Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie  L’ARBRE VERT 1ère marque des produits écologiques pour votre quotidien ! Monoprix Nature & Découvertes PagesJaunes
Partenaires Medias
TF1 Conso Néo Planète La Revue Durable Le Mouv' CO2 mon amour Décisions Durables Le marché citoyen
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Epilation

EPILATION

De tous temps, on a traqué le poil. L'épilation, qui était en usage courant chez les Egyptiens, les Perses, les Grecs et les Romains ainsi que chez les Arabes, les Turcs ou encore les Chinois, n'est redevenue à la mode en Occident que depuis le début du XXème siècle, avec une accélération notable du phénomène au cours de ces dernières décennies.

L'hygiène, la coquetterie, la mode, le rapport au corps et à la sexualité... Le poil peut se targuer d'avoir une famille d'ennemis assez hétéroclite. Depuis un siècle, la chasse au poil est ouverte.

Afficher Masquer

Le saviez-vous ?

  • Le poil, kézako? Avant de devenir l'ennemi de l'Humain, le poil est un allié protecteur de l'espèce (voir notre fiche produit "déodorant"). Egalement appelé "follicule pileux" ou "tige pilaire", le poil est une production filiforme de l'épiderme enracinée à environ 4mm sous la peau. La base du poil, nommée "bulbe pilaire" est constituée de kératinocytes et de mélanocytes.
Le poil, cet inconnu...
  • Les kératinocytes, cellules constituant 90% de l'épiderme et des pianères (ongles, cheveux, poils) ont pour principale fonction de synthétiser la kératine, une protéine fibreuse qui apporte à la peau sa propriété d'imperméabilité et une protection extérieure. Les mélanocytes, pour leur part, sont des cellules qui agissent sur la pigmentation de la peau et des poils, en fonction du patrimoine génétique de chacun (mélanine). Le poil pousse donc pigmenté et en quantité, phénomène qui s'étend globalement de la puberté jusqu'à la disparition progressive des mélanocytes et des kératinocytes avec l'âge.
Pourquoi a-t-on des poils?
  • La présence de poils est influencée par deux facteurs: les hormones mâles et le terrain génétique. Grâce aux hormones, le poil prend position vers la barbe, dans le haut du dos, entre les seins... Avant de se transformer en femme à barbe, une femme victime d'hirsutisme peut demander un bilan hormonal et ainsi vérifier si ce problème ne proviendrait pas d'une dose trop importante d'hormones mâles dans son organisme. Le terrain génétique est d'autant plus prépondérant qu'il influence surtout la présence et la quantité des poils dans les autres zones: bras, jambes, moustache... Ainsi par exemple, les populations méditerranéennes sont particulièrement poilues et les populations asiatiques le sont peu.
Histoire du poil
  • L'épilation ne date pas de l'invention du bikini. Mais la pratique a été mise de côté, principalement à cause de la mode. Engoncées dans leurs corsets et leurs longues jupes, les femmes n'avaient pas de raison objective d'éliminer leurs poils. Quant à la séduction, les hommes étaient probablement moins regardants, en matière d'effluves et de pilosité au Moyen-Age.
  • Il a fallu attendre la fin de la première guerre mondiale pour voir le corps de la femme se libérer un brin. Les décolletés s'élargissent, les bras se dénudent puis les robes et les jupes se raccourcissent progressivement. en marge de cette révolution vestimentaire, c'est l'explosion des loisirs en plein air. On se retrouve à la plage, en maillot, ou en sanatorium prenant des bains de soleil. Les femmes reprennent le chemin de la salle de bains pour supprimer leurs poils aux aisselles, aux jambes, au maillot,...
  • Plus les jupes raccourcissent, plus les poils s'effacent. Plus les femmes travaillent, plus leur rapport au corps et à la séduction se modifie, plus la pub vante une esthétique "hygiénique", plus l'épilation se développe. Entre les années 60 et 80, l'épilation "prend alors une dimension jusque là inconnue de représentation sociale qui touche toutes les couches de la société", nous raconte-t-on sur le site www.epilation-depilation.com.
  • Les années 1980 à nos jours termineront d'achever cette renaissance de l'épilation-reine, avec la montée en puissance des médias, télévision et presse magazine en tête avant l'avènement d'Internet. Ces supports de communication de masse vont imposer à leur tour de nouveaux codes sociaux dans la société occidentale, évolution qui ira de pair avec une profonde révolution des moeurs: les canons de beauté s'orientent de plus en plus vers des mannequins féminins aux corps d'adolescentes, imberbes et de plus en plus dénudées; le port du string se généralise progressivement pour devenir aujourd'hui le sous-vêtement féminin le plus porté et le plus vendu, notamment auprès des jeunes générations (avec le slip, il représente 31% des parts de marché de la lingerie française); la pornographie pénètre dans tous les foyers grâce à la vidéo et aux chaînes privées, imposant par la même occasion l'épilation intégrale en véritable référent de la séduction sexuelle; enfin, le culte du corps fera considérablement évoluer le rapport au corps des hommes, en le décomplexant et en le magnifiant.
La guerre du poil
