Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Camif Camif Camif Fleury Michon ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie MONOPRIX
Partenaires Medias
TF1 Conso CO2 mon amour Décisions Durables La Revue Durable debout Restauration 21 Néo Planète Le marché citoyen Green Attitude e-RSE.net
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Calculer l’empreinte économique de vos achats Tendances Durables 2015 Consulter le guide des sushis responsables Les 9 bons cadeaux coquins gratuits et sans déchets pour une St Valentin écolo Guide Made in France Voir les rapports des chiffres de la consommation responsables La vente en vrac - pratiques & perspectives App guide des labels Quizz : Quel co-consommateur tes-vous ? Pour une consommation durable C’est tout vert ! Quelle est l’empreinte carbone de votre argent ? Ma conso, ma planète Restauration et développement durable Évaluez la qualité de l’air intérieur dans votre habitation nos cantines pour la planète Mini-guide des labels de la consommation responsableo
LE TRUC VERT DU MOMENT Sports de glisse

Sports de glisse
Paradoxalement, les passionnés de sports d'extérieur ne s'intéressent pas toujours à ce qui se passe à l'extérieur. Pour tous les autres, voici notre guide de la consommation responsable dans l'univers des sports de glisse.

Lire l'article : Sports de glisse
Festival International du film d'environnement, du 6 au 10 février, Paris

La 32ème édition du Festival international du film d'environnement, organisé par la Région Ile-de-France se tient en ce moment au cinéma des cinéastes et en Île-de-France jusqu'au 10 février. Objectif : sensibiliser tous les publics aux enjeux environnementaux et sociaux du développement durable. La région Ile-de-France va vibrer au rythme d’une programmation internationale, essentiellement inédite, de longs, moyens et courts métrages, documentaires et fictions, ainsi que des web documentaires. Les enfants ne sont pas oubliés et une sélection de courts-métrages d’animation leur est même destinée lors d’une projection/goûter organisée ce dimanche 8 février avec Bio c’ Bon.
Pour retrouver toute la programmation du FIFE, cliquez ici.
Salon Primevère, du 20 au 22 février, Lyon

Le 29ème salon-rencontre de l'alter-écologie met à l'honneur pendant 3 jour l'écologie et les alternatives dans une ambiance conviviale.

L'édition 2015 s'ouvre sur le fil rouge «Le grand carnaval, carnaval des fous, carnaval des sous», pour dénoncer la financiarisation du monde et débattre des solutions.
Au programme : conférences, exposants et espaces d'animations.

Pour en savoir plus, cliquez
ici. Salon International de l'Agriculture, du 21 février au 1er mars, Paris

La plus grande foire agricole de France mettra à l’honneur, comme chaque année, les animaux et les produits régionaux (Porte de Versailles, Paris).
L’Agence BIO y animera un espace de 120m² situé dans le pavillon 4, hall consacré aux services et métiers de l’Agriculture. De nombreuses animations seront proposées pour permettre aux visiteurs (adultes et enfants) de découvrir les saveurs de la Bio : des ateliers culinaires « la cuisine bio de saison », des temps forts sur l’élevage avec un Quizz viande bio proposé par la Commission BIO d’INTERBEV, des jeux de découverte, des goûters bio pour les enfants, des projections de films courts sur la Bio…
Pour en savoir plus, cliquez
ici.
E-cartes Voutch

Nous ne devons pas attendre que la crise de notre société atteigne un point de non retour. Nous devons agir ! Chaque personne peut agir. Si chacun fait la part qui lui revient, aussi modeste soit-elle, nous pouvons tous ensemble arriver à faire ce qui est nécessaire"

