d'encourager la production saisonnière locale.

  • La grande distribution, qui représente aujourd'hui une grande part du marché européen, commence à s'intéresser au problème. Ainsi, l'enseigne suisse engagée Migros propose depuis quelques années des roses et des œillets équitables labellisés Max Havelaar, et a par ailleurs créé un label-maison pour les plantes (MioPlant Natura). Parallèlement, en Grande-Bretagne, les magasins Tesco vendent depuis 2004 des roses équitables et l'enseigne américaine Whole Foods soutient depuis quelques années l'initiative d’Organic Bouquet , qui propose des services en-ligne d’achats de fleurs et fruits biologiques (roses, tournesols biologiques, mais aussi bouquets de lavande et de tulipes cultivées en agriculture bio-dynamique, etc).

  • Au Canada, on trouve même une entreprise spécialisée créée en 1986, Sierra Eco, qui importe et commercialise des fleurs provenant de fermes en Equateur et en Colombie avec des pratiques sociales et environnementales responsables et vérifiées. Et en France ? Les choses bougent plus lentement : quelques enseignes proposent désormais des roses Max Havelaar comme le grossiste Ethiflora qui distribue dans plusieurs points de vente. Mais rien ne semble bouger pour le moment du côté des grandes enseignes spécialisées ou des hypermarchés.

  • Enfin, le marché tout proche des plantes vertes bouge aussi. Une initiative soutenue par la Communauté Européenne, Fair Flowers Fair Plants (FFP) a récemment vu le jour en lien avec le label hollandais MPS. Il s’agit d’encourager les bonnes pratiques environnementales dans la production européenne…En Suède, l’ensemble des magasins Interflora ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils vendraient les plantes certifiées. Quant à l’antenne suisse de la fondation Max Havelaar, elle a étendu en 2004 son action de labellisation équitable aux plantes d’appartement, en provenance du Sri Lanka, à nouveau en partenariat avec les distributeurs Coop et Migros…
Afficher Masquer

Ce que vous pouvez faire

  • Les roses labellisées Max Havelaar se répandent doucement sur les étals depuis début 2006. En attendant qu'elles soient disponibles chez tous les fleuristes, commandez en ligne ou utilisez le pouvoir d’influence que vous donne votre position de consommateur : demandez à votre fleuriste habituel où et surtout dans quelles conditions ont été produites les fleurs que vous lui achetez, s’il ne sait pas répondre demandez-lui de se renseigner, d’essayer de référencer des roses équitables, etc.

  • Même s'il est vrai que la production de fleurs coupées en Europe est extrêmement consommatrice d’énergie (serres, réfrigération, transport routier, etc.) et là encore polluante, vous pouvez toujours vous opter pour des fleurs de saison, produites localement sans serre et qui offrent néanmoins des garanties sociales indéniables et de meilleures garanties environnementales. Comme les questions de traçabilité des produits ne sont pas aussi mises en avant dans l'industrie floricole, les boutiques qui commercialisent des fleurs issues de production européenne ne communiquent pas forcément la provenance. Encore une fois, n'hésitez donc pas à demander à votre fleuriste de quel pays ou région viennent ses fleurs, vous serez peut-être agréablement surpris !  Parmi les sites de ventes de fleurs produites en France, Approfleurs.com par exemple ne commercialise que des fleurs cultivées dans le Var. Pensez aussi aux marchés, voire même aux marchés biologiques où vous pourrez trouver des fleurs cultivées localement et sans produits chimiques !

envoyer l'article : Fleurs