Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie Monoprix PagesJaunes  L’ARBRE VERT 1ère marque des produits écologiques pour votre quotidien ! Nature & Découvertes
Partenaires Medias
TF1 Conso La Revue Durable Le Mouv' Néo Planète Décisions Durables Le marché citoyen CO2 mon amour
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Consulter le guide des sushis responsables Guide Made in France Voir les rapports des chiffres de la consommation responsables Tendances Durables 2012 La vente en vrac - pratiques & perspectives App guide des labels Quizz : Quel co-consommateur tes-vous ? Pour une consommation durable C’est tout vert ! Quelle est l’empreinte carbone de votre argent ? Ma conso, ma planète Restauration et développement durable Évaluez la qualité de l’air intérieur dans votre habitation nos cantines pour la planète Mini-guide des labels de la consommation responsableo
Greenpride, 5 juillet, Paris (19ème arrondissement)

Evénement festif grand public en Ile-de-France, la Greenpride vise à sensibiliser de manière festive et non moralisatrice aux questions de santé-environnement. L'événement rassemble chaque année depuis deux ans citoyens, étudiants, entreprises, associations, etc. Pour cette 3ème édition, c'est la qualité de l’air et les perturbateurs endocriniens qui ont été choisis comme thématiques, 
en partenariat avec l’association Respire, spécialiste des questions de qualité de l’air en France.
Plus d'informations sur :
http://greenpride.me/ Journées Régionales pour le Climat, 8 juillet, Paris (7ème arrondissement)

La Région Ile-de-France et le Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France organisent la première Journée Régionale pour le Climat, en prévision de la COP 21 à Paris en 2015. Elle portera sur le tourisme et le climat en Ile-de-France. Au programme : un cadrage de ces enjeux dans la perspective de la COP 21 et une présentation du premier bilan carbone du secteur touristique réalisé pour la première fois à cette échelle, suivie d'un débat sur la manière de passer à l'action pour les acteurs économiques du secteur.
Inscriptions et informations
ici. Les Controverses Européennes de Marcia, du 30 juillet au 1 août 2014, Marciac (32)

Depuis 20 ans, les Controverses Européennes de Marciac sont un rendez-vous national et européen pour instruire et débattre des sujets qui interpellent notre société : le futur de l'agriculture, l'évolution de notre alimentation, la transformation des territoires ruraux, etc. Une manifestion où se côtoient des agriculteurs, des scientifiques, des élus, des acteurs issus du monde économique, associatif, culturel et du grand public. Le thème de cette année : "Pour des territoires vivants … faut que ça déménage !" avec tables-rondes, débats et conversations au programme. Plus d'informations
ici, 70€ les deux jours.
E-cartes Voutch

On peut être héros sans ravager la terre"

Nicolas Boileau

Café-Conso
dernières nouvelles

Avec Solimoov, donnez du sens à vos achats !

Avec Solimoov, donnez du sens à vos achats !

Comment transformer un acte d’achat en réflexe solidaire ? C’est le défi que s’est lancé Solimoov, nouvelle plateforme de consommation en ligne. Le principe est simple : on se connecte sur le site, on passe commande puis on soutient gratuitement l’association de son choix, qui se voit reverser jusqu’à 25% du prix d’achat. Et avec 127 sites marchands partenaires, trouver son bonheur est à portée de clic ! Grande distribution, téléphonie mobile, sport, habillement, mais également transport, hôtellerie, loisirs, voyage…
Le secteur associatif n’est pas en reste puisque 18 structures bénéficient d’ores et déjà de la solidarité des e-consommateurs. Et comme le dit Solimoov, « ça ne vous  coûte rien de plus ! Rien. Nada. Zéro. » Alors... rejoignez le mouvement !

envoyer l'article : Avec Solimoov, donnez du sens à vos achats !

