Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon PagesJaunes  L’ARBRE VERT 1ère marque des produits écologiques pour votre quotidien ! Nature & Découvertes
Partenaires Medias
TF1 Conso Le Mouv' La Revue Durable Décisions Durables Néo Planète CO2 mon amour Le marché citoyen
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Consulter le guide des sushis responsables Guide Made in France Voir les rapports des chiffres de la consommation responsables Tendances Durables 2012 La vente en vrac - pratiques & perspectives App guide des labels Quizz : Quel co-consommateur tes-vous ? Pour une consommation durable C’est tout vert ! Quelle est l’empreinte carbone de votre argent ? Ma conso, ma planète Restauration et développement durable Évaluez la qualité de l’air intérieur dans votre habitation nos cantines pour la planète Mini-guide des labels de la consommation responsableo
Greenpride, 5 juillet, Paris (19ème arrondissement)

Evénement festif grand public en Ile-de-France, la Greenpride vise à sensibiliser de manière festive et non moralisatrice aux questions de santé-environnement. L'événement rassemble chaque année depuis deux ans citoyens, étudiants, entreprises, associations, etc. Pour cette 3ème édition, c'est la qualité de l’air et les perturbateurs endocriniens qui ont été choisis comme thématiques, 
en partenariat avec l’association Respire, spécialiste des questions de qualité de l’air en France.
Plus d'informations sur :
http://greenpride.me/ Journées Régionales pour le Climat, 8 juillet, Paris (7ème arrondissement)

La Région Ile-de-France et le Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France organisent la première Journée Régionale pour le Climat, en prévision de la COP 21 à Paris en 2015. Elle portera sur le tourisme et le climat en Ile-de-France. Au programme : un cadrage de ces enjeux dans la perspective de la COP 21 et une présentation du premier bilan carbone du secteur touristique réalisé pour la première fois à cette échelle, suivie d'un débat sur la manière de passer à l'action pour les acteurs économiques du secteur.
Inscriptions et informations
ici. Les Controverses Européennes de Marcia, du 30 juillet au 1 août 2014, Marciac (32)

Depuis 20 ans, les Controverses Européennes de Marciac sont un rendez-vous national et européen pour instruire et débattre des sujets qui interpellent notre société : le futur de l'agriculture, l'évolution de notre alimentation, la transformation des territoires ruraux, etc. Une manifestion où se côtoient des agriculteurs, des scientifiques, des élus, des acteurs issus du monde économique, associatif, culturel et du grand public. Le thème de cette année : "Pour des territoires vivants … faut que ça déménage !" avec tables-rondes, débats et conversations au programme. Plus d'informations
ici, 70€ les deux jours.
E-cartes Voutch

"Le suprême degré de sagesse est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue pendant qu'on les poursuit""

William Faulkner

Café-Conso
dernières nouvelles

Optimiser l’usage des véhicules grâce à Drivy, service de locations de voitures entre particuliers

Optimiser l’usage des véhicules grâce à Drivy, service de locations de voitures entre particuliers

Les grandes vacances représentent l’occasion rêvée de tester de nouveaux services, bousculer ses habitudes et partir vers l’inconnu. En voiture, avec Drivy ! Lancé en 2010 par le français Paulin Dementhon, ce service de locations de voiture entre particuliers est né d’un constat simple : les rues sont remplies de voitures mais celles-ci restent stationnées 95% du temps, dont 73% au domicile et 22% sur le lieu de travail. Pourquoi ne pas optimiser l’usage de ces véhicules immobiles en les ouvrant à l’économie du partage. Vous avez une voiture mais celle-ci dort souvent dans votre garage ? Louez-la à des particuliers pour la rentabiliser sur cette plateforme de mise en relation. A l’inverse, si vous ne possédez pas de voiture mais souhaitez partir en week-end, pourquoi ne pas louer celle de votre voisin ? C’est tout l’intérêt de Drivy qui facilite le partage de voiture entre particuliers, à petits prix. Les locations sont fiables puisque Drivy inclut dans les prix affichés une assurance souscrite auprès d’Allianz.
La jeune start-up enregistre aujourd’hui des chiffres de croissance très encourageants. En juin 2014, le service comptait déjà 17 000 voitures et 250 000 membres avec une demande de locations effectuée toutes les 3 minutes sur le site de Drivy. En mai, elle a même effectué une levée de fonds de 6 millions d’euros pour partir à l’assaut des marchés allemands et européens. Cocorico !