Mikhaël Gorbachev

Café-Conso
dernières nouvelles

Financez les projets positifs de demain avec Blue Bees

Financez les projets positifs de demain avec Blue Bees

Le financement participatif a la côte ! En France, le secteur a pris du poids : pas moins de 34 000 français ont contribué à financer un des 11 330 projets mis en ligne sur les plateformes de financement participatif en 2013, selon l’édition 2014 des « Chiffres de la Consommation Responsable ». On connaît KissKissBankBank ou encore Ulule qui dominent le marché européen. Toutefois, d’autres plateformes de crowdfunding se spécialisent sur des thématiques spécifiques. Ainsi, HelloMerci permet les prêts solidaires entre particuliers et Lendopolis rend possible l’investissement dans des PME.
Maintenant, avec Blue Bees, l’agriculture et l’écologie ont leur propre plateforme de crowdfunding ! Ses fondateurs se sont donnés une mission : permettre le financement de « projets économiques positifs pour l’Homme et la nature ». Un objectif qui sonne comme un manifeste pour le développement d’une nouvelle économie locale, circulaire, sobre, créatrice d’emplois et de liens sociaux mais aussi collaborative. Parmi les projets déjà financés sur Blue Bees, on retrouve celui d’Ethiquable pour aider à la récolte des noix de cajou des petits producteurs du Salvador, ou encore le projet de l’entreprise ECOPOPRA au Burkina Faso qui souhaite développer la filière oignons à Loumbila, à 25 kms de la capitale du pays. En tant que particulier, vous pouvez venir en aide aux porteurs de projet à hauteur d’une contribution d’un minimum de 5 euros. Dès que la société aidée devient rentable, l’argent investit vous rapporte alors une prime décidée en accord avec le porteur de projet.
Pour découvrir les autres projets proposés sur la plateforme et participer à leur financement, rendez-vous sur le site de Blue Bees.

envoyer l'article : Financez les projets positifs de demain avec Blue Bees

Sephora lance une opération de recyclage des flacons de parfums vides

Sephora lance une opération de recyclage des flacons de parfums vides

Le verre est le matériau le plus trié par les Français. Aujourd’hui, plus de 7 bouteilles en verre sur 10 sont recyclées et 80% de la collecte du verre provient de l’apport volontaire des consommateurs. Pas de raison pour que le verre généré par le secteur de la cosmétique échappe à cette tendance ! Cela semble être en tout cas le leitmotiv de l’enseigne Sephora qui a récemment lancé une campagne de reprise et de recyclage des flacons de parfums vides auprès de ses consommateurs. Bien sûr, cette campagne intitulée « Recyclez Economisez » est assortie d’un bon plan : pour tout flacon rapporté en magasin, Sephora le recycle et offre une réduction de 20% sur l’achat d’un nouveau parfum. Depuis 2010, l’enseigne recycle déjà ses testeurs de parfums obsolètes. Cela représenterait selon elle 200 tonnes de verre recyclé chaque année.
Rappelons à ce sujet que certaines grandes marques de cosmétique ont développé ces dernières années des solutions innovantes pour réduire l’impact environnemental généré par les emballages de leurs produits, à l’instar de Kenzo et sa fontaine à parfum ou encore Thierry Mugler et ses recharges « Eco-Sources ».

L’opération « Recyclez Economisez » de Sephora est valable jusqu’à la fin de l’année 2015. En espérant que ce géant de la distribution de produits cosmétiques transforme l’essai en faisant de cette campagne exceptionnelle une action pérenne de l’enseigne.

Pour en savoir plus, consultez la fiche-produit Parfum et le Truc Vert Cosmétiques.

envoyer l'article : Sephora lance une opération de recyclage des flacons de parfums vides

En Suède, voici venir l'Audi-partage...

En Suède, voici venir l\'Audi-partage...

Le covoiturage et l’auto-partage ont à ce point le vent en poupe que l’âge de l’accès pourrait bien finir par menacer celui de la propriété individuelle de la voiture. Du coup, les acteurs majeurs du marché automobile s’y intéressent presque tous, a minima via des partenariats avec des start-ups spécialisées (voir par exemple l’association entre Citroën et le pionnier de la location entre particuliers Zilok pour le service MultiCity du constructeur automobile). Aux Etats-Unis, Toyota est allé plus loin en devenant le partenaire privilégié de ZipCar, ce qui lui permet ainsi de commencer à étudier ce que la consommation collaborative et l’économie du partage vont changer à la conception des voitures demain (on ne conçoit pas de la même façon une voiture destinée à être partagée par une dizaine de personnes et une voiture qui va devenir l’extension de l’univers personnel de son propriétaire). Dans le même esprit, BMW a lancé son service Drive Now à San Francisco pour ses véhicules électriques et en Allemagne pour sa gamme standard, tandis que Car2go, filiale de Daimler créée en 2008, propose également de l’auto-partage sur le modèle Smart dans 35 villes nord-américaine et européennes (mais pas en France). 
Dans la foulée, mais avec sans doute une proximité plus grande quant à la façon dont les consommateurs vivent le lien à leur voiture, Audi vient de lancer Audi Unite, un service hybride qui permet de partager une voiture dans un réseau privé d’amis, voisins ou collègues (5 personnes et 2 ans maximum), avec une facturation à l’utilisation effective ou au mois. Concrètement, le service concerne potentiellement tous les modèles de la marque et la facturation mensuelle inclut, comme pour une location, l’assurance et l’entretien, ainsi que l’essence dont les coûts sont suivis grâce à une carte personnalisée que possède chaque conducteur.  Tout est coordonné via une application pour iPhone qui permet à chaque conducteur de localiser la voiture et de la réserver. Chacun est également équipé d’une clef électronique permettant d’avoir accès au véhicule mais aussi de collecter les données sur qui a conduit la voiture, et pendant combien de temps. L'objectif est avec cette offre de répondre au besoin des villes de limiter le trafic mais aussi au besoin des conducteurs d'éviter les servitudes de la possession automobile (coût des assurances, des réparations, stress des pannes, etc.). Pour le moment, Audi aurait l’intention de tester le dispositif dans plusieurs villes suédoises mais ne prévoit pas d’exporter le modèle à l’étranger.

