Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Le marché citoyen Restauration 21 CO2 mon amour Décisions Durables Néo Planète Up ! La Revue Durable
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.

Santé et Beauté

Couches

COUCHES

L'arrivée d'un enfant est souvent l'occasion de remettre en question nos choix de consommation, comme ses choix de vie... et le choix des couches arrive en tête des défis qui se posent aux parents écolos.

L’impact sur l'environnement n'attend pas le nombre des années, et avec les couches jetables, les petits bébés produisent de gros déchets ! Inventées dans les années 1960, les couches jetables sont une invention révolutionnaire qui a certes fait le bonheur des mamans et celui des grands groupes du secteur, mais pas forcément celui de la planète ! Aux Etats-Unis les couches représenteraient ainsi 1,4% des déchets solides à traiter  et, selon d’autres estimations du Women's Environmental Network (WEN), une association de femmes basée à Londres, les couches représenteraient, en volume, jusqu’à 50% des déchets générés par une famille avec un enfant ! Quelles sont les alternatives possibles ? Voici notre petit guide vert des couches pour bébé…


-> lire l'article
Crème solaire

CRÈME SOLAIRE

Pas question de lézarder des heures au soleil sans protection. Mais il faut ouvrir grands les yeux derrière ses lunettes noires pour lire les formules des crèmes solaires. Elles pourraient bien contenir des substances nuisibles pour notre peau ou pour l’eau bleu turquoise de la plage.

On aime le soleil, la peau caramel, la vitamine D que les rayons nous aident à synthétiser, mais le message est passé : point trop n’en faut. Si on ne veut pas devenir prématurément des vieilles peaux ridées qui produisent des mélanomes, on évite les coups de soleil qui peuvent nous brûler jusqu’au troisième degré et on se protège. L’industrie cosmétique propose pour cela une panoplie complète de produits solaires de protection vendus en pharmacies, parfumeries, grande distribution mais aussi magasins bio. Voyons comment faire le meilleur choix pour sauver sa peau sans sacrifier la planète.


-> lire l'article
Déodorant

DÉODORANT

Est-il possible de masquer nos odeurs naturelles sans nuire à la nature ou à notre santé ? Toute la vérité, et rien que la vérité, dans cette fiche-produit sur les déodorants...

Ca fouette, ça cocotte, ça chatouille les narines, ça empoisonne, ça cogne ou ça prend à la gorge. Les odeurs corporelles sont rarement assimilées à de printanières odeurs florales. Voilà pourquoi dans la gamme des cosmétiques et produits du corps, s’il en est un dont il est difficile de se passer, c’est bien le déodorant. Parce que l’effluve corporel brut de fonderie, garanti naturel à 100%, aux notes acides, musquées, âpres et odorantes, il faut aimer. L’Homme étant un animal social, il prend soin de lui pour plaire et/ou ne pas trop déplaire à autrui. Voilà pourquoi depuis toujours, les humains cherchent à camoufler l’acidité de leurs dessous de bras ou à éviter le surplus de transpiration qui se chargent de redessiner les chemisiers noirs. Depuis quelques années, les alternatives aux déos classiques existent. Et de fait, on peut s'en asperger sans risquer d'empester l'environnement.


-> lire l'article
Dentifrice

DENTIFRICE

L'hygiène bucco-dentaire est une préoccupation quotidienne, et ce depuis notre plus tendre enfance. "N'oublie pas de te brosser les dents" sonne comme une rengaine répétée inlassablement tous les soirs par nos parents et que nous adoptons à notre tour quand nous avons des enfants.

Alors que nous nous interrogeons de plus en plus souvent sur la provenance et la composition des aliments que nous consommons ou des cosmétiques que nous utilisons, rares sont nos interrogations sur le dentifrice, qu'on nous conseille pourtant d'utiliser trois fois par jour sans faute! Son utilisation, dans l'idéal après chaque repas, permet d'enlever plus facilement la plaque dentaire, évite la mauvaise haleine, et prévient les maladies des dents et des gencives. Mais que contiennent réellement nos tubes? Tour d'horizon d'un indispensable de notre salle de bain.


-> lire l'article
Maquillage

MAQUILLAGE

Du khôl pour entourer l’œil, du henné pour teinter les ongles… Les filles de l’époque de Cléopâtre et de Néfertiti se contentaient de quelques ingrédients pour se peinturlurer la peau.

Les chercheurs de l’industrie cosmétique ont depuis fait des miracles. Les palettes de maquillage d’aujourd’hui reprennent toutes les nuances de la création et il existe plus de couleurs différentes de rouge à lèvres que n’ont jamais osé en rêver les reines égyptiennes. Le hic, c’est que les produits de maquillage sont des cosmétiques comme les autres. Ils ont emprunté les mêmes travers que la cosmétique conventionnelle. Et ils ont en prime leurs défauts à eux. Mais ouf ! Une poignée de marques bio se décarcassent pour proposer aux coquettes des couleurs aussi saines que jolies, pour leur beaux yeux sensibles.


-> lire l'article
Médicaments

MÉDICAMENTS

Les médicaments avec lesquels nous nous soignons rendent la planète malade… et risquent de nous rendre malades à notre tour. L’impact de ceux-ci sur l’environnement est de mieux en mieux connu.