Pour en savoir plus, écoutez notre Café Conso consacré aux vacances collaboratives avec la participation de Drivy.

envoyer l'article : Optimiser l’usage des véhicules grâce à Drivy, service de locations de voitures entre particuliers

Concert en Appart’ amène la musique live chez vous

Concert en Appart’ amène la musique live chez vous

Vous avez toujours rêvé de transformer votre salon en salle de concert éphémère ? C’est maintenant possible avec le site Concert en Appart’. Cette plateforme en ligne met en relation des groupes de musique locaux avec des particuliers qui souhaitent les faire jouer dans leur appartement, maison ou jardin. Du folk au rock, il y en a pour tous les goûts. Les groupes inscrits sur Concert en Appart’ peuvent choisir de se faire rémunérer pour leur concerts ou de se faire payer au chapeau par les hôtes de l’événement. Pour tester ce nouveau concept novateur, il suffit de trouver un groupe de musique qui vous plait sur Concert en Appart et de rentrer en contact avec lui. Après avoir échangé sur les conditions du concert (forfait ou chapeau, adaptation de votre appartement aux contraintes du groupe), il n’y a plus qu’à inviter vos amis à la soirée en leur expliquant le principe, puis à profiter d’un concert intimiste à domicile.

Concert en Appart’ propose ainsi une nouvelle manière de découvrir la musique et renouvelle l’expérience du concert. Les musiciens sortent du cadre traditionnel des bars ou salles dans lesquels le public ne les écoute pas toujours et ont ici la possibilité de jouer pour des gens qui s’intéressent vraiment à eux. Une chance pour se faire connaître et établir une relation privilégiée et plus intimiste avec leur public. Les hôtes, quant à eux, découvrent avec leurs amis invités pour l’occasion de nouveaux groupes locaux lors d’une soirée unique.

Pour en savoir plus, écoutez notre Café Conso consacré aux vacances collaboratives avec la participation de Concert en Appart’.

envoyer l'article : Concert en Appart’ amène la musique live chez vous

« Moins cher et plus humain », c’est BedyCasa !

« Moins cher et plus humain », c’est BedyCasa !

Crée à l’origine en 2007 par la française Magali Boisseau, passionnée de voyages et de cultures étrangères, BedyCasa réunit aujourd’hui plusieurs milliers de membres répartis dans 162 pays qui souhaitent tous voyager différemment par le biais de la location de chambres entre particuliers. La plateforme met en relation des hébergeurs qui ont des chambres à louer avec des voyageurs, étudiants ou des personnes en déplacement professionnel cherchant un logement pas cher et une relation humain … le tout dans un cadre sécurisant et simple d’utilisation. La philosophie de BedyCasa met en avant l’humain, le partage et l’échange : les voyageurs logent chez les locaux et découvrent alors une culture, une ville et des traditions à travers les yeux des hébergeurs. A 25€ la nuit en moyenne, louer une chambre chez l’habitant représente une véritable solution anti-crise. Chambre individuelle, partagée, salon, appartement entier … la diversité des hébergements proposés donne le choix aux voyageurs de tout poils. Au total, le site recense 26 000 hébergeurs  dans 6 200 villes. Basée à Montpellier, BedyCasa est une start-up dynamique qui compte une vingtaine de personnes et connaît une croissance sans précédent, au cœur de la très proactive nébuleuse de la consommation collaborative !

Pour en savoir plus, écoutez notre Café Conso consacré aux vacances collaboratives avec la participation de BedyCasa.

envoyer l'article : « Moins cher et plus humain », c’est BedyCasa !

