Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Le marché citoyen CO2 mon amour Up ! Décisions Durables La Revue Durable Néo Planète Restauration 21
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Sport

SPORT

Tennis, rugby, foot, vélo..., dans les sports traditionnels, les terrains de jeux sont artificiels (stades, piscines, etc.) et la planète n'est pas toujours gagnante. Voici notre petit guide vert de la pratique sportive.

Des détergents écologiques aux vêtements en chanvre, la révolution verte est en passe de transformer en profondeur le contenu de nos placards et de nos armoires… Qu’en est-il de notre pratique sportive ? Alors que le Comité olym¬pique cherche depuis plusieurs années à faire de l’environnement le troisième pilier des Jeux après le sport et la culture (Greenpeace a même contribué à élaborer le cahier des charges environnemental des J.O. de Sydney en 2000) et que les Jeux mondiaux de l’environnement ont vu le jour en 2004, le tennis, le golf, le foot, le rugby, le vélo voire les salles de gym, qui contrairement aux sports de glisse ou aux sports d’hiver se pratiquent dans des milieux artificiels (stades, piscines, etc.), peuvent-ils devenir écologiques ? Toutes les réponses dans notre guide de la consommation responsable de sport.

Afficher Masquer

Le saviez-vous ?

  • La France est le 4e pays au monde et le premier marché d’Europe pour la consommation d’articles de sports et de loisirs, avec un marché de plus de 9 milliards d’euros (autant que le marché du mobilier).
  • Les ménages français consacrent en moyenne chaque année 360 euros à leur équipement sportif.
  • Il s’est vendu en 2005, dans l’hexagone, environ 41 millions de paires de chaussures de sport représentant un peu moins de 20% du marché total, cependant que les vêtements de sport et loisirs pèsent pour un tiers environ du total.
  • Les terrains de golf peuvent occuper jusqu’à 60 hectares de terrain, tandis que l’entretien du vert gazon demande une concentration en engrais 6 fois supérieure à celle utilisée sur des terres agricoles et jusqu’à 9,5 milliards de litres d’eau chaque année (soit, pour un terrain de 40 hectares, une consommation qui couvrirait les besoins annuels d’une collectivité de plus de 7000 habitants).
  • La pelouse du stade de France représente 750 tonnes de rouleaux de gazon, cultivés dans le Loiret et transportés à Paris par près de 25 semi-remorques. Eau, engrais et tonte mécanique : leur impact n’est pas anodin, d’autant que depuis 2001, dix-sept pelouses ont ainsi été posées… Seule bonne nouvelle : les pelouses en fin de vie sont recyclées en terreau.
Afficher Masquer

Les trucs verts à connaître

1.    LE TERRAIN

Les terrains des sports traditionnels sont artificiels, c’est un fait : stades en béton, « greens » de golf ou terrains de foot aux gazons irréalistes, piscines carrelées et chlorées, salles de gym obscures, etc. Pourtant, tous les sports ne se valent pas et certains ont plus d’impacts que d’autres… Et quelques initiatives récentes permettent d’espérer que les choses évoluent dans le bon sens : les gymnases récemment construits en France le sont souvent selon les principes de la Haute Qualité Environnementale, comme par exemple le Gymnase du Charlaix construit en 2003 à Meylan, dans l’Isère ; la Fédération Française de Rugby, à l’occasion de la coupe du monde en 2007, a signé un partenariat avec l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) comprenant notamment l’équipement de certains stades en installations solaires, au stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne ou au Centre National de Rugby de Linas-Marcoussis ; les clubs de golf, souvent mis à l’index pour leurs impacts environnementaux, se sont également lancés dans le développement durable avec, par exemple, la charte «Engagement Nature» que peuvent signer les clubs de golf,  initié par l’unité Écologie de l’association européenne de golf en 1997 ou encore la charte sur l’eau signée entre la Fédération française de golf et les ministères de l’Ecologie et des Sports en 2006 (pour réduire la consommation d'eau des golfs de 30% en 3 ans en échange d'un maintien de l'arrosage des greens) ; et la marque leader Nike a lancé en 1993 son programme Reuse-a-shoe, qui vise à récupérer et recycler des chaussures pour fabriquer des terrains de sport destinés aux jeunes un peu partout dans le monde. Récemment, deux initiatives de skatepark aux Etats-Unis proposent de verdir le béton. Le skatepark Ed Benedict à Portland alterne les surfaces de béton avec des zones de végétation (arbres, plantes et même deux jardins filtrants ) conçues pour favoriser l'inflitration des eaux de pluie et limiter l'imperméabilisation de la surface. Avantage : dans une région pluvieuse (155 jours de pluie par an), l'eau de pluie rejoint la nappe phréatique en de multiples points d’infiltration – alors que sur les surfaces exclusivement bétonnées, l'eau glisse, engorge les canalisations et fait grimper anormalement vite le niveau des cours d'eau près des rares points où elle est déversée. De son côté, le 'Green Skate Lab" de  Washington, est fabriqué à partir de terre et de pneus usagés (tous trouvés, pour la petite histoire, dans des parcs nationaux et sur les berges du fleuve Potomac par des bénévoles de la ville).
Si malgré cela, ces impacts vous posent problème, adaptez votre pratique sportive en conséquence : optez pour un sport qui ne demande pas un terrain dédié (par exemple la course à pied), pratiquez votre sport en plein air et dans la journée si possible (pour éviter de devoir éclairer le terrain la nuit), et faites connaître votre intérêt pour le développement durable aux responsables de votre club de sport, qu’il s’agisse de les pousser à s’équiper en éclairages éco-efficaces ou à proposer des tee-shirts en coton bio-équitable…