Un documentaire fait boire la tasse au parc aquatique Seaworld

Un documentaire fait boire la tasse au parc aquatique Seaworld

D’après un récent article du Monde, le groupe américain de parcs aquatiques vient d’annoncer qu’il aurait vu son chiffre d'affaires plonger de 5 % sur les six premiers mois de 2014, a-t-il annoncé mercredi 13 août. Une chute qui pourrait encore s’aggraver cet été, pic de fréquentation des parcs d'attraction – puisque le groupe coté à la Bourse de New York anticipe un recul de 7 % de son activité sur l'ensemble de 2014. Wall Street n’a pas manqué de réagir avec virulence à cette annonce, puisque le titre Seaworld a perdu un tiers de sa valeur, atteignant un plancher historique depuis son introduction en Bourse en 2013.  A l’origine de ces difficultés, la tempête médiatique qui a suivi la sortie du documentaire « Blackfish » (voir la bande-annonce ici - le film étant disponible depuis peu en DVD et VOD dans l’hexagone).
Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice, lève le voile sur les conditions de vie des orques en captivité et mène une enquête à charge à partir de la mort tragique d'une dresseuse, Dawn Brancheau, happée en février 2010 en plein spectacle par Tilikum, un orque mâle appartenant à Seaworld. Le documentaire montre notamment comment ces mammifères de près de 10 tonnes, à l’intelligence réputée, enchaînent les traumatismes : par exemple, dans le cas de Tilikum, le choc initial de sa capture à l’âge de deux ans en 1983 et la séparation d’avec sa famille fut suivi des privations alimentaires associées au dressage puis du rythme infernal des spectacles (toutes les heures, huit fois par jour, sept jours par semaine), et de l’isolement total pendant un an après la mort de Dawn Brancheau. Face à ces stress répétés, les orques développent des caractéristiques (dont la plus connue est l’aileron dorsal courbe) et des comportements agressifs jamais observés dans la nature (le film rappelle qu’aucun cas d’attaque par des orques sur des humains n’a jamais été relevé à l’état sauvage). Il révèle aussi, d’ailleurs, que l'orque Tilikum avait déjà agressé et tué plusieurs autres personnes, dont une dresseuse au Canada et un spectateur en 1999.
Le groupe Seaworld est accusé de n’en avoir pas tenu compte en raison de son avidité financière (non content d’être le plus gros orque mâle détenu en captivité au monde, Tilikum est aussi un reproducteur précieux dont la progéniture est en train de se répandre dans tous les parcs aquatiques de la planète – 54% des orques peuplant les parcs du groupe Seaworld auraient ainsi ses gènes), mais aussi de n’en avoir jamais informé ses dresseurs, dont le niveau de formation et d’information est mis en cause.  Le documentaire a connu un succès retentissant (21 millions de personnes devant CNN lors de sa diffusion américaine en octobre 2013, et 1 million de téléspectateurs devant Arte lors de sa diffusion le 27 juin dernier) et Seaworld, mis en cause par tous les médias et les réseaux sociaux depuis près d'un an, s’est défendu tant bien que mal : le groupe a mis en ligne un contre-argumentaire détaillé dénonçant le contenu « malhonnête » du documentaire et vantant au contraire son éthique, ses méthodes, etc. Seaworld, dont les parcs accueillent chaque année 26 millions de personnes, vient donc tout juste de reconnaître l’impact du film sur sa fréquentation, en même temps qu’il annonçait quelques mesures pas tout à fait convaincantes, comme l’agrandissement des bassins qui accueillent les orques et le versement de 10 millions de dollars pour « l'étude et la protection des orques dans leur environnement naturel ». Pas sûr que cela lui suffise pour sortir la tête de l'eau...

envoyer l'article : Un documentaire fait boire la tasse au parc aquatique Seaworld