  • Désormais, la chasse au poil est ouverte, et l'absence de pilosité est perçue, à tort ou à raison, comme un critère majeur de séduction et d'hygiène, aussi bien par la gent féminine que masculine. Pour mener cette guerre, hommes et femmes ont développé deux armes infernales: l'épilation et la dépilation. La première extraie les poils qui couvrent certaines parties du corps en arrachant le bulbe pileux, de manière à empêcher son développement ultérieur. Elle peut être temporaire, de longue durée, voire permanente, en fonction des techniques employées.
  • De son côté, la dépilation consiste à faire tomber les poils ou à les détruire, sans en arracher le bulbe. On ne désherbe pas, on tond la pelouse, pourrait-on dire, mais cette technique s'avère insatisfaisante à divers points de vue: faisant souvent appel à des substances chimiques qui s'attaquant à la kératine, les crème "dépilatoires" ne sont pas des armes efficaces. La dépilation, par ailleurs, favorise la repousse drue des poils. Pour filer la métaphore guerrière, disons que l'ennemi revient renforcé.
Le nerf de la guerre
  • Difficile de savoir combien d'euros l'humain consacre à cette coquetterie. Selon une étude de marché conduite sur les habitudes de consommation en matière dépilation et réalisée à la demande d'American Laser Centers (une chaîne de franchise spécialisée dans l'épilation laser outre-Atlantique), nos consoeurs américaines dépenseraient en moyenne au cours de leur vie plus de 6500€ dans les produits et services liés à l'épilation du corps.
  • L'enquête, réalisée en mai 2009 auprès d'un échantillon représentatif de 540 femmes âgées de 18 à 65 ans, révèle que les femmes concernées s'épilent pendant une période moyenne de 53,6 ans au cours de leur vie, et qu'elles estiment dépenser environ 10€ par mois en produits de rasage et autres crèmes dépilatoires. Des chiffres qui explosent littéralement pour celles qui pratiquent l'épilation à la cire une à deux fois par mois, leurs dépenses sur une vie entière étant alors estimées à quasiment 15000€. Comme le commanditaire de l'étude défend la technique laser, il n'est pas étonnant d'y découvrir que les dépenses engendrées par l'épilation laser sur une vie entière ne seraient "que" de 5000€.
  • Mais pour American Laser Centers, les avantages de l'épilation laser sont carrément écologiques. En effet, 52% des femmes interrogées ont précisé qu'elles se rasaient régulièrement sous la douche ou dans leur bain, en marge de leurs séances d'épilation à la cire. L'étude ayant démontré qu'elles consacrent 11 minutes en moyenne pour se raser et qu'elles réitèrent l'opération 12 fois par mois à raison de 19 litres d'eau consommés par minute, la quantité d'eau annuelle utilisée pour se raser serait d'environ 30000 litres, soit 1,6 millions de litres dépensés sur une vie entière: autant dire que ça commence à faire beaucoup! Ils n'y vont pas avec le dos de la cuillère chez American Laser... D'autant qu'aucune étude fiable sur les impacts santé d'une telle technologie n'est actuellement en cours.
L'épilation bio existe
  • On trouve de plus en plus de produits épilatoires et dépilatoires dans les rayons cosmétiques des magasins bios. Il est même évident que vous disposez de tous les ingrédients dans votre cuisine pour exterminer vos poils.
  • On trouve dans l'enseigne Monoprix des produits dépilation labellisés Cosmébio (cire en peau, roll-on, bandes de cite...).
  • La composition d'une cire orientale est bête comme chou: elle contient uniquement du sucre bio, du citron bio, et de l'eau. Certaines cires pelables - c'est-à-dire qui se retirent à la main comme une seconde peau - contiennent une résine de pin, de la cire d'abeille, de la cire microcristalline, de la mélisse, du citron, le tout bio évidemment.
L'épilation n'est pas obligatoire
  • C'est vrai après tout, ne pas s'épiler remet-il en cause notre humanité? Non, bien sûr! Certaines acceptent le poil comme une attribut naturel de leur Humanité. Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, pour limiter la transpiration, évitez de virer maniaque de l'épilation. Le poil est votre meilleur allié dans votre juste combat contre les mauvaises odeurs. C'est même le fantassin de la bataille. Il est aux premières loges, le valeureux.
  • Ne pas avoir de poils sous les aisselles augmente en effet la transpiration. Explication: l'air circule peu sous les bras, ce qui a pour principal inconvénient d'échauffer cette partie du corps, ce qui provoque la transpiration dont le but est de réguler au mieux la température du corps. En l'espèce, le refroidir, les poils absorbent la transpiration et lui permettent de s'évaporer progressivement réduisant ainsi la chaleur des aisselles. La transpiration est alors plus modérée. CQFD.
  • Sans se laisser pousser des guirlandes sous les bras, et sans totalement épiler ou raser ses poils, on peut opter pour une petite coupe aux ciseaux et s'accorder quelques millimètres aux aisselles. Signalons à tout hasard les appels récurrents du groupe Ecologie Libidinale aux étés sans épilation. Pour ces écolos, le poil est devenu un objet politique car il aliène les femmes. Leur combat vaut bien une petite réflexion: faut-il s'épiler toute l'année?
Afficher Masquer

