Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Le marché citoyen Restauration 21 Néo Planète Up ! CO2 mon amour La Revue Durable Décisions Durables
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Pressing

PRESSING

Rideaux, couettes, manteaux d’hiver ou costumes trois pièces, le pressing n’a peur de rien : cette formidable invention qu’est le pressing, permet de tout nettoyer sans eau, y compris les textiles délicats, lainages ou soies.

Mais il implique généralement l’utilisation de solvants toxiques et polluants. Heureusement ces derniers pourraient bien disparaître dans les années à venir en faveur de solutions plus écologiques et moins problématiques pour notre santé.

Afficher Masquer

Le saviez-vous ?

  • Le nettoyage à sec a été inventé par un français en 1855 ! Jean-Baptiste Jolly, suite à une maladresse, renverse sur sa nappe le contenu d’une lampe à pétrole. Il remarque alors qu’après évaporation, la partie de la nappe qui avait été mouillée est remarquablement propre. En répétant cette expérience accidentelle en plongeant la nappe entière dans un bain de térébenthine, il s’assure de la propriété nettoyante de cette dernière.
  • Aujourd’hui, la substance majoritairement utilisée par les pressings est le perchloroéthylène, plus connu sous le nom de « perchlo ». La méthode utilisée est des plus simples : on place les textiles à nettoyer dans le tambour d’une machine à laver spéciale, qui n’utilise ni eau ni lessive, mais ce solvant.
  • Le perchloroéthylène est une substance classée « cancérogène probable » (catégorie 3) par l’Union Européenne ainsi que par le Centre international de recherche sur le cancer. Elle est très irritante pour les voies respiratoires, et neurotoxique (ce qui signifie qu’elle est susceptible d’attaquer le système nerveux central). De nombreux cas de maladies respiratoires et syndromes dépressifs ont été constatés parmi les employés de pressing, pouvant être mis en relation avec l’utilisation du perchloroéthylène. Des études épidémiologiques ont également mis en évidence sa responsabilité dans certains cancers (œsophage, rein, vessie, poumon, pancréas et col de l’utérus). Le perchloroéthylène est aussi toxique pour la reproduction mais sa classification est encore en discussion au niveau européen : le “perchlo”, comme l’appellent les professionnels, n’est pas – encore – considéré comme un agent MDR (cancérigène, mutagène et reprotoxique) mais comme un ACD (Agent Chimique Dangereux). A forte dose, le perchloroéthylène peut provoquer le coma : un cas de nourrisson est décédé subitement il y a une quinzaine d’années à cause de textiles, tout juste ramenés du pressing, mais insuffisamment essorés, qui avaient été entreposés dans la chambre où il dormait.
  • D’autre part, le perchloroéthylène est très volatil, et s’évapore donc très facilement. Le voisinage des pressings peut être lui aussi pollué par cette substance. Ainsi, les quelque 5 000 entreprises de nettoyage à sec en France et 90 d’entre elles utilisent du perchloroéthylène. Leurs activités libéreraient chaque années près de 8200 tonnes de perchlo dans l’air, et essentiellement dans des zones résidentielles. Rien qu’en région parisienne, les pressings utilisent 1180 tonnes de perchloroéthylène et en rejettent 860 tonnes dans la nature. Bien souvent il s’agit de petites entreprises qui ne respectent pas la réglementation en vigueur, imposant de fonctionner en circuit fermé et d’être doté d’un plan de gestion des solvants.
  • Le perchloroéthylène peut également être responsable d’une importante contamination des eaux. Chiffre frappant : un litre de perchloroéthylène pollue 1 000 000m3 d’eau.
  • Au-delà des impacts nocifs du perchloroéthylène, les pressings sont également responsables d’autres pollutions : par production de déchets (cartouches filtrantes, chiffons souillés, boues de perchlo, etc.) pas systématiquement traités comme ils le devraient, et qui rejoignent les ordures ménagères ou les égouts. Pour pallier à ce problème, et apporter des solutions concrètes au traitement des déchets des pressings, la région Rhône-Alpes a organisé en 2002 une grande campagne de collecte : elle avait ainsi permis de récupérer près de 70 tonnes de déchets considérés comme dangereux. D’autres opérations, sous le label « Pressing propre », ont eu lieu dans bon nombre de régions françaises depuis, avec prestataires agréés pour gérer ces types de déchets, et aides financières aux entreprises participantes pour mettre en place des systèmes efficaces de gestion de leurs déchets.
  • Aux Etats-Unis, l’Agence de l’Environnement (EPA) prévoit d’interdire d’ici 2020 toutes les entreprises de nettoyage à sec situées dans des bâtiments résidentiels. Le Danemark interdit déjà depuis 2003 l’ouverture de tout nouvel établissement de nettoyage à sec qui envisagerait d’avoir recours au perchloroéthylène.
  • Utilisé par 90% des pressings, le perchloroéthylène a été pointé du doigt dès 2007 par Nathalie Kosciusko-Morizet, à l’époque secrétaire d’Etat à l’Ecologie. Et fin 2009, la France s’est dotée, par le biais de son Plan national santé environnement, d’un objectif de réduction de 30% des émissions de particules fines dans l’air, et de réduction des émissions de six substances toxiques, dont le perchloroéthylène.
  • Bonne nouvelle : le perchloroéthylène est enfin interdit ! Depuis décembre 2012, un arrêté ministériel interdit l’utilisation du cancérigène reconnu dans les pressing contigus à des locaux occupés par des tiers (habitations, etc.). Les anciennes machines vont progressivement être remplacées par les nouvelles générations plus performantes et moins polluantes.
Afficher Masquer