WAVE, l’expo qui surfe sur la vague de l’ingéniosité collective

WAVE, l’expo qui surfe sur la vague de l’ingéniosité collective

Quel est le point commun entre makers, co-création, économie inclusive, économie circulaire et économie de partage ? Si ces termes barbares peuvent décontenancer les visiteurs non avertis, ils désignent un courant de plus en plus prégnant dans le secteur de l’économie : celui de l’ingéniosité collective. À travers 20 initiatives sélectionnées à l’international, l’exposition WAVE démontre que l’on peut replacer l’humain au cœur du processus d’innovation, tout en s’inscrivant dans une économie de territoire bien réelle.   
Imaginée et produite par BNP Paribas, cette exposition pousse le concept jusqu’à se tenir dans un WAVEspace, un lieu qui prend la forme d’un forum central pour accueillir les 5 courants d’innovation (makers, co-création, économie inclusive, économie circulaire et économie de partage), couronné d’une galerie circulaire dédiée aux 20 projets sélectionnés.
Quand l’ingéniosité collective décide de changer le monde, elle voit grand !

envoyer l'article : WAVE, l’expo qui surfe sur la vague de l’ingéniosité collective

Earth Overshoot Day : A partir d'aujourd’hui, l’humanité vit à crédit

Earth Overshoot Day : A partir d\'aujourd’hui, l’humanité vit à crédit

Désormais, c’est au cœur de l’été que le phénomène survient, en pleines vacances, au risque de passer totalement inaperçu. Et pourtant, le « Jour du Dépassement Planétaire » est révélateur de l’accélération de notre consommation et de ses impacts. Cette année, il tombe ce mardi 19 août, soit un jour plus tôt qu’en 2013 : en huit mois seulement, l’humanité a cette année encore consommé la totalité de son « budget écologique » annuel, et dépassé la capacité de la planète à renouveler les ressources consommées en un an. Pour finir l’année 2014 et satisfaire nos besoins de consommation, nous n’aurons pas d’autre choix que de puiser dans les stocks de ressources naturelles au-delà du « quota » dont nous aurions dû nous satisfaire pour ne pas entamer notre « capital terre » et vivre, simplement, des intérêts de ce capital. Autrement dit : notre surconsommation nous fait vivre au-dessus de nos moyens et grossit notre « dette écologique » pour les années suivantes, et les générations futures ! Selon les données recensées par le Global Footprint Network, une organisation internationale de recherche environnementale, le seuil critique a été dépassé au milieu des années 1970, époque à laquelle nous sommes entrés en situation de dette écologique ; et si la tendance actuelle persiste, nous aurions besoin de deux planètes d’ici 2050 pour faire face à nos besoins annuels. Le plus inquiétant, c’est que l’épuisement des ressources naturelles s’accélère : en 2005, le jour du dépassement global tombait le 20 octobre et, en 2000, le 1er novembre. Là où l’humanité utilisait un peu plus de la moitié des ressources naturelles disponibles au début des années 1960, elle dépasse aujourd’hui de plus de 50% la capacité planétaire (il faudrait donc déjà 1,5 planètes pour répondre aux besoins de l’humanité).
Et d’ores et déjà 86 % de la population mondiale vit dans des pays qui demandent plus à la nature que ce que leurs propres écosystèmes peuvent renouveler.
Pour Diane Simiu, Directrice des Programmes de Conservation du WWF France, "même si les chiffres montrent clairement que la demande en ressources de l'humanité dépasse la capacité de notre planète à les produire, nous pouvons encore prendre des mesures audacieuses et construire un avenir prospère, fondé sur l'utilisation durable des ressources. Mais il faut agir dès maintenant." Et l’ONG environnementale de rappeler dans son communiqué que de nombreuses solutions sont disponibles et permettent de s’attaquer au problème : passer massivement à l’énergie renouvelable, opter pour des régimes alimentaires moins riches en viande, viser une économie circulaire sur la base du recyclage et de la réutilisation, repenser l’urbanisme, la mobilité et la fiscalité, privilégier les produits éco-labellisés, etc.

