Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie Monoprix Nature & Découvertes PagesJaunes  L’ARBRE VERT 1ère marque des produits écologiques pour votre quotidien !
Partenaires Medias
TF1 Conso CO2 mon amour Le Mouv' Décisions Durables Le marché citoyen La Revue Durable Néo Planète
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Ordinateur

ORDINATEUR

Longtemps considérée comme une industrie à faible impact environnemental face aux industries « lourdes », l'industrie électronique fait pourtant face à des défis importants : alors, le Personal Computer... est-il Planète Compatible ?

Les ordinateurs occupent une place essentielle dans nos vies, privées et professionnelles : en 2007, 14 millions de foyers français possédaient un ordinateur, soit un taux d’équipement de 55 %. Au niveau mondial, 239 millions d’ordinateurs ont été vendus en 2006 dans le monde. Pourtant l’ordinateur n’a rien d’un produit neutre. La fabrication, le transport et l’usage des outils informatiques est lourde en termes écologique et social et la dématérialisation de l’économie tant attendue n’est pas encore au rendez-vous. Selon le WWF, les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) représenteraient par exemple 2% des émissions mondiales de CO2. Petite visite guidée dans les coulisses high-tech de l’informatique…

Afficher Masquer

Le saviez-vous ?

  • 85 % de la production mondiale informatique est confiée à des sous-traitants majoritairement asiatiques. A chaque pays sa spécialité : en Thaïlande, les disques durs, aux Philippines, les circuits imprimés et, dans la région de Canton en Chine, les cartes, les prises, les câbles. (Ordinateurs portables, les esclaves derrière le disque, Que Choisir ,17 avril 2007) L’assemblage n’est pas forcément réalisé en Asie mais peut avoir lieu en Europe de l’Est. Une fois assemblés, les ordinateurs partent aux Pays-Bas d’où ils sont redistribués dans les pays européens. La majorité des transports de cette valse électronique internationale s’effectue en avion, occasionnant de fortes émissions de gaz à effet de serre.

  • La fabrication a aussi une lourde empreinte écologique : Le rapport "Ordinateurs et environnement"  a montré que la production d’un ordinateur de 24 kilos avec son écran 17 pouces nécessite 1,8 tonne de matériaux dont 240 kg d’énergie fossile, 22 kg de produits chimiques et 1 500 litres d’eau.

  • Si on ouvre le capot de cet ordinateur, on y trouvera nombre de substances toxiques :  7 kg de plastique, 2 à 4 kg de plomb, 1,5 kg de cuivre, 50 g d’arsenic, … Mais aussi retardateurs de flamme bromés, présents sur les circuits imprimés, les câbles et les boîtiers plastique, cadmium dans les écrans et les batteries, mercure dans les batteries (l’informatique représente un quart de la consommation mondiale de mercure), plomb du verre des écrans…

  • L’ADEME a réalisé le Bilan Carbone d’un ordinateur de bureau : pour un écran à tube cathodique, le facteur d’émission de 185 kg équivalent carbone ; pour un ordinateur à écran plat, ce facteur d’émission s’élève à 350 kg équivalent carbone.

  • L’impact social n’est guère plus reluisant : les organisations de consommateurs européennes ont enquêté sur les conditions de fabrication de 8 marques d’ordinateurs portables (Acer, Apple, Dell, Fujitsu Siemens, Hewlett Packard, Packard Bell, Sony et Toshiba). Cette enquête les a conduits en Chine, en Thaïlande et aux Philippines où des usines produisent les pièces qui après assemblage composent l’ordinateur portable. Les organisations consuméristes ont jugé les marques sur leur transparence, leur politique sociale, leur politique environnementale et les pratiques sociales observées sur le terrain avec l’aide d’ONG partenaires des associations consuméristes. Bilan : salaires inférieurs au salaire minimum local, des semaines de travail de 80 heures, des repas supprimés en cas de grève, des produits toxiques manipulés sans précautions …  Quand des protections sont prévues, les ouvriers ne les portent pas pour pouvoir tenir les cadences, comme cela semblait être le cas dans une usine thaïlandaise, objet de l’enquête. Des usines produisant des pièces pour Dell et Acer employaient même des adolescents de moins de 16 ans. Même si HP apparaît un peu moins mal loti que ses concurrents étudiés dans l’enquête, les marques de micro-informatique ont encore du chemin à parcourir pour faire de l’ordinateur un produit éthique.
Afficher Masquer

Bonnes nouvelles

  • Sous la houlette du WWF, les principales entreprises informatiques (Dell, HP, IBM, Lenovo, Microsoft, Google, Intel,…) ont lancé en juin 2007 la Climate Savers Computing Initiative , qui vise à économiser 5,5 milliards de dollars de dépenses énergétiques par an et à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 54 millions de tonnes annuelles.