2.    LES CHAUSSURES

L’industrie des chaussures de sports a longtemps été prise comme symbole de la mondialisation et de ses dérapages, à la fois sociaux (sous-traitance et ateliers sordides dans les pays du Sud, travail des enfants, rémunérations dérisoires, etc.) et environnementaux (utilisation de colles toxiques et autres produits chimiques sans matériel de protection, etc.).
La couverture médiatique de ces problèmes, notamment dénoncés en France par le collectif De l’éthique sur l’étiquette ont poussé les grandes marques et les distributeurs à se lancer dans des programmes sociaux un peu rigoureux, de sorte qu’il vaut mieux aujourd’hui acheter des chaussures de sport d’une marque connue, dont vous aurez préalablement vérifié les engagements sur son site Internet, que sans marque apparente… Mieux encore : des alternatives apparaissent, mais elles sont plutôt disponibles pour l’instant sur les sports de glisse (Etnies, IPath ou Patagonia proposent des chaussures en cuir issu de tanneries certifiées pour leurs pratiques environnementales, en chanvre, en coton bio, en caoutchouc recyclé, etc.) et sur des modèles non-techniques (voir par exemple Simple Shoes et Veja) que sur les sports traditionnels. Néanmoins, Nike a lancé un programme d’éco-design "Nike Considered", qui doit concerner l’ensemble des chaussures de la marque à l’horizon 2011 et vise à réduire les déchets lors de la production mais aussi à utiliser les matériaux les plus écologiques possibles. Parmi les premiers modèles commercialisés : Nike Considered Humara, une chaussure tout-terrain lancée en 2005 avec des matériaux recyclés et des éco-matériaux, Nike Air Jordan XX3, une chaussure de basket lancée en 2007 avec une quantité réduite de colles toxiques et du caoutchouc recyclé dans la semelle, ou encore Nike Trash Talk, une autre chaussure de basket fabriquée intégralement à base de déchets, pour l’essentiel issus de ses propres usines (des pièces de cuir et d’autres matériaux cousues ensemble comme un  "patchwork", des morceaux de mousse et de caoutchouc récupérés sur le sol des usines, etc.).

3.    LE SAC DE SPORT


Préférez les sacs en matériaux naturels et recyclés à ceux fabriqués à base d’éléments pétrochimiques comme le polyester ou le PVC, dont la production et la fin de vie génèrent des pollutions. Toute une série de nouvelles marques proposent ainsi des sacs de sports en bâches publicitaires recyclées, utilisant des ceintures de sécurité comme bandoulières : c’est le cas par exemple de Bilum, Freitag ou Reversible. D’autres existent en matériaux naturels et écologiques : chanvre, coton bio, cuir végétal. A noter : des marques plus connues comme Lafuma commencent à proposer des sacs à dos conçus pour respecter l’environnement avec du chanvre, du polyester recyclé, etc.

4.    LES VETEMENTS

La situation sur les vêtements est assez proche de celle constatée sur les chaussures : là encore, les problèmes sociaux et environnementaux sont connus, les grands groupes s’engagent surtout à minimiser les risques et les alternatives proposant des vêtements à partir d’éco-fibres (bouteilles en plastique recyclées, coton biologique, laine traitée sans chlore, chanvre, polyester recyclé, etc.) ou organisant la récupération pour recyclage de ses propres vêtements restent assez rares et concernent plutôt les sports de glisse, que leur proximité à la nature pousse dans cette voie : Patagonia, Timberland, Lafuma ou Kanabeach ont ainsi des offres en ce sens. Mais peu à peu, les grandes marques suivent : ainsi Nike s’est-il engagé en 2001 à utiliser au moins 5% de coton bio dans tous ses vêtements en coton d’ici à 2010 et a lancé en 2002 une gamme en coton bio, assez limitée, à l’attention des femmes aux Etats-Unis et des enfants en Europe. Mais la différence avec les chaussures est que, même si vous avez besoin de vêtements très techniques, vous pouvez facilement vous rabattre sur l’une des marques innovantes évoquées plus haut, en tête desquelles on trouve le pionnier historique Patagonia.