envoyer l'article : En Suède, voici venir l\'Audi-partage...

Des bouteilles plastiques aux chaussures, il n’y a qu’un pas !

Des bouteilles plastiques aux chaussures, il n’y a qu’un pas !

Les méthodes douces font leurs preuves pour modifier les comportements des individus en matière de consommation responsable et d’éco-gestes, que ce soit en échange d’une récompense ou par des méthodes de communication positive faisant parfois appel à la solidarité. Ce recours aux « nudges » - un mode d’incitation développé en sciences sociales afin de motiver le passage des idées aux actes – est de plus en plus employé. A Sydney, la ville a installé des distributeurs automatiques de snacks avalant les canettes et les bouteilles en plastique. Les usagers reçoivent en échange divers types de récompenses : ticket de bus, bon pour un repas, etc. Même idée à Amsterdam où chaque fois qu’un automobiliste roule en dessous de la limitation de vitesse, la marie reverse 3 centimes à la communauté afin de financer des projets locaux.
Cette fois-ci, une nouvelle initiative « coup de pouce » nous vient tout droit d’Amérique du Sud. En Uruguay, la marque de chaussures MAMUT a lancé durant deux semaines en février une campagne spéciale permettant à ses clients de payer jusqu’à 40% de leurs achats grâce à des bouteilles plastiques usagées. Chaque bouteille vaut 100 dollars uruguayens, soit 4 dollars américains. Le projet a pour but de sensibiliser aux enjeux posés par la pollution des plages du pays. Chaque bouteille collectée en magasin sera recyclée, en collaboration avec des ONG locales. Une idée qui, espérons-le, inspirera d’autres marques !

envoyer l'article : Des bouteilles plastiques aux chaussures, il n’y a qu’un pas !

Clip it : l’upcycling devient un vrai jeu d’enfant !

Clip it : l’upcycling devient un vrai jeu d’enfant !

Souvenez-nous … il y a quelques mois nous vous parlions de Clip it : un projet de surcyclage (ou upcycling) des bouchons de plastique adressé aux enfants. Le principe est simple : Clip it utilise ces bouchons pour créer un jeu d’assemblage en fournissant des clips, eux-mêmes en plastique recyclé. Grâce à ces clips, les enfants peuvent ainsi assembler les bouchons en plastique récupérés pour créer une multitude de modèles (hibou , fantôme ou encore perroquet). Clip it stimule ainsi la motricité et la créativité des enfants ... et tout ceci grâce à des bouchons ! En plus, ils sont par la même occasion sensibilisés aux enjeux environnementaux du recyclage. Après une campagne de crowdfunding réussie et plusieurs prix remportés sur des salons du jouet (dont le prix Presse des « Etoiles du Jouet » au salon Kidexpo), Clip it commercialise depuis peu ses kits d’assemblage. La société encourage les écoles et centres de loisirs à conserver leurs bouchons en plastique afin de pouvoir créer des œuvres en les assemblant grâce aux kits. Si les enfants se désintéressent du jeu, Clip it les incite à donner ensuite leur collection de bouchons à l’association « Bouchons d’Amour » qui les recycle en clips … lesquels seront utilisés pour les futurs kits d’assemblage ! Un bel exemple de mise en pratique de l’économie circulaire !

envoyer l'article : Clip it : l’upcycling devient un vrai jeu d’enfant !