C’est un des paradoxes du monde moderne : les médicaments que nous consommons pour nous soigner ont l’effet inverse sur la planète. Ils la rendent malade et ils risquent de nous rendre malades à notre tour. Des résidus de centaines de produits pharmaceutiques - l’œstrogène, en particulier, mais aussi les anticancéreux, les antibiotiques et même l’aspirine  -  se retrouvent en abondance dans  l’eau des rivières et dans les sols. L’eau potable que nous utilisons pour préparer les repas ou faire le café du petit déjeuner contient elle-même d’importants résidus médicamenteux. Les stations d’épuration n’arrivent pas à détruire toutes les molécules. Leurs boues se retrouvent également dans les champs où elles sont épandues et utilisées comme engrais, sans que l’on connaisse leur effet à long terme sur l’écologie.
Jusqu’à récemment, rares étaient ceux qui se souciaient de l’impact des médicaments et de leurs résidus que nous rejetons dans la nature. Depuis peu, une prise de conscience commence à émerger, notamment, grâce à l’énorme étude de l’Académie de pharmacie, publiée en septembre 2008, intitulée « Médicaments et Environnement ». Si nous ne faisons rien,  la pollution de notre environnement par les produits pharmaceutiques pourrait bien devenir la prochaine crise écologique menaçant directement notre santé. Voici donc quelques règles à garder en tête pour prendre soin de la Terre en prenant soin de nous-mêmes par la même occasion.


-> lire l'article
Papier toilette

PAPIER TOILETTE

Son utilité n’est plus à démontrer mais le papier toilette, consommateur de ressources et générateur de pollutions diverses, pourrait mieux faire en matière d’écologie.

L’organisation environnementale Greenpeace juge la situation grave : des pans entiers de forêts anciennes disparaissent dans nos toilettes puisque la grande majorité des papiers hygiéniques utilisés dans le monde sont issus de fibres vierges de bois alors que l’on pourrait les fabriquer à partir de fibres recyclées de vieux papiers. Même son de cloche chez WWF : la consommation quotidienne de papier toilette en Suisse représenterait en équivalent « forêt » la superficie de 22 terrains de football. Elles sont loin les années 70 et ce spot publicitaire de Lotus, où un bambin débarquait dans le salon au beau milieu des invités de papa et maman après avoir déroulé dans tout l’appartement un rouleau entier de papier toilette ! Le papier toilette, recyclé et dûment labellisé écologique, doit être désormais utilisé avec parcimonie. Voici nos explications sur le pourquoi et le comment.


-> lire l'article
Parfum

PARFUM

En un demi-siècle, l'industrie du parfum a explosé. Et le contenu de nos flacons actuels n'a plus rien à voir du tout avec les jus préférés de nos grands-mères. La chimie y a largement remplacé le naturel. Est-ce sans conséquences ?

On en connaît qui dorment avec une goutte de parfum en guise de chemise de nuit, d’autres qui ne peuvent mettre le nez dehors sans un pschitt de leur fragrance préférée. Les rayons des parfumeries, avec leurs 400 nouveautés par an, nous donneraient presque le tournis. Le marché est gigantesque et se porte comme un charme : l’industrie française des parfums et cosmétiques représentait plus de 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2006. C’était alors le 4ème des grands secteurs exportateurs de l’Hexagone (après l’aéronautique, l’automobile et les boissons - hors armement). Cette réussite commerciale éclatante ne serait rien sans la révolution chimique qui a débuté au 18ème siècle, pour vraiment faire basculer le secteur dans les années 60. Depuis, les flacons produits à grande échelle sont remplis de molécules artificielles. A l’heure, où l’on s’interroge de plus en plus sur les conséquences éventuelles des ingrédients chimiques sur l’environnement et la santé, les parfums n’échappent pas à la question. Alors, inoffensif le pschitt quotidien de sent-bon ?


-> lire l'article
Protections Hygiéniques

PROTECTIONS HYGIÉNIQUES

La société de consommation a su répondre aux besoins des femmes modernes, y compris en leur proposant des produits pour gérer les menstruations. Serviettes hygiéniques, tampons périodiques et autres protections périodiques sont bien pratiques mais, hélas, non dépourvus d'inconvénients quand on pense à l'impact environnemental de tous ces produits. Le point sur les alternatives les moins polluantes.

Tous les mois, c’est le même cinéma… Les femmes sont incommodées, indisposées, et oui elles ont leurs règles, leurs menstruations, leurs ragnagnas, leurs trucs. Autant de formulations abracadabrantes pour désigner à demi-mot la période mensuelle pendant laquelle les femmes perdent du sang. Outre ces désagréments physiologiques, la période des règles s’accompagne souvent d’une instabilité d’humeurs caractérisée par de l’émotivité, de la nervosité et de l’irritabilité. Pour autant, la vie active continue : école, boulot, sport, enfants… Ces dernières années, les progrès en matière de protections hygiéniques ont largement facilité la gestion de cette période avec son lot d’offres commerciales et de publicités. Un commerce fécond qui cache toutefois une réalité moins profitable à l’environnement et à la santé. Un petit guide qui ne vous fera plus considérer les menstruations comme avant…


-> lire l'article