Les trucs verts à connaître

Fabriquer

L'Homme a su faire preuve d'une créativité certaine pour se débarrasser de ses poils. De la plus douloureuse à la plus efficace, elles ont toutes leurs avantages. mais d'un pur point de vue environnementale, deux techniques se dégagent du lot:
  • A la pince. technique privilégiée par les sadiques, patients de surcroît, mais bénéficiant probablement d'une modeste pilosité. Risque principal: le poil incarné (qui pousse sous la peau, ndlr) et de petits boutons rouges inflammatoires dus à la contamination bactérienne.
  • A la cire. Ancestrale, universelle, cette technique peut elle aussi se pratiquer à la maison de A à Z. Les ingrédients se trouvent dans toutes les cuisines, mais aussi dans tous les salons d'esthétique, sans compter les instituts minute, low cost, sans rendez-vous, mais pas encore bios.
  • Rien de plus simple que de réaliser soi-même sa cire. la recette figure sur des centaines de sites internet: sucre, jus de citron, miel, eau. Si vous privilégiez des aliments bio, vous disposez en un rien de temps d'une cire bio, home made, peu chère et efficace.
Ingrédients:
- 2 verres de sucre en poudre
- 1 demi verre d'eau (en mettre très peu, sinon la cire sera liquide)
- le jus d'un demi citron (pour ses vertus désinfectantes)
2 cuillères à soupe de miel (pour ses vertus de soin)

Recette:
Dans une casserole, verser le sucre et l’eau, faire chauffer à feu doux, jusqu'à ce que le mélange épaississe. A ce stade, vous venez de réinventer le caramel.
Verser une goutte sur une soucoupe. Il faut qu’elle soit bien bombée, auquel cas, on peut la manipuler entre ses doigts et la malaxer comme une bille.
Incorporer alors le jus de citron au mélange, toujours à feu doux.
Ajouter le miel, et laisser bouillir à peine 2 min.