Des distributeurs automatiques avalent les canettes à Sydney

Des distributeurs automatiques avalent les canettes à Sydney

Les distributeurs automatiques ne servent pas qu’à vendre des snacks salés et sucrés … ils peuvent aussi recycler les bouteilles en plastique et les cannettes. Ce type de dispositif est déjà mis en place dans plusieurs pays : en Suède,  les habitants apportent par exemple leurs déchets à recycler dans les supermarchés où se trouvent ces distributeurs inversés et reçoivent quelques centimes pour chaque article recyclé. Sur le même modèle, la ville de Sydney a récemment installé trois machines au fonctionnement similaire près du Central Business District – le centre d’affaires. Concrètement, il suffit d’apporter ses canettes ou bouteilles en plastique à ces distributeurs inversés qui avalent littéralement les déchets à recycler et les compacte. En échange, on reçoit plusieurs types de récompenses : un ticket de bus, un bon pour un repas ou la possibilité de reverser 10 centimes à l’association Clean Up Australia. Dès les premiers jours, le succès a été au rendez-vous : environ 10 000 articles ont été recyclés par deux des trois machines installées en l’espace de 3 jours. En Australie, environ 15 000 bouteilles en plastique arrivent en décharge chaque minute. L’installation de distributeurs inversés peut donc difficilement enrayer à elle toute seule cette tendance et la ville de Sydney en est bien consciente. Ce dispositif a essentiellement été mis en place afin de sensibiliser les habitants au recyclage. A suivre !

envoyer l'article : Des distributeurs automatiques avalent les canettes à Sydney

L’Ademe Bretagne met à la diète les super et hypermarchés bretons

L’Ademe Bretagne met à la diète les super et hypermarchés bretons

L’Agence bretonne de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie a récemment lancé un appel à projets novateur pour stimuler la prise en compte des enjeux environnementaux dans la grande distribution. Il est vrai que les super et hypermarchés, temples de l’hyperconsommation par excellence, ne sont pas toujours des modèles de vertu en matière de développement durable. La démarche entreprise par l’Ademe Bretagne vise à inverser la tendance et encourage les magasins bretons à imaginer des initiatives d’exemplarité environnementale : traitement des déchets, consommation d’eau et consommation électrique, plan de déplacement des salariés, etc.
Au total, 15 grandes surfaces bretonnes ont répondu à cet appel à projets et six d’entre elles ont été retenues pour la qualité de leur dossier. Ainsi, quatre Leclerc, un Carrefour et un Biocoop vont se lancer pendant un an dans l’aventure de l’exemplarité environnementale. Parmi les initiatives retenues par l’Ademe Bretagne, on retrouve un plan de développement du covoiturage et du vélo électrique pour les salariés lancé par le magasin Leclerc de Vannes ou encore un dispositif de récupération de la chaleur produite par le four de la boulangerie au Leclerc de Pont-l’Abbé. Les six candidats retenus devront mettre en œuvre leurs idées et bénéficieront à cet effet d’un accompagnement technique de la part de l’Ademe.

envoyer l'article : L’Ademe Bretagne met à la diète les super et hypermarchés bretons

Nike se lance dans la teinture à sec avec l’entreprise néerlandaise DyeCoo

Nike se lance dans la teinture à sec avec l’entreprise néerlandaise DyeCoo

En cette période de soldes, les portants des boutiques croulent sous les vêtements aux couleurs flashy : vert, rouge, jaune, etc… Mais savez-vous réellement combien de litres d’eau ont été nécessaires pour teindre ces habits ? Il faut en moyenne 100 à 50 litres d'eau par litre de tissu teint. Sans compter que de nombreux produits chimiques sont utilisés dans le processus. Selon la Banque Mondiale, l’industrie textile serait responsable de 17 à 20% de la pollution de l’eau dans le monde.
Taclé pour ses écarts de conduite en matière d’éthique et d’environnement, le géant américain Nike a longtemps été la cible des militants. Après avoir été visée par la campagne Detox de Greenpeace sur l’utilisation de produits chimiques dangereux et polluants, la multinationale faisait part publiquement de ses engagements en faveur d’une transparence totale des produits utilisés sur sa chaine de production. Même si cela reste un petit pas, Nike semble aujourd’hui traduire ses engagements en actions concrètes. Après avoir lancé un programme d’éco-design, la marque de vêtements s’est associée à une filiale de l’entreprise néeerlendaise FeyeCon (leader sur le marché du dioxyde de carbone recyclé) pour utiliser une nouvelle technique de teinture à sec baptisée DyeCoo Textile Systems B. V. Les premières machines à teindre conçues par la filiale utilisent le dioxyde de carbone recyclé qui permet d’éliminer l’eau durant le processus de teinture. La technologie ne présenterait que des avantages : pas de produits chimiques extérieurs à ajouter, aucun effluent rejeté dans la nature et un processus deux fois plus rapide que les méthodes de teinture industrielles. Reste à savoir quel type de teinture est utilisé par la technique DyeCoo. Toujours est-il qu’après avoir étudié la technologie pendant 8 ans, Nike a sorti récemment les premiers vêtements teintés à sec. Notons qu’Adidas utilise depuis quelques mois cette même technologie pour sa gamme de t-shirts Prime T. Une future révolution est peut-être à venir dans le secteur de la fabrication textile …

envoyer l'article : Nike se lance dans la teinture à sec avec l’entreprise néerlandaise DyeCoo