What the Food ou le pouvoir du collaboratif pour lutter contre le gaspillage alimentaire

What the Food ou le pouvoir du collaboratif pour lutter contre le gaspillage alimentaire

A l’origine du projet What the Food, il y a un constat : environ 8% des denrées servies dans les restaurants universitaires français terminerait à la poubelle et parmi elles, 1/3 du pain est jeté sans avoir été entamé – selon une étude menée par le REFEDD pendant une semaine dans un restaurant universitaire. Face à cette réalité, une équipe s’est constituée pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans tous les RU de France et initier ainsi une véritable RUvolution ! Le projet What the Food était né, constitué d’une équipe d’étudiants accompagnée par MakeSense, de l’entreprise sociale Zéro Gâchis et du CNOUS (Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires). Il consiste à créer une application mobile utile et fun permettant d’engager les étudiants dans la réduction de leur gaspillage alimentaire. Après un week-end de codage et de mise en place de la campagne de mobilisation le 14-15 février dans les locaux parisiens de MakeSense, la prochaine étape consistera à expérimenter l’appli dans tous les restaurants universitaires d’Ile-de-France de mars à juin 2015. Si l’expérience se révèle concluante, l’appli What the Food sera généralisée à tous les RU puis les cantines de France à partir de septembre 2015.
Chacun peut rejoindre l’aventure et contribuer à démocratiser le projet. En avant la RUvolution !

Pour en savoir plus, visitez le site internet de What the Food et la page Facebook du projet.

envoyer l'article : What the Food ou le pouvoir du collaboratif pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Générations Cobayes lance le tour de France de l’éco-orgasme !

Générations Cobayes lance le tour de France de l’éco-orgasme !

Après avoir lancé la campagne « Protège tes hormones » il y a tout juste un an, le mouvement Générations Cobayes continue sur sa lancée en partant à la conquête des plus grandes villes universitaires françaises à l’occasion du Tour de France de l’éco-orgasme. Objectifs ? Apporter aux jeunes de l’information sur la présence des perturbateurs endocriniens dans les produits de la vie quotidienne mais aussi et surtout des moyens d’agir pour que chacun puisse continuer à se faire du bien sans se faire du mal. En mobilisant la clé d’entrée de la sexualité, Générations Cobayes entend s’adresser au maximum d’étudiants. Concrètement, le collectif – représenté par une équipe de 3 bénévoles – sillonne depuis le 23 janvier les routes de France en minivan et part à la rencontre des étudiants des grandes villes universitaires. Au programme dans chaque ville-étape : un apéro organisé avec des associations locales pour créer un premier contact avec les étudiants de la ville, suivi d’une conférence « Let’s talk about eco-orgasm » dans une salle du campus visité et d’un module pédagogique pour former les volontaires de Générations Cobayes.
Les étudiants de Toulouse, Montpellier, Marseille, Grenoble, Lyon et beaucoup d’autres villes universitaires ont encore une chance de s’initier à l’éco-orgasme grâce à Générations Cobayes. Rendez-vous sur le site du mouvement pour retrouver les dates de passage du mini-van dans chaque campus français !


Pour en savoir plus, consultez la fiche Vie Sexuelle.

envoyer l'article : Générations Cobayes lance le tour de France de l’éco-orgasme !