Action !
Appliquer la cire tiédie en couches extrêmement fines, dans le sens de la pousse du poil.
Appliquer une bande de tissu (ou de coton blanc découpé en bandes)
Tirer en serrant les dents !
  • Pour les paresseuses, il existe des bandes épilatoires. Et on peut aussi faire faire par quelqu'un d'autre quelque chose qui nous prend vapeur. S'allonger sur la table d'une esthéticienne, labellisée of course, ou en utilisant des produits Ecocert, la laisser nous violenter, nous enduire d'huile, et repartir délestée de quelques euros (et de ses poils), fière d'avoir soutenu le petit commerce de proximité... Compter de 10 à 40€ en moyenne pour l'épilation des demi-jambes. Mais tout dépend de la qualité du salon.
Eradiquer
De manière temporaire: avec un gant, un galet ou des bandes abrasives au cristal de roche.
  • La dépilation au galet : méthode dépilatoire originale et naturelle, la dépilation au galet, au disque ou encore au gant repose sur le mécanisme de la dermo-abrasion. Le principe de base est le même que pour le peeling : la pellicule abrasive en cristal de roche ne laisse aucune place aux poils et autres cellules mortes. Lorsque la dépilation au galet est correctement réalisée, la peau en ressort plus lisse, plus douce et plus nette…
  • Après avoir testé le disque plusieurs fois, notons que le poil repousse dru et plus foncé qu’à l’origine. Le disque fait l’effet d’une crème dépilatoire. Par ailleurs, sans coaching, on peut se faire assez mal avec cette technique : il faut un peu de douceur tout en restant ferme, sans quoi, on frise l’ultra-sensiblisation. Le moindre bouton peut vous catapulter en enfer. Comme pour la dépilation au rasoir ou à la crème, sachez que la dermo-abrasion n’arrache pas le poil mais le rase...
  • Au niveau des points forts de la dépilation par dermo-abrasion, on notera son caractère naturel, non polluant, peu encombrant et réellement efficace pour raser les poils et éliminer les cellules mortes de la surface de l’épiderme. A part ça, c'est plus cher que la cire : compter entre 20 et 60 euros en moyenne, selon que vous les achetez en kit (galet + recharges par exemple) ou non, et avec ou sans la fameuse crème anti-repousse… 
Plutôt longue durée: l'épilation au laser ou à la lampe à lumière intense pulsée.
  • L'épilation laser repose sur la destruction du pigment des poils (la mélanine). Elle permet une destruction définitive du poil, au moins en théorie, car il se peut que pour différentes raisons hormonales, des duvets refassent surface.
  • L'épilation au laser ou à la lampe à lumière intense pulsée est donc plus efficace sur les poils foncés et les poils en phase de pousse, car ces derniers produisent beaucoup de mélanine. Or, on considère que seuls environ 15 à 20% des poils sont en phase de pousse, ce qui rend l'épilation laser efficace... mais en plusieurs fois !
Afficher Masquer

La question qui tue !

Pourquoi l'epilation laser doit-elle etre realisée par un médecin ?
  • Le maniement du laser en France doit être effectué par un docteur en médecine, formé pour ce type de geste. Notons bien ici qu’il s’agit quand même d'un acte médical. Il existe effectivement des risques de brûlure. De plus, il est important de ne pas passer à côté d'une pathologie hormonale qui serait à l’origine d’une pousse des poils. Or, seul un médecin est habilité à réaliser ce bilan. L'usage du laser est déconseillé durant la grossesse. Et pour l'heure, on  ne connait pas les incidences sanitaires de cette technologie.
  • Par ailleurs, inutile d'espérer une épilation durable voire définitive en une seule séance, car tout dépend du cycle de croissance du poil. Etalé dans le temps, celui-ci se décompose en trois phases. C'est dans la première phase, celle que l'on qualifie d'anagène, que l'épilation définitive doit être tentée. Voilà pourquoi il vaut mieux confier cette tâche à un pro.
envoyer l'article : Epilation