Leroy Merlin sollicite les consommateurs pour réduire ses emballages

Leroy Merlin sollicite les consommateurs pour réduire ses emballages

Leroy Merlin initie progressivement un rapprochement avec la philosophie DIY (pour Do It Yourself). L’entreprise était le principal sponsor de la « Maker Faire » le week-end du 21 juin, le premier événement du mouvement « Maker » (inventeurs, créateurs qui partagent leur passion de la fabrication sous toutes ses formes). Elle a aussi mis en place un dispositif participatif qui fait la part belle aux suggestions des consommateurs afin d’être davantage à l’écoute des innovations attendues par les bricoleurs. La communauté « Selon Vous » initiée par Leroy Merlin est un forum crée en octobre 2013 dans cette perspective : générer un univers propice à la création et au partage d’idées novatrices entre les consommateurs et cette enseigne spécialisée. La communauté se compose ainsi en trois catégories distinctes : un espace d’entraide, un espace ludique de défis entre bricoleurs et enfin l’espace de suggestion « Made in Vous » - sorte de boite à idées. Sur « Made in Vous », l’enseigne assure aux consommateurs que leurs « idées deviennent réalité » et les invitent à co-créer le « Leroy Merlin de demain ». Pour l’occasion, l’entreprise s’est associée à Eco-Emballages et encourage les internautes à partager sur le forum leurs bonnes idées pour limiter l’impact environnemental des emballages de l’enseigne. Chaque suggestion est étudiée par les services concernés lorsque celle-ci est pertinente. Pêle-mêle, les consommateurs proposent ainsi de mettre en place des distributeurs de produits, un système de recharges pour les peintures ou encore l’optimisation de l’emballage de certains produits.
Début juin, l’initiative de Leroy Merlin a été récompensée et la Communauté « Selon Vous » a été élue projet lauréat du prix marketing digital et social du jury Netexplo Change.

envoyer l'article : Leroy Merlin sollicite les consommateurs pour réduire ses emballages

Un petit creux ? Mangez durable avec The Place to Bio, le guide des restaurants bio et engagés !

Un petit creux ? Mangez durable avec The Place to Bio, le guide des restaurants bio et engagés !

Les épicuriens soucieux de l’environnement peuvent maintenant y voir plus clair dans l’offre de restaurants grâce à The Place to Bio. Cet annuaire en ligne lancé en avril 2014 répertorie tous les restaurants français bios et engagés. De la cantine de quartier à l’auberge nichée dans les montagnes, l’initiative valorise les établissements qui utilisent le plus possible des produits locaux et/ou bios et privilégient la cuisine maison. The Place to Bio met également en avant les restaurants proposant une offre végétarienne et végétaliennes et porte une attention toute particulière aux régimes alimentaires (sans gluten ou lactose). Les restaurants sélectionnés figurent tous dans l’annuaire de l’Agence Bio, une précaution qui garantie que tous utilisent un nombre significatif de produits issus de l’agriculture biologique. Le plus : le site internet de The Place to Bio utilise la base de données cartographiques libres « Open Street Map » pour localiser les adresses sur une carte. Récemment, l’initiative a récompensé plusieurs établissements de sa sélection. On retiendra le restaurant végétarien Soya à Paris qui remporte le prix veggie – un établissement où, selon le jury, « on peut amener un non végétarien et être sûr que les convives se régalent ». Le prix des internautes a été décerné à la crêperie La Clé des Champs située non loin de Rennes. The Place to Bio a également valorisé l’engagement locavore du restaurant strasbourgeois L’Essentiel chez Raphaël à Strasbourg.

envoyer l'article : Un petit creux ? Mangez durable avec The Place to Bio, le guide des restaurants bio et engagés !

Les Français ont-ils modifié leurs habitudes de consommation ?

Les Français ont-ils modifié leurs habitudes de consommation ?