  • Dans le même esprit, les constructeurs travaillent à réduire la consommation des pièces de leur matériel, tel Hitachi, qui a annoncé fin 2007 une réduction de 40 % de la consommation de ses disques durs.

  • Greenpeace a publié en octobre 2007 un rapport d’analyses réalisées sur 18 ordinateurs portables de 6 grandes marques vendues en Europe. Ces analyses montrent que les fabricants sont parvenus à éliminer plusieurs matériaux et produits toxiques visés par diverses réglementations mais qu'il leur reste encore à procéder au remplacement de plusieurs autres tels que le PVC, les retardateurs de flamme bromés (RFB) et les phtalates.

  • Greenpeace a fait pression en 2007 sur Apple, en queue de peloton de son « Guide pour une high-tech responsable »   en lançant la campagne « Green my Apple ». Apple a réagi en annonçant l’élimination prochaine des retardateurs de flamme bromés et de PVC de ses produits pour protéger la santé des consommateurs et des ouvriers. Apple a ainsi intégré certaines des demandes de Greenpeace pour son nouveau Mac Book Air : écran LCD sans mercure avec verre sans arsenic , câbles internes sans PVC, boîtier en aluminium recyclable emballage de faible volume, en grande partie recyclable,…

  • Le label allemand « Ange Bleu » prend en compte la recyclabilité des éléments constitutifs, la reprise de l’ordinateur en vue de son recyclage et une utilisation réduite de composants potentiellement dangereux. Dell, Fujitsu, HP … proposent des ordinateurs portables arborant ce label.

  • Depuis une directive européenne de juillet 2005 sur le recyclage, la collecte des appareils usagés est désormais obligatoire. D’ailleurs, Bruxelles a fixé à 4 kilos le poids minimum de déchets informatiques à récupérer par an et par Français.
Afficher Masquer

Ce que vous pouvez faire

  • Privilégiez les marques offrant de bonnes garanties de durée de vie, et dont le matériel et les logiciels peuvent facilement et régulièrement être  mis à jour (upgrade). 87 % de l’énergie totale consommée par un ordinateur durant son cycle de vie provient de l’énergie grise occasionnée par sa fabrication : si un ordinateur est gardé dix ans au lieu de cinq ans, sa consommation horaire moyenne est quasiment divisée par 2 !  (Etude Ader - énergie grise)

  • Préférez les ordinateurs portables qui consomment 50 à 80 % de moins que les postes fixes ; le cas échéant, optez pour un écran plat à cristaux liquides (60 % d’économie par rapport à un tube cathodique).

  • Pour le choix d’une marque, fiez-vous au guide Greenpeace « Pour une high-tech responsable », et pour le choix d’un modèle, au rapport « Vers une électronique plus verte », de Greenpeace toujours. Ce rapport classe les produits considérés comme les plus écologiques par leur fabricant, en fonction de plusieurs critères (substances chimiques dangereuses, efficacité énergétique, cycle de vie, innovations écologiques,… ). Premiers au hit-parade :
    • pour les ordinateurs portables : le Sony Vaio TZ11, le Hewlett-Packard Compaq 2710, le Toshiba Portégé R500
    • pour les ordinateurs de bureau : le Dell Optiplex 755, le Hewlett-Packard Compaq dc5750, le Fujitsu-Siemens Esprimo E5720

  • Pour les écrans, fiez-vous au guide Topten . Dans une même catégorie et pour une même taille, les consommations (notamment en veille) peuvent varier du simple au double. La consommation est multipliée par 1,5 quand on passe d’un écran 15” à 17” plat ou 17” à 19” cathodique ; l’augmentation n’est que de 20% entre un 15” et 17” cathodique et un 19” et 21”cathodique.

  • Recherchez les labels (80Plus, Energy Star, Blue Angel, Epeat) qui sélectionnent les machines les moins énergivores dans leur usage ou l’ensemble de leur cycle de vie. TCO a aussi créé récemment un nouveau label pour les portables.

  • Achetez du matériel d’occasion sur des sites spécialisés, ou auprès d’associations assurant la récupération et le recyclage de matériels usagés : donner une deuxième vie aux ordinateurs actuels au lieu de les démanteler économiserait de 5 à 20 fois plus d’énergie.

  • Et n’oubliez pas de ramener le matériel que vous n’utilisez en magasin pour le recycler, ou mieux, faites-en don à une ONG.
envoyer l'article : Ordinateur