Kano, l’initiative qui vous transformera en bricoleur 2.0

Kano, l’initiative qui vous transformera en bricoleur 2.0

Derrière ces quatre lettres se cache un projet en apparence un peu fou : donner l’opportunité à n’importe quelle personne de pouvoir assembler son propre ordinateur de A à Z et de le coder de façon autonome. Financée avec succès par plus de 13 000 personnes sur Kickstarter (plateforme américaine de financement participatif), l’équipe derrière cette initiative a souhaité commercialiser un kit adressé à tous les débutants et novices en informatique. Il se compose ainsi de plusieurs pièces essentielles pour assembler un micro PC parmi lesquelles un Raspberry Pi (un nano-ordinateur de la taille d’une carte de crédit), une carte mémoire, un connecteur USB, un clavier sans fil ou encore une prise d’alimentation …
Le kit s’adresse à tous les âges : dans la vidéo de présentation du projet, on voit ainsi un enfant de 7 ans monter Kano et s’en servir tout seul, comme avec des LEGO® (si vous en doutez, n’hésitez pas à regarder cette vidéo). Et ce n’est pas tout ! Kano est open-source, ce qui signifie que n’importe qui pourra avoir accès au code source et donc modeler son ordinateur selon les besoins recherchés. Le projet s’adresse ainsi à « tout ceux qui veulent créer avec la technologie, et pas seulement la consommer » selon ses créateurs. Kano fonctionne sur son propre système d’exploitation et propose une interface colorée et ludique.
Ce micro-PC à monter soi-même pourrait bien donner aux enfants et aux moins jeunes le goût de la programmation informatique, à l’instar de nombreuses autres initiatives. Vendu à 150€ en Europe, il reste relativement accessible d’accès pour tous les programmeurs informatique en herbe !

envoyer l'article : Kano, l’initiative qui vous transformera en bricoleur 2.0

Après les food-trucks, voici le bio truck !

Après les food-trucks, voici le bio truck !

C’est un drôle d’oiseau qui se promène au gré des marchés de l’Indre.  Cette Hirondelle n’est autre qu’une épicerie bio itinérante née en 2012 suite à l’initiative de deux jeunes femmes de la région. L’idée a éclos tout naturellement face au constat du vide dans l’offre de produits certifiés bio sur le territoire. Avec leur véhicule, elles sillonnent les marchés du sud du département et livrent aussi dans des points relais ou à domicile, là où l’offre bio est absente. Sur leurs étals, on retrouve des produits de l’épicerie sèche mais aussi des cosmétiques, des articles de loisirs créatifs. Le reste de l’offre s’ajuste en fonction des demandes des clients … Autant de produits que l’Hirondelle est la seule à proposer sur le territoire. Avec ce système de vente ambulante, l’épicerie a vite trouvé ses clients parmi les consommateurs de bio mais sensibilisent aussi ceux qui aspirent à changer leur mode de consommation. En plus de cette activité commerciale, l’Hirondelle apporte également un soutien à certaines communes de la région en livrant ses produits dans des mairies, cantines scolaires et crèches.
Avec ce système de vente itinérante, il semblerait que les deux co-gérantes de cette épicerie aient trouvé le moyen de redynamiser l’offre de bio sur ce territoire rural du centre de la France.

envoyer l'article : Après les food-trucks, voici le bio truck !

L’expérimentation sur les animaux dans la cosmétique perd du terrain, pour leur plus grand bien !

L’expérimentation sur les animaux dans la cosmétique perd du terrain, pour leur plus grand bien !

Dans de nombreux pays du monde entier, les test sur animaux dans l’industrie cosmétique semblent être la norme pour démontrer l’efficacité des produits et leur innocuité sur les êtres humains. Selon l’association Cruelty Free International, 80% des pays auraient ainsi recours à l’expérimentation animale pour tester les produits cosmétiques finis et les ingrédients les composant. Un constat hélas maussade …
Bonne nouvelle pourtant puisqu’en 2013, l’Union Européenne a annoncé l’entrée en vigueur de la directive interdisant l’expérimentation animale dans l’industrie cosmétique. Elle a également rendu toute importation de produits cosmétiques testés sur les animaux interdite sur le sol européen. Dans la foulée, la Croatie et la Norvège ont suivi cet exemple.
En 2015, il semblerait que cette vague « anti cruauté » gagne maintenant l’Asie. La Corée du Sud a récemment annoncé sa volonté d’interdire les tests cosmétiques sur les animaux pour les produits finis. Une décision à saluer quand on sait que le marché asiatique s’est fait une place de choix dans l’industrie cosmétique mondiale. A l’avenir, le pays envisage même d’étendre cette interdiction aux ingrédients composant les produits cosmétiques. Le plan présenté par le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de la Corée du Sud a élaboré ce plan visant l’interdiction de l’expérimentation animale dans la cosmétique en partenariat avec l’association Cruelty Free International. En espérant que cette initiative encourage d’autres pays d’Asie à suivre ce mouvement pour l’éthique animale !
Pour faire ses achats en toute conscience, plusieurs labels existent pour aiguiller le consommateur. Les labels Cruelty Free et One Voice sont notamment présents sur les produits cosmétiques non testés sur les animaux.

envoyer l'article : L’expérimentation sur les animaux dans la cosmétique perd du terrain, pour leur plus grand bien !