5.    LE MATERIEL

Qu’en est-il du matériel ? Là encore, les progrès de la technologie font que le matériel sportif est souvent fabriqué en aluminium, en plastique et autres matériaux composites posant un réel problème environnemental lors de la fabrication (consommation d’énergie, émissions de produits toxiques) mais aussi en fin de vie, où il devient un déchet difficile à éliminer.
Dans tous les cas, l’option la plus écologique est d’emprunter le matériel (si vous ne pratiquez qu’occasionnellement), de le louer ou encore de l’acheter d’occasion. Pour cela, pensez à aller faire un tour sur les sites de vente comme Ebay mais aussi de don comme Freecycle (plus de 4 millions de membres dans le monde pour ce réseau gratuit, créé en 2003 pour alléger les décharges des "objets abandonnés bien qu'encore utiles" !), où le matériel sportif est fréquent. Autre option : le leader de la distribution sportive Décathlon a lancé, en France, le Trocathlon, qui permet (le temps d’un week-end en mars) aux clients de l’enseigne souhaitant se débarrasser du matériel de sport d’occasion qui les encombre de le vendre à d'autres en ayant justement besoin, avec l’aide des vendeurs de l’enseigne pour fixer le prix de vente (Décathlon ne prenant aucune commission).
Si vraiment vous voulez acheter votre matériel, sachez que des alternatives apparaissent et les matériaux écologiques gagnent les sports traditionnels. Ainsi, les ballons de volley ou de foot, qui sont traditionnellement fabriqués avec un revêtement extérieur en polyuréthane et une chambre à air intérieure en caoutchouc synthétique, sont désormais disponibles dans une version en caoutchouc naturel provenant de forêts écologiquement gérées, bénéficiant à la fois de la certification FSC (Forest Stewardship Council) et de la certification équitable Max Havelaar. Idem pour les vélos puisque Calfee, un fabricant américain de vélos de course haut-de-gamme, propose depuis 2005 des modèles de VTT et de course remplaçant la fibre de verre peu écologique par la fibre de chanvre et surtout le bambou, qui absorberait également mieux les vibrations de la route. Sur un tout autre marché, Plasmor, un fabriquant français de kayaks de mer, a développé un prototype de kayak de mer écologique dans lequel le lin remplace intégralement la fibre de verre et où la résine polyester est remplacée par de la résine biologique. Et Bic a développé en 2007 l’Open Bic, un dériveur éco-conçu avec un procédé de fabrication peu consommateur en énergie, des matériaux recyclables et une promotion de la voile légère auprès des enfants et adolescents. Si vous faites du yoga, enfin, préférez un tapis en caoutchouc naturel soutenu par une trame en jute, plutôt que des plastiques issus de la pétrochimie ou du PVC toxique.

6.    L’EAU

C’est une chose entendue : il faut boire de l’eau quand on fait du sport… mais évitez de prendre une bouteille d’eau en plastique à chaque séance, ou alors réutilisez la bouteille, en la remplissant plusieurs fois. Souvenez-vous que l’eau en bouteille est en moyenne 300 fois plus chère que l’eau du robinet, qui à quelques exceptions régionales près est parfaitement saine et sûre, et qu’une bouteille en plastique met près de 1000 ans à disparaître dans la nature, si elle n’est pas recyclée. Si vraiment vous le préférez, utilisez une carafe filtrante de type Brita avant de remplir votre gourde, que vous choisirez par exemple solide comme celles proposées par le fabricant suisse Sigg.

7.    LES CLUBS ET LA PRATIQUE

Les sports (notamment ceux qui se pratiquent en milieu naturel) peuvent avoir un impact certain sur la planète, et certaines fédérations s’engagent activement dans des démarches visant à sensibiliser les pratiquants et à engager les clubs sur l’environnement. Ainsi, un groupe de passionnés de plongée a créé en 2002 la charte internationale du plongeur responsable, pour contribuer à lutter contre la dégradation continue des fonds marins. Celle-ci recommande notamment aux plongeurs de choisir une agence de voyages adhérant à une charte éthique mais aussi un centre de plongée responsable (qui retraite les déchets et les eaux usées, qui contribue au développement local, etc.). Dans le même esprit, la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne a élaboré une Charte Montagne, pour un développement respectueux de l’environnement. Enfin, la Fédération Française de Rugby, à l’occasion de la coupe du monde en 2007, a signé un partenariat global avec l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) comprenant un certain nombre d’actions de sensibilisation aux gestes verts dans les clubs.
Autre élément important à prendre en compte dans le choix d’un club, sur le volet social cette fois : son ouverture sur la pratique sportive des handicapés, attestée par la qualification Handisport ou le label « club Valides-Handicapés », qui se développe progressivement dans les régions.