Dans le cadre des premières assises de l’économie circulaire à Paris, l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (ADEME) a commandé une étude au Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) pour analyser l’évolution des comportements de consommation des Français. Ce rapport titré « Les Français sont-ils prêts pour l’économie circulaire » compile et passe au crible plus de cinquante enquêtes menées ces 25 dernières années auprès de la population française. Résultat : l’étude révèle que les habitudes et les consciences ont bel et bien évolué vers ce nouveau modèle économique – moins linéaire, plus efficace dans l’utilisation des ressources et moins impactant pour l’environnement. Ces évolutions se font particulièrement ressentir dans le domaine des déchets. A ce titre, la production de déchets par habitant est en baisse depuis 2011 avec 290 kgs contre 359 kgs en 2002.
Par ailleurs, l’étude révèle que les consommateurs visent davantage à pérenniser l’usage de leurs objets : 54% des Français font ainsi réparer leurs appareils électroménagers, hi-fi et vidéo plutôt que d’en acheter de nouveaux. Corollaire de ces pratiques, l’émergence de la consommation collaborative participe au développement des échanges de pair à pair qui privilégient l’usage plutôt que la propriété. En témoigne le succès de BlaBlaCar – 25% des Français ont déjà eu recours au covoiturage selon l’étude –, AirBnb ou encore La Ruche qui dit Oui !… En parallèle, les modes de vie se font plus sobres : 81% des foyers tentent de diminuer leur consommation par l’adoption d’éco-gestes.
Le rapport pointe néanmoins le rôle central des préoccupations financières dans l’évolution des comportements de consommation des Français dans un contexte de contraintes budgétaires, en particulier concernant la consommation d’énergie, d’eau ou encore les transports. A ce titre, la sociologue Solange Martin souligne que « le levier économique reste majeur, mais il conduit néanmoins à des pratiques plus vertueuses ». Si la conscience écologique est souvent motivée par des raisons économiques, il reste qu’elle gagne du terrain et inspire des changements qui s’inscrivent sur le long terme, indépendamment des cycles économiques. Le mouvement n’est donc pas prêt de s’arrêter … à condition que les pouvoirs publics jouent un rôle d’accompagnement au changement auprès des consommateurs et des entreprises, comme le souligne la conclusion de cette étude du Credoc.

Une synthèse de l’étude est disponible ici.

envoyer l'article : Les Français ont-ils modifié leurs habitudes de consommation ?

Niépi, un nouveau magazine pour les intolérants au gluten

Niépi, un nouveau magazine pour les intolérants au gluten

Les personnes diagnostiquées intolérantes au gluten se retrouvent bien souvent démunies quand il s’agit de s’alimenter selon un régime strict qui nécessite de faire l’impasse sur les aliments interdits par la maladie coeliaque. Rappelons que l’intolérance au gluten est une maladie auto-immune, caractérisée par une destruction de la paroi de l’intestin grêle. Les différents types de céréales contenant du gluten tels que le blé, l’orge ou le seigle sont ainsi à proscrire car aucun traitement à cette maladie n’existe à ce jour.
Diagnostiquée avec sa fille il y a cinq ans, Frédérique Barral a choisi de traiter de ce sujet avec optimisme et a crée Niépi dans cette idée. On retrouve dans ce magazine des recettes sans gluten faciles à réaliser, des trucs et astuces, des adresses et des conseils de chefs pour les nombreux gourmands intolérants au gluten. Pour que cette maladie ne soit plus synonyme de privation et de frustration au moment des repas, Niépi met les pieds dans le plat pour proposer de nouvelles expériences gustatives et faciliter la vie sans gluten. Pour l’anecdote, le nom du magazine vient du balinais « Niepy » qui désigne une cérémonie balinaise le jour du Nouvel An durant laquelle il est coutume de faire du bruit pour éloigner les démons et ses propres peurs. Niépi, c’est aussi « ni » et « épi », soit l’idée de nier l’épi de blé – une des céréales les plus riches en gluten. Bon appétit !

envoyer l'article : Niépi, un nouveau magazine pour les intolérants au gluten

Les grandes vacances 2014 seront collaboratives !

Les grandes vacances 2014 seront collaboratives !