Des tissus de récup’ sans dessus dessous avec Finili

Des tissus de récup’ sans dessus dessous avec Finili

La filière de récupération des vêtements recyclés ne cesse de grandir et les initiatives valorisant l’utilisation de ces matières premières se multiplient dans l’Hexagone. Après la marque bordelaise OriginBy, c’est au tour d’une toute jeune marque bretonne d’innover. Finili, créée par deux finistériennes, propose une collection de sous-vêtements confectionnés de manière artisanale à partir de vieux tissus de récupération. Un mot d'ordre : « Assez ringard pour être branché ». Les modèles proposés sont hétéroclites, à l’image de la diversité des tissus réutilisés. De la petite culotte à pois au « Poum-Poum short » jaune canari, il y en a pour tous les goûts. Ces messieurs n’ont pas été oubliés puisque Finili propose également une gamme de caleçons en tissus de récup’.
La matière première est récupérée localement dans les vide-greniers, à Emmaüs ou au Secours Populaire, auprès de particuliers.
Sensibles aux principes de l’économie sociale et solidaire, les deux créatrices de Finili font partie d’une coopérative d’activités et d’emplois. Elles souhaitent surtout conserver un point d’ancrage local et commercialiser à terme leurs collections dans des boutiques physiques plutôt que sur internet.

Avec Finili, il est désormais possible de s’habiller récup’ des pieds à la tête, sous-vêtements compris !

envoyer l'article : Des tissus de récup’ sans dessus dessous avec Finili

Le Festival international du film d’environnement, c’est en ce moment à Paris !

Le Festival international du film d’environnement, c’est en ce moment à Paris !

La 32ème édition du Festival international du film d'environnement, organisé depuis 2001 par la Région Ile-de-France se tient en ce moment au cinéma des cinéastes et en Île-de-France jusqu'au 10 février.
Il s’est donné pour objectif de sensibiliser tous les publics aux enjeux environnementaux et sociaux du développement durable. Durant une semaine, la région Ile-de-France va vibrer au rythme d’une programmation internationale, essentiellement inédite, de longs, moyens et courts métrages, documentaires et fictions, ainsi que des web documentaires.
Cette année, le festival s'inscrit dans le cadre de l'année climat 2015 organisée par la Région et ses partenaires pour sensibiliser les Franciliens alors que Paris-Le Bourget s'apprête à accueillir la COP21 du 30 novembre au 11 décembre 2015.
Les spectateurs auront la chance de voir en film d’ouverture « Freedom, l’envol d’un aigle », réalisé par Muriel Barra et Jacques-Olivier Travers le dimanche 8 février. Parmi les documentaires longs en compétition, citons notamment « Dark Side of the Chew » qui met en lumière l’ampleur de l’impact du chewing-gum sur notre culture et l’environnement ; mais aussi « Good Things Await » sur le parcours d’un agriculture danois passionné aux méthodes anticonformistes … Les enfants ne sont pas oubliés et une sélection de courts-métrages d’animation leur est même destinée lors d’une projection/goûter organisée ce dimanche 8 février avec Bio c’ Bon.

Pour retrouver toute la programmation du FIFE, cliquez ici.

envoyer l'article : Le Festival international du film d’environnement, c’est en ce moment à Paris !

GREEN ATTITUDE®, un nouveau magazine tout beau tout bio !

GREEN ATTITUDE®, un nouveau magazine tout beau tout bio !

Ecologique et chic, citadin et nature, local et équitable, féminin et masculin … voici les crédos de ce nouveau magazine papier (et en ligne !) tout juste arrivé dans les kiosques au mois de décembre 2014. Ce trimestriel, résolument orienté art de vivre, entend remettre au goût du jour et dans l’air du temps le respect de l’environnement. Au programme, 132 pages de contenu visant à révéler des innovations positives, entre portraits de personnalités engagées et rubriques axées sur le respect de l’environnement : « Chic c’est bio », « Made in France » ou encore « L’Echo Eco » …
Dans ce premier numéro, on retrouvera ainsi pêle-mêle une interview de Benjamin Carle, qui a vécu 100% Made in France durant un an, un dossier sur l’herboristerie, sans oublier des reportages originaux, une rubrique DIY (Do It Yourself) et des recettes de cuisine faisant la part belle aux produits de saison. Un contenu qualitatif qui séduira tout un chacun !
Rajoutons que le magazine est imprimé sur du papier sans chlore recyclé, conçu et fabriqué en France. Un détail qui fait toute la différence … Soulignons également l’univers graphique de GREEN ATTITUDE®, moderne et épuré, qui rend la lecture de ce magazine agréable.
On attend donc impatiemment la sortie du prochain numéro de ce nouveau trimestriel engagé !

envoyer l'article : GREEN ATTITUDE®, un nouveau magazine tout beau tout bio !