envoyer l'article : Earth Overshoot Day : A partir d\'aujourd’hui, l’humanité vit à crédit

Djump et UberPOP : les applis smartphone qui renouvellent la mobilité urbaine

Djump et UberPOP : les applis smartphone qui renouvellent la mobilité urbaine

Vous pensiez tout connaître des transports collaboratifs ? Autolib, Luckyloc, Drivy, Airvy et autre BlaBlaCar n’avaient plus de secret pour vous ? C’était compter sans l’ingéniosité de start-up comme Djump ou Uber, qui font le pari d’une nouvelle offre de mobilité urbaine.
Lancée en mai 2013, Djump met en relation des passagers avec des conducteurs au volant de leur propre véhicule, via un système de géolocalisation. Une fois la course acceptée, l’utilisateur est averti par SMS de l’arrivée imminente de son chauffeur d’un jour. A charge pour lui de contribuer au prix de la course selon un montant indicatif calculé sur son smartphone, puis de lui attribuer une note. La sécurité n’est pas en reste puisque chaque conducteur subit une sélection drastique. 
Fonctionnant sur le même principe, l’appli UberPOP lancée début 2014 par la start-up californienne Uber  affiche, quant à elle, un tarif minimum de 4€ auquel s’ajoutent des frais calculés selon le temps et la distance parcourue. Elle conserve une légère longueur d’avance en étant accessible 7j/7 et 24h/24, là où Djump se limite actuellement aux soirées, de 19h à 5h du matin. Deux  options collaboratives pour sortir jusqu'au bout de la nuit, sans se ruiner pour rentrer !

envoyer l'article : Djump et UberPOP : les applis smartphone qui renouvellent la mobilité urbaine

La start-up Phenix fait renaître de leurs cendres les produits invendus

La start-up Phenix fait renaître de leurs cendres les produits invendus

Cette année, le festival Rock en Seine met le développement durable à l’honneur à l’occasion de sa nouvelle édition (22, 23, 24 août). A l’issue du festival, les invendus alimentaires seront en effet distribués à des associations caritatives plutôt que de suivre le traditionnel chemin vers la poubelle. Derrière cette initiative inspirante se cache la start-up parisienne Phenix, qui a fait sienne la maxime de Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme » ! Son objectif consiste à redonner une utilité aux produits invendus en leur attribuant une seconde vie solidaire. Comment ? Le principe est simple : Phenix met en relation organisateurs d’évènements eco-friendly et associations travaillant au contact de publics défavorisés, contribuant ainsi à revaloriser produits alimentaires et non alimentaires.
La jeune entreprise n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’elle avait déjà sévi au festival musical We Love Green en juin dernier, en récoltant le contenu de cinq frigos pleins, soit l’équivalent de 1650 bases de repas. Une initiative à faire (re)naître dans tous les festivals ?

envoyer l'article : La start-up Phenix fait renaître de leurs cendres les produits invendus

ToucheDeClavier.com, la bonne idée DIY pour rallonger la durée de vie de vos claviers

ToucheDeClavier.com, la bonne idée DIY pour rallonger la durée de vie de vos claviers

Qui n’a jamais été confronté à un clavier d’ordinateur portable devenu inutilisable ? Touches arrachées ou simplement défectueuses, comment faire pour remplacer les pièces manquantes ? Bien souvent, le coût de remplacement d’un clavier complet d’ordinateur coûte très cher et prend du temps. Parfois, certaines pièces ne sont pas commercialisées en France et doivent être exportées depuis les Etats-Unis. ToucheDeClavier.com (www.touchedeclavier.com) pourrait bien révolutionner le marché. Ce site de e-commerce permet en effet de se procurer des touches de claviers d’ordinateurs portable à l’unité, à partir de 5€ la pièce. Valorisant la culture Do It Yourself (« Fais-le toi même »), ToucheDeClavier.com vend les touches dans un kit avec le matériel de fixation et met à disposition des acheteurs des guides vidéo indiquant comment effectuer la manipulation de remplacement. Le client devient ainsi acteur de la maintenance de son propre matériel.
L’activité de cette entreprise permet aux consommateurs de réaliser des économies substantielles mais aussi de lutter contre l’obsolescence programmée puisque la majorité des touches vendues sur le site proviennent de claviers destinés à la destruction. Une manière de valoriser ces pièces destinées à la casse et d’éviter la production de touches neuves. Et le succès est déjà au rendez-vous depuis l’ouverture de ToucheDeClavier.com. En 2014, les ventes devraient même s’étendre à toute l’Europe avec des sites traduits en anglais.