Nous l’avons souligné dans notre rapport sur « Les Chiffres de la Consommation Responsable » (édition 2014) : la consommation collaborative est la grande gagnante de cette année et se fait progressivement une place de choix dans le quotidien des Français. Bonne nouvelle : ce secteur en émergence n’a pas posé de congés cet été et vous accompagnera sur la route des vacances en toutes circonstances. Que cela soit dans les domaines du transport, de l’hébergement ou des loisirs, de nombreuses start-up inondent le marché pour rendre vos vacances plus share. De quoi se concocter un séjour 100% collaboratif … en commençant par le trajet. Avec Drivy, la location de voiture entre particuliers est à la portée de tous. Vous avez une voiture mais celle-ci dort souvent dans votre garage ? Louez-la à des particuliers pour la rentabiliser sur cette plateforme de mise en relation. A l’inverse, si vous ne possédez pas de voiture mais souhaitez partir en week-end, pourquoi ne pas louer celle de votre voisin ? C’est tout l’intérêt de Drivy qui facilite le partage de voiture entre particuliers, à petits prix. Côté loisirs, pourquoi ne pas profiter des vacances pour tester de nouvelles activités ? Les mélomanes seront comblés grâce à Concert en Appart, une plateforme qui démocratise les concerts en appartement, une nouvelle manière de découvrir la musique. Trouvez un groupe sur le site de Concert en Appart selon vos préférences musicales et vos éventuelles contraintes (petit appartement ou voisins sensibles au bruit par exemple), invitez vos amis et profitez d’une parenthèse musicale grâce au groupe choisi venu jouer à domicile. Pour les adeptes des rencontres amicales ou amoureuses, le site Links&Go satisfera toutes vos attentes. Celui-ci vous met en relation avec vos voisins de vacances, selon des centres d'intérêt partagés, pour organiser des sorties ou effectuer des loisirs. Vous avez passé une folle soirée en compagnie de vos nouveaux amis ? Il ne vous reste plus qu’à vous endormir chez un hôte local trouvé via Couchsurfing ou BedyCasa !

Pour rencontrer ces acteurs de la consommation collaborative et débattre avec eux, rendez-vous mardi prochain 8 juillet lors de notre premier Café Conso de la saison consacré aux vacances collaboratives à la REcyclerie (Paris). Plus d’informations ici.

envoyer l'article : Les grandes vacances 2014 seront collaboratives !

P’tit Vélib met les petits parisiens en selle !

P’tit Vélib met les petits parisiens en selle !

Pédalez, moussaillons ! La Mairie de Paris démocratise le Vélib’ et lance P’tit Vélib’ : un nouveau service destinés aux petits parisiens. Depuis le mois dernier, les bambins de la capitale peuvent apprendre à pédaler en toute sécurité sur des Vélib’ adaptés à leur taille le long des Berges de Seine piétonnes, au canal de l’Ourcq et dans les bois de Vincennes et de Boulogne. A noter que le service sera prochainement étendu au Jardin d’Acclimatation et sur la Coulée Verte (cliquez ici pour retrouver la carte des P’tit Vélib’ et les tarifs associés – en moyenne 5€). La Mairie de Paris a pensé à tout : quatre types de P’tit Vélib’ sont disponibles en fonction de la morphologie des enfants de 2 à 8 ans. Chacun y trouvera son bonheur ! En plus, des casques sont proposés systématiquement lors de la location des P’tit Vélib’ auprès d’associations locales ou de loueurs de vélos. Les gros bobos sont mis hors de portée, il n’y a plus qu’à pédaler ! Précisons tout de même que l’apprentissage est confié aux adultes responsables de leurs enfants mais que des stages d’initiation seront néanmoins proposés par l’association AICV sur les Berges de Seine pendant les vacances scolaires. Avec P’tit Vélib’, les enfants acquièrent les bons réflexes sur un vélo et sont sensibilisés à l’usage de modes de transport plus respectueux de l’environnement. Apprendre en s’amusant … il n’y a pas meilleur programme !

envoyer l'article : P’tit Vélib met les petits parisiens en selle !