Les trucs verts à connaître

  • Evitez autant que possible le nettoyage à sec, surtout si les textiles peuvent être nettoyés à l’eau. Lors de l’achat de vêtements, assurez-vous que le nettoyage à sec n’est ainsi pas la seule option de nettoyage.
  • Favorisez les pressings détenteurs du label « pressing propre » ou aux méthodes alternatives : 
o    Ainsi, une nouvelle technique, utilisant exclusivement du CO2 liquide, substance qualifiée de « non toxique », a été mise au point par l’Agence pour l’Environnement. Problème : pour que le C02 soit liquide, il faut le stocker sous très haute pression, avec les risques que comportent les installations de ce type et un coût élevé pour l’installation et sa maintenance …

o    Pour éviter la propagation des solvants dans l’air, des techniques de nettoyage de type « wet cleaning » ou « aquacleaning », se révèlent efficaces sur la plupart des textiles pour lesquels seul le nettoyage à sec est recommandé. Les textiles sont nettoyés avec de l’eau, des détergents et des conditionneurs, dans des machines à laver très sophistiquées. Les fibres délicates seraient moins endommagées par ce style de lavage, considéré comme plus doux. On dispose de peu d’informations sur les produits utilisés avec cette technique.

o    Certains pressings utilisent le système IPURA, distribué en France par une société nantaise du nom de Aurnet : un hydrocarbure (le KWL) est pulvérisé sur les textiles à nettoyer préalablement chauffés puis récupéré et filtré . Le procédé permettrait certes de consommer mois de solvant, 4 fois moins d’eau et 3 fois moins d’énergie que les techniques concurrentes mais le solvant utilisé, même s’il est moins volatil, est un dérivé pétrolier, il est inflammable et donc pas encore la panacée sur le plan environnemental !

o    Enfin, on peut citer la méthode GreenEarth, mis au point par la société du même nom (www.greenearthcleaning.com) en partenariat avec Procter & Gamble et General Electric, utilisant des bains de siloxane D5, autrement du silicone. D’après GreenEarth, le siloxane se décompose en dioxyde de silicium (principal composante du sable) et en eau et dioxyde de carbone. Le Green Earth est inflammable mais il est 100 fois moins volatil que le perchlo. En France, les pressings écologiques Sequoia utilisent cette technique. Une étude publiée en 2011 par l’INERIS (Institut National de l’EnviRonnement Industriel et des riSques) dresse un état des lieux des technologies alternatives au nettoyage à sec au perchloroéthylène.

  • Lorsque vous ramenez des textiles du pressing, s’ils ont été nettoyés à l’aide de solvants, veillez à ne pas les ranger immédiatement. Suspendez-les plutôt à l’extérieur, ou dans une pièce bien aérée, afin de permettre aux solvants de bien s’évaporer.
  • Si, lorsque vous les récupérez, vos vêtements dégagent une forte odeur de solvant, n’hésitez pas à le signaler au directeur de votre pressing. Il se pourrait que les machines soient mal réglées ou mal entretenues. Renseignez-vous sur l’ancienneté des machines : les modèles les plus récents intègrent un filtre à charbon actif chargé qui récupère les vapeurs de solvant.
Afficher Masquer

La question qui tue !

Les pressing vont-ils un jour disparaître ?

Pas si sûr, car le pressing est tout de même bien ancré dans les mentalités françaises, et bien pratique pour le nettoyage de grosses pièces ou de vêtements délicats. Si les pressing “à l’ancienne” sont voués à disparaître du fait des nouvelles règlementations, de nouveaux pressing écologiques font leur apparition. Tout dépend en effet des techniques de nettoyage utilisées : depuis le 1er mars 2013, le fameux perchlorétylène est interdit dans tous les pressings, jusqu'à sa disparition définitive prevue pour 2022. Les pressing vont donc acheter de nouvelles machines faisant appel aux technologies alternatives déjà utilisées en France ou à l’étranger (le siloxane, le CO2, etc.). Et qui sait, peut-être qu’une nouveau processus révolutionnaire et non polluant fera bientôt son apparition dans nos pressing… ?
Afficher Masquer

Où trouver ça ?

  • Des informations détaillées sur le perchloroéthylène
o    Les solvants les plus dangereux sur le site de l’Institut National de Recherche et de Sécurité

o   Le rapport d’étude du perchlo par le Centre international de recherche sur le cancer, département de l’OMS

o    Les produits de substitution au « perchlo » proposés par l’Ineris

o    Une étude comparative sur la qualité et les performances des différents solvants (perchloroétylène, siloxane, CO2, aquanettoyage, etc.) realisé par le CINET, Comité International de l’Entretien du Textile.

o    État des lieux des technologies alternatives au nettoyage à sec au perchloroéthylène dressé en 20101 par l’INERIS


  • Des pressings écolos
Les pressing Sequoia propose un service traditionnel en boutique ou un service de retrait et livraison du linge à domicile.

Plus d’informations : http://www.ginetex.net/
envoyer l'article : Pressing