envoyer l'article : ToucheDeClavier.com, la bonne idée DIY pour rallonger la durée de vie de vos claviers

Rencontres et solidarité : c’est simple comme un Kawaa !

Rencontres et solidarité : c’est simple comme un Kawaa !

Tout commence à Paris en juin 2013 où l’équipe de l’association Un-par-un commence à rassembler les habitants d’un même quartier autour d’un café lors de rencontres conviviales propices à l’échange. Depuis, le projet a évolué : Kawaa est né ! Signifiant "café" en arabe, le mot kawaa est entré dans le langage courant et fait référence aux valeurs universelles que sont la solidarité et le partage. Le principe est d’organiser des rendez-vous dans un café et de partager un moment de convivialité avec un(e) habitant(e) de son quartier dans une atmosphère détendue. Ouvert à tous, Kawaa facilite aussi les rencontres entre plusieurs générations. Particulier, association, entreprises, commerçant … chacun peut rejoindre la communauté et organiser à son tour un Kawaa dans le lieu de son choix sur un thème choisi, et devenir ainsi créateur de liens ! Sur place, des outils d’animation (cartes de conversation par exemple) permettent d’engager la discussion entre les participants. Puteaux, Asnières, Montreuil, l’initiative a déjà été reprise en région parisienne et ne devrait pas tarder à séduire le reste de la France. Au départ crée pour lutter contre l’isolement, l’objectif de Kawaa se veut maintenant plus large : faire se rencontrer des personnes pour créer de nouveaux liens ou partager des bons plans. De quoi donner envie d’oser le hasard des rencontres !

envoyer l'article : Rencontres et solidarité : c’est simple comme un Kawaa !

oOlution fait sa petit révoOlution dans le monde de la cosmétique bio

oOlution fait sa petit révoOlution dans le monde de la cosmétique bio

Pionnière et engagée. Voilà deux adjectifs qui vont comme un gant à la marque de soins visages oOlution. Derrière cette jeune marque qui vient de souffler sa première bougie, il y a Anne-Marie Gabelica, ingénieur chimiste et agronome de formation, qui après avoir travaillé plusieurs années dans un grand groupe décide de se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat. Après trois ans de Recherche et Développement, oOlution est née, avec cette volonté de créer des crèmes pour le visage exemptes d’ingrédients dérivés de la pétrochimie ou de l’huile de palme. Au programme, des produits à la composition ambitieuse : 100% d’ingrédients d’origine naturelle et d’actifs végétaux bio. Sans compter que les huiles minérales, estérifiées ou hydrogénées sont remplacées par des huiles végétales naturelles de première pression à froid. oOlution a également banni l’huile de palme de la composition de ses crèmes en raison des conséquences destructrices de cette culture sur l’environnement. Le credo de la marque ? La diversification pour la peau, sur le même modèle que la diversification dans l’alimentation. Ainsi, les formules des produits oOlution contiennent un total de 65 actifs bio pour garantir un effet multi-actions pour la peau et limiter la multiplication de couches de produits. En plus, l’engagement est poussé jusqu’au bout puisque la gamme cosmétique est éco-conçue, en partenariat avec l’ADEME, pour réduire à la source tous les impacts environnementaux des produits tout au long de leur cycle de vie. En décembre 2013, oOlution a été récompensée par le Ministre de l’Ecologie avec le prix Coup de pouce du jury dans la catégorie Biodiversité et entreprises au salon Pollutec pour cette démarche engagée. Il ne reste plus qu’à tester !