IKEA s’engage pour l’adoption d’un mode de vie durable au quotidien

IKEA s’engage pour l’adoption d’un mode de vie durable au quotidien

De janvier à juillet 2015, 230 foyers en France vont bénéficier du programme « Durable & Vous » lancé par la célèbre enseigne IKEA. L’objectif du programme est d’aider ces familles à réduire leurs factures d’énergie et d’eau, à trier leurs déchets, mais aussi plus largement à améliorer leur quotidien. Les foyers bénéficient d’un coaching à domicile par un conseiller expert de PrioriTerre, association spécialisée dans le conseil en consommation d’énergie et d’eau. Egalement, 500€ de produits IKEA sont offerts aux participants afin de les aider à répondre à leurs objectifs. En retour, les foyers sélectionnés partagent leur expérience au sein d’une plateforme interactive dédiée, où chacun peut y raconter le déroulement du programme, mais aussi exposer sa vision du développement durable et les bénéfices qu’apporte l’expérience.
Souvent, avoir un mode de vie durable passe par des gestes simples : couper les appareils électriques en veille, installer des robinets mitigeurs, poser des doubles-rideaux… Selon l'ADEME, baisser le chauffage d'un degré - tout en gardant le confort intérieur grâce aux produits IKEA - permettrait même de réaliser 7% d'économies sur sa facture d'énergie ! De même, remplacer ses ampoules à incandescence par des LED de la marque représenterait 85% d'économies. Autant d'arguments qui ne manqueront pas de parler aux nombreux français souhaitant diminuer leurs consommations en eau et énergie !

Retrouvez davantage d'éco-gestes dans le Guide "Durable & Vous".

envoyer l'article : IKEA s’engage pour l’adoption d’un mode de vie durable au quotidien

Sum of Us dénonce Doritos et l’utilisation de l’huile de palme

Sum of Us dénonce Doritos et l’utilisation de l’huile de palme

Chaque année aux Etats-Unis, le Super Bowl est l’occasion pour les grandes enseignes de se faire remarquer avec des spots publicitaires exceptionnels, bénéficiant de la grande audience de l’événement. A quelques jours de la compétition, l’ONG Sum of Us, qui rassemble des citoyens souhaitant inciter les grandes entreprises à adopter des pratiques plus vertueuses, a décidé de frapper un grand coup avec un spot humoristique dénonçant la marque de chips emblématique Doritos, largement consommée par les téléspectateurs.
Tout commence par une belle histoire d’amour entre deux amoureux de chips dont les preuves d’amour ne sont que Doritos… Mais tout dérape lorsque le couple décide de se rendre à Doritos Land et découvre alors la brutale réalité qu’implique la consommation d’huile de palme. La campagne n’est pas sans rappeler celle menée par Greenpeace en 2011, dans laquelle Ken se résoud à quitter Barbie car sa fabrication implique l’utilisation d’huile de palme.
Nombre de produits de consommation courante contiennent de l’huile de palme et, lorsqu’il ne s’agit pas de plantations durables, cette huile est responsable de la destruction de pans entiers de la forêt tropicale. Face au grand nombre de multinationales participant à ce déboisement massif, Sum of Us invite à signer une pétition pour que PepsiCo, maison mère de Doritos, adopte une politique responsable vis-à-vis de l’huile de palme. L’ONG a d’ores et déjà récolté plus de 300 000 signatures…


Pour plus d’informations sur l’huile de palme et sa production, rendez-vous sur notre fiche-produit dédiée à la question.

envoyer l'article : Sum of Us dénonce Doritos et l’utilisation de l’huile de palme
Le guide des labels de la consommation responsable 2009-2010 La consommation de A à Z. Santé,  loisirs,  environnement,  budget…, Tout ce que vous devez savoir pour bien consommer