8.    LES COMPETITIONS ET EVENEMENTS SPORTIFS POUR LA PLANETE


Si vous voulez de temps à autre mettre votre pratique sportive au service de la planète, sachez que les manifestations proposant par exemple de « courir pour une cause », quoique moins courantes qu’aux Etats-Unis par exemple, se développent également dans l’hexagone. Courir pour les enfants malades, contre l’exclusion, contre la faim dans le monde, pour le Téléthon... : ces actions se développent et c’est tant mieux, autour d’un principe tout simple où tout le monde est gagnant -  les courses reversent une partie de la recette à des associations qui se font connaître par le sport et l’exploit sportif.
Ainsi des courses à pied réservées aux femmes et reversant leurs profits à la lutte contre le cancer du sein sont de plus en plus fréquentes, comme La Parisienne dans la capitale ou un peu partout en France. Pour en savoir plus, sachez qu’un site Internet collaboratif est même désormais dédié à ces courses pour une cause qu’il recense et relate.
Enfin, si vous souhaitez mettre votre pratique sportive au service des autres, pensez aussi à vous rapprocher de Sport sans Frontières, une Association de Solidarité Internationale, basée en France, qui oeuvre en faveur de l'enfance en situation difficile en France et dans le monde, et permet chaque année à des milliers d'enfants d'avoir accès à des programmes d'éducation et de développement par le sport.

9.    LES SPORTS MOTORISES


Outre les consommations de carburant  et les pollutions qu’elle implique, la rapide progression des loisirs motorisés, sur la terre (moto, quad…) ou sur l’eau (jet ski, ski nautique,…) menace de plus en plus gravement, non seulement la tranquillité publique du fait du bruit de ces véhicules, mais surtout la faune, la flore et les espaces naturels utilisés. Et les oppositions entre pratiquants de ces sports et défenseurs de l’environnement sont fréquentes… Frappée de plein fouet par la circulaire Nelly Olin de septembre 2005 qui limite considérablement l'usage des quads dans les espaces naturels, la FFM (Fédération Française de Motocyclisme) a réagi en lançant des initiatives pour sensibiliser ses licenciés (Guide Randonnée Verte, opération "Je roule nature"), mais elle a fort à faire avec les associations écologistes qui se démènent pour faire annuler des compétitions comme le célèbre Enduro du Touquet, accusé de dévaster les dunes.
Dans certains cas, pourtant, des solutions se dessinent : ainsi, pour les sports nautiques motorisés comme le ski nautique ou le wakeboard, des téléskis nautiques apparaissent un peu partout. Le principe est simple : au lieu d’être tracté par un bateau, le pratiquant est tracté par un câble qui fait le tour d’un petit lac ou d’un  plan d’eau. Bilan écologique : pas de bâteau, pas de carburant, pas de maintenance, pas de pollution de l’eau ou de l’air, et une pratique tout aussi stimulante…  Pas étonnant que ces systèmes se soient développés d’abord dans la verte Allemagne, qui compte aujourd’hui la moitié de l’équipement mondial (soit 60 sur 140 téléskis nautiques) mais les autres pays d’Europe et l’Amérique rattrapent progressivement leur retard. La France n’est pas en reste, avec une quinzaine d’équipements à ce jour, dont la  liste est disponible ici.
Afficher Masquer

La question qui tue !

L’énergie des sportifs est-elle récupérable ? 

Cette idée n’est pas si utopiste que cela… Imaginée d’abord par l’éco-designer Thierry Kazazian (dans son livre « Il y aura l’âge des choses légères » publié en 2003), l’idée d’un club de sport qui serait en même temps une centrale électrique, récupérant l’énergie renouvelable et gratuite des appareils de fitness (vélos, tapis de courses, stepper, rameurs, etc.), a fait son chemin. Au point que certains projets de génération d’électricité dans des villages isolés en Afrique ou en Inde reposent précisément sur un parc de vélos utilisés par les habitants, cependant que la marque de sandales et chaussures de sport Mion Footwear a récemment éclairé son stand sur le salon des sports de plein air de Salt Lake City grâce à des vélos sur place… et à la contribution énergique de ses visiteurs !
Plus fort encore : un club de gym de Seattle, Total Body Turnaround, est en train de travailler à