Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Néo Planète Restauration 21 Décisions Durables La Revue Durable Le marché citoyen CO2 mon amour Up !
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.

Alimentation

Courses alimentaires

COURSES ALIMENTAIRES

Remplir son garde-manger, c'est aussi voter au quotidien en choisissant les produits qui contribuent à construire le monde dans lequel on souhaite vivre. Voici un petit guide en forme de manifeste vert...

C’est le week-end et cabas en main, sur le pas de la porte, on s'apprête à aller remplir  le garde-manger familial. Une routine dans laquelle peu d’entre nous voient une marche révolutionnaire pour changer le monde… Et pourtant : consommer, c’est aussi voter au quotidien pour le monde qu'on souhaite construire, choisir certains produits de préférence à d’autres c’est bâtir un avenir dans lequel les enfants vivront bien. En préférant un kilo de pommes biologiques, on défend la petite agriculture et le respect de la nature. En ajoutant dans son panier un café issu du commerce équitable, on contribue au développement de communautés défavorisées des pays du Sud. En boudant les poires importées par avion d’Amérique Latine pour leur préférer celles de France, on lutte à son échelle contre le changement climatique en limitant le transport de marchandises. En résistant à une promotion qui  propose 12 yaourts pour le prix de 8, on prévient le risque de gaspillage qui consiste souvent à jeter des produits périmés. Bref : en réfléchissant avant de brandir sa carte bleue, on devient consom’acteur. Voici un petit guide pour savoir comment s’y prendre…


-> lire l'article
Cuisine

CUISINE

Du champ à l'assiette mais aussi de la poêle au congélo en passant par les plaques de cuisson ou la vaisselle jetable, nos cuisines ont un impact sur la planète et le cordon-bleu doit désormais se mettre au vert. Voici comment faire...

Tout le monde l’a compris : le contenu de nos assiettes a un impact sur la planète. Mais quid de l’assiette, de la poêle, de la cocotte et du four ? Leur conception et leur usage déterminent notre impact culinaire sur la planète. Ainsi, le cordon-bleu doit modifier ses pratiques : finies les cuissons interminables à la Robuchon, exit les portions à l’Américaine, vade rétro la vaisselle jetable. Entre chasse au gaspi électrique et gâchis alimentaire, la cuisine fait sa mue et renouvelle ses vieilles recettes. Cuisiner sans alourdir notre empreinte environnementale n’est désormais plus qu’un mélange savoureux de trucs de grand-mère remis au goût du jour, de produits propres, d’ustensiles intelligents, d’outils durables et solides. Et aussi, un peu, de renoncement au tout électrique.


-> lire l'article
Restaurants

RESTAURANTS

On mange de plus en plus à l'extérieur de chez soi, c'est un fait. Mais dans un contexte où l'alimentation est la première source d'empreinte écologique d'un individu, comment faire pour alléger l'impact des dîners en ville sur la planète ?

En 2009, les Français consacraient 18% de leur budget alimentaire aux repas hors domicile, contre seulement 11% il y a 30 ans. Et la tendance du marché favorise clairement la restauration rapide, généralement soupçonnée d’être plus néfaste pour l’environnement puisqu’elle privilégie les produits surgelés, industriels, transformés et pré-préparés, au détriment des produits frais, multipliant ainsi le nombre d’emballages et de kilomètres-alimentaires parcourus par un produit du producteur jusqu’au restaurant. A cela s’ajoute, en France, le succès des chaînes franchisées de restauration (pizzerias, restaurants de viande, bistrots et brasseries…) qui ont également introduit dans un secteur plutôt artisanal une logique industrielle, fondée sur une offre standardisée, des portions calibrées, un service rapide et des tarifs compétitifs permettant de garantir un taux de fréquentation élevé et régulier - un contexte idéal pour l'utilisation de surgelés et de plats cuits sous vide à l’empreinte écologique importante. Ce phénomène n’est pas cantonné à l’hexagone, puisque les Américains, par exemple, dépensent plus dans les fast-foods que dans l’éducation supérieure ! Mais il reste que si l’impact environnemental de l'alimentation ne se joue pas que dans les caddies et les cuisines, encore faut-il savoir comment repérer et choisir les restaurants les plus écologiques. Et qu’est-ce que cela signifie, d’abord, que d’être un restaurant écologique ou engagé ? Voici quelques repères sur ce qu’il faut guetter au menu…


-> lire l'article