envoyer l'article : oOlution fait sa petit révoOlution dans le monde de la cosmétique bio

Contre le gaspillage alimentaire : les hypermarchés CORA s’associent à l’Ecole des Mines d’Alès

Contre le gaspillage alimentaire : les hypermarchés CORA s’associent à l’Ecole des Mines d’Alès

Décidément, les étudiants sont des créateurs de valeur intéressants pour booster l’innovation chez les entreprises françaises. A l’Ecole des Mines d’Alès, les élèves-ingénieurs participent chaque année à une séminaire où des responsables de groupes industriels et de PME innovantes expliquent les processus d’innovation. A la fin du séminaire, les étudiants doivent résoudre un défi proposé par les intervenants pour résoudre une problématique cruciale. C’est dans ce cadre que 3 élèves-ingénieurs ont proposé une solution aux hypermarchés CORA pour répondre à la problématique « Innover dans la grande distribution ».  Ils ont choisi d’aborder cet enjeu en réfléchissant au problème du gaspillage alimentaire : chaque année, les distributeurs français jettent en effet environ 700 000 tonnes de denrées périssables parmi lesquelles beaucoup sont des produits aux dates de péremption courtes (viande, poisson, pâtisserie, etc). Ces étudiants ont donc imaginé un dispositif de merchandising et de signalétique innovant pour rendre ces produits plus attractifs et visibles aux yeux des consommateurs. Ils ont utilisé une signalétique orange pour attirer l’attention des clients et des slogans qui interpellent de manière positive : « Cabossé, mais bien conservé », « Je ne suis pas caillé, tu peux y aller » ou encore « Sois malin, mange-moi de viande ». Simple mais ingénieux ! Les hypermarchés CORA d’Alès et de Limoges testent depuis début juillet 2014 ce nouveau dispositif qui sera ensuite étendu aux 30 autres magasins de l’enseigne dans les prochains mois. Une initiative qui n’est pas sans rappeler le projet Zéro-Gâchis imaginé par cinq étudiants brestois pour fournir aux consommateurs la liste des produits proches de la date limite de consommation disponibles dans les magasins proches de chez eux. A l’heure où 2014 a été désignée année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire, la collaboration entre les écoles et les entreprises bénéfique pour innover dans ce domaine et inverser la tendance !

envoyer l'article : Contre le gaspillage alimentaire : les hypermarchés CORA s’associent à l’Ecole des Mines d’Alès

Uma Deluna, la marque de chemise espagnole chic et engagée

Uma Deluna, la marque de chemise espagnole chic et engagée

Jeune entreprise de mode masculine online, Uma Deluna fait le pari de proposer des chemises pour les personnes qui encouragent le développement durable et souhaitent s’habiller en accord avec leurs valeurs. Uma Deluna poursuit donc une ambition forte : provoquer, dans le domaine de la mode, un changement vers des modes de production et de consommation plus responsables. Dans la pratique, les chemises de la marque sont toutes confectionnées à partir de coton certifié GOTS (Global Organic Textile Standard) dans des ateliers locaux à Madrid. Le coton, quant à lui, est tissé au Portugal, afin de conjuguer traçabilité des matériaux et production locale. Les vêtements d’Uma Deluna s’adressent à une clientèle chic et engagée. Chaque collection est mise en vente sur la boutique en ligne de la marque en édition limitée, pour garantir aux clients les plus exigeants une chemise unique qui ne retourvera pas à tous les coins de rue !
Pour l’anecdote, le nom Uma Deluna est inspiré de l’abréviation UMa utilisée en astronomie pour désigner Ursa Majoris, la Grande Ourse. Cette constellation guidait autrefois les bateaux en mer. Aujourd’hui, elle représente pour le fondateur d’Uma Deluna un objectif symbolique : celui de sortir du brouillard de la mode industrielle pour tendre vers une mode plus éclairie, raisonnable et responsable. D’ailleurs, chaque chemise de la marque porte le nom d’une des étoiles de la Grande Ourse – un beau clin d’œil à l’engagement sans concession d’Uma Deluna.