« Sandwich Me In » : restaurant zéro-gâchis depuis deux ans

« Sandwich Me In » : restaurant zéro-gâchis depuis deux ans

Incroyable ! « Sandwich Me In » est un restaurant basé à Chicago qui n’a généré pratiquement aucun déchet depuis deux ans. Comment est-ce possible ? C’est en partie grâce à la persévérance et la créativité du gérant, Justin Vrany, que ce restaurant est parvenu à réduire considérablement sa production de déchets. Côté cuisines, tous les produits alimentaires sont cultivés ou produits localement et le chef peut se vanter de proposer des plats faits maison. Le recyclage des déchets a été repensé : les épluchures des fruits et légumes sont par exemple données à une ferme pour nourrir les poules, lesquelles fournissent en échange le restaurant en œufs frais ! Les huiles de friture sont, elles, recyclées en bio-carburants. Côté bâtiment, l’énergie nécessaire est produite au moyen d’une éolienne et la gestion de l’eau fait l’objet d’une surveillance particulière. Tous les équipements et les fournitures du restaurant sont d’occasion. On peut dire que le gérant a pris l’idée de durabilité très au sérieux en ce qui concerne son établissement ! A juste titre puisqu’il estime que son empreinte carbone est aujourd’hui 35 fois moins élevée que les autres restaurants. 

envoyer l'article : « Sandwich Me In » : restaurant zéro-gâchis depuis deux ans

RecycLivre donne une seconde vie aux livres d’occasion

RecycLivre donne une seconde vie aux livres d’occasion

Vous cherchez à vous séparer des livres d’occasion qui encombrent votre bibliothèque tout en leur évitant si possible la case poubelle ? Alors rendez-vous sur le site internet de RecycLivre ! Celui-ci offre aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités un service gratuit de récupération de livres d'occasion en se déplaçant à domicile (pour l’instant à Paris, Bordeaux et leurs environs). Après avoir collecté, trié, référencé et stocké tout ces articles, RecycLivre leur donne une deuxième vie en les proposant à la vente sur internet exclusivement : soit sur les plateformes bien connues ou directement sur son site internet. Le succès est au rendez-vous puisque RecycLivre est aujourd’hui le deuxième vendeur français de livres d’occasion sur internet. Et cela n’a rien d’étonnant : le choix large de livres ainsi que les prix très accessibles participent à coup sûr à l’attractivité de RecycLivre. Par ailleurs, l’entreprise vise à s’engager en parallèle sur des projets qui font sens. 10% de son chiffre d’affaires est par exemple reversé à des associations qui oeuvrent dans le domaine de l’éducation et de l’écologie. A ce jour, 201324.91 € ont déjà été reversés à l'association Aide et Action. RecycLivre est également membre du réseau 1% pour la planète, un réseau mondial dont les entreprises partenaires choisissent de donner 1% de leur chiffre d’affaires à des associations de préservation de l’environnement.

envoyer l'article : RecycLivre donne une seconde vie aux livres d’occasion

Le bricolage fait son entrée dans le monde de l’économie collaborative avec Eco-brico

Le bricolage fait son entrée dans le monde de l’économie collaborative avec Eco-brico

Lancé en janvier dernier, Eco-brico permet aux particuliers de vendre les produits neufs ou entamés qu’il leur reste à la fin d’un chantier, grâce à un système de petites annonces. Les bricoleurs et bricoleuses qui souhaitent réduire le coût de leur chantier peuvent ainsi se tourner vers cette plateforme de mise en relation. Les annonces de vente ou location de matériaux de bricolage sont classées par catégories, facilitant la recherche des utilisateurs. Eco-brico encourage par ailleurs les vendeurs et acheteurs à effectuer leurs transactions à côté de chez eux grâce à un ciblage par code postal. Lancé par deux dunkerquois, Eco-brico comptabilise déjà plus de 800 000 pages vues depuis sa création et totalise 2 700 annonces en ligne ainsi que 1 500 transactions. Cet attrait des utilisateurs pour cette nouvelle plateforme réussira-t-elle à faire trembler Le Bon Coin, le leader des petites annonces en ligne ? Pour se distinguer, Eco-brico revendique un site qui colle au plus près des besoins des internautes et développe une communication inventive sur les réseaux sociaux – notamment sur Youtube avec une web-série mettant en scène Victor, le personnage loufoque d’Eco-brico. Affaire à suivre !

envoyer l'article : Le bricolage fait son entrée dans le monde de l’économie collaborative avec Eco-brico
Le guide des labels de la consommation responsable 2009-2010 La consommation de A à Z. Santé,  loisirs,  environnement,  budget…, Tout ce que vous devez savoir pour bien consommer