envoyer l'article : Uma Deluna, la marque de chemise espagnole chic et engagée

Plus près de vos voisins de vacances avec Links&Go

Plus près de vos voisins de vacances avec Links&Go

Ça y est, les vacances sont là et l’été avec. Si vous partez prochainement en vadrouille, en France ou à l’étranger, et souhaitez tester un nouveau service simple d’utilisation pour faire de nouvelles rencontres, Links&Go a ce qu’il vous faut ! Partant du constat qu’aucun réseau social propre aux voyageurs n’existait sur le marché, les cinq fondateurs de Links&Go ont créé ce service pour que les vacanciers soient mis en relation avec leurs voisins sur leur lieu de vacances. Ce réseau social entièrement dédié aux voyageurs vise en effet à faciliter les rencontres entre vacanciers aux centres d’intérêts communs. Après s’être inscrit via Facebook, il suffit de choisir entre quatre pastilles représentatives de votre état d’esprit : fêtard (« party »), féru de culture (« learn »), aventurier (« move ») ou détente (« chill »). Sur cette base, Links&Go va vous orienter vers les vacanciers partageant le même état d’esprit. Ceux-ci sont visibles sur une carte Google Map sur laquelle il est possible de consulter les fiches détaillées de chaque utilisateur pour en apprendre davantage sur ses voyages, ses amis et même visualiser ses photos. A votre tour de créer votre fiche en renseignant votre dernier voyage pour le partager avec la communauté. Sinon, il est possible de simplement obtenir des informations sur une région, en prévision d’un prochain voyage, en cliquant sur les fiches des résidents sur la carte pour les contacter et leur poser des questions. En prime, Links&Go diffuse des bons plans proposés par des annonceurs en fonction du lieu de vos vacances et de vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus, écoutez notre Café Conso consacré aux vacances collaboratives avec la participation de Links&Go.

envoyer l'article : Plus près de vos voisins de vacances avec Links&Go

Optimiser l’usage des véhicules grâce à Drivy, service de locations de voitures entre particuliers

Optimiser l’usage des véhicules grâce à Drivy, service de locations de voitures entre particuliers

Les grandes vacances représentent l’occasion rêvée de tester de nouveaux services, bousculer ses habitudes et partir vers l’inconnu. En voiture, avec Drivy ! Lancé en 2010 par le français Paulin Dementhon, ce service de locations de voiture entre particuliers est né d’un constat simple : les rues sont remplies de voitures mais celles-ci restent stationnées 95% du temps, dont 73% au domicile et 22% sur le lieu de travail. Pourquoi ne pas optimiser l’usage de ces véhicules immobiles en les ouvrant à l’économie du partage. Vous avez une voiture mais celle-ci dort souvent dans votre garage ? Louez-la à des particuliers pour la rentabiliser sur cette plateforme de mise en relation. A l’inverse, si vous ne possédez pas de voiture mais souhaitez partir en week-end, pourquoi ne pas louer celle de votre voisin ? C’est tout l’intérêt de Drivy qui facilite le partage de voiture entre particuliers, à petits prix. Les locations sont fiables puisque Drivy inclut dans les prix affichés une assurance souscrite auprès d’Allianz.
La jeune start-up enregistre aujourd’hui des chiffres de croissance très encourageants. En juin 2014, le service comptait déjà 17 000 voitures et 250 000 membres avec une demande de locations effectuée toutes les 3 minutes sur le site de Drivy. En mai, elle a même effectué une levée de fonds de 6 millions d’euros pour partir à l’assaut des marchés allemands et européens. Cocorico !

Pour en savoir plus, écoutez notre Café Conso consacré aux vacances collaboratives avec la participation de Drivy.

envoyer l'article : Optimiser l’usage des véhicules grâce à Drivy, service de locations de voitures entre particuliers

Concert en Appart’ amène la musique live chez vous

Concert en Appart’ amène la musique live chez vous

Vous avez toujours rêvé de transformer votre salon en salle de concert éphémère ? C’est maintenant possible avec le site Concert en Appart’. Cette plateforme en ligne met en relation des groupes de musique locaux avec des particuliers qui souhaitent les faire jouer dans leur appartement, maison ou jardin. Du folk au rock, il y en a pour tous les goûts. Les groupes inscrits sur Concert en Appart’ peuvent choisir de se faire rémunérer pour leur concerts ou de se faire payer au chapeau par les hôtes de l’événement. Pour tester ce nouveau concept novateur, il suffit de trouver un groupe de musique qui vous plait sur Concert en Appart et de rentrer en contact avec lui. Après avoir échangé sur les conditions du concert (forfait ou chapeau, adaptation de votre appartement aux contraintes du groupe), il n’y a plus qu’à inviter vos amis à la soirée en leur expliquant le principe, puis à profiter d’un concert intimiste à domicile.

Concert en Appart’ propose ainsi une nouvelle manière de découvrir la musique et renouvelle l’expérience du concert. Les musiciens sortent du cadre traditionnel des bars ou salles dans lesquels le public ne les écoute pas toujours et ont ici la possibilité de jouer pour des gens qui s’intéressent vraiment à eux. Une chance pour se faire connaître et établir une relation privilégiée et plus intimiste avec leur public. Les hôtes, quant à eux, découvrent avec leurs amis invités pour l’occasion de nouveaux groupes locaux lors d’une soirée unique.

Pour en savoir plus, écoutez notre Café Conso consacré aux vacances collaboratives avec la participation de Concert en Appart’.

envoyer l'article : Concert en Appart’ amène la musique live chez vous

« Moins cher et plus humain », c’est BedyCasa !

« Moins cher et plus humain », c’est BedyCasa !

Crée à l’origine en 2007 par la française Magali Boisseau, passionnée de voyages et de cultures étrangères, BedyCasa réunit aujourd’hui plusieurs milliers de membres répartis dans 162 pays qui souhaitent tous voyager différemment par le biais de la location de chambres entre particuliers. La plateforme met en relation des hébergeurs qui ont des chambres à louer avec des voyageurs, étudiants ou des personnes en déplacement professionnel cherchant un logement pas cher et une relation humain … le tout dans un cadre sécurisant et simple d’utilisation. La philosophie de BedyCasa met en avant l’humain, le partage et l’échange : les voyageurs logent chez les locaux et découvrent alors une culture, une ville et des traditions à travers les yeux des hébergeurs. A 25€ la nuit en moyenne, louer une chambre chez l’habitant représente une véritable solution anti-crise. Chambre individuelle, partagée, salon, appartement entier … la diversité des hébergements proposés donne le choix aux voyageurs de tout poils. Au total, le site recense 26 000 hébergeurs  dans 6 200 villes. Basée à Montpellier, BedyCasa est une start-up dynamique qui compte une vingtaine de personnes et connaît une croissance sans précédent, au cœur de la très proactive nébuleuse de la consommation collaborative !

Pour en savoir plus, écoutez notre Café Conso consacré aux vacances collaboratives avec la participation de BedyCasa.

envoyer l'article : « Moins cher et plus humain », c’est BedyCasa !
Le guide des labels de la consommation responsable 2009-2010 La consommation de A à Z. Santé,  loisirs,  environnement,  budget…, Tout ce que vous devez savoir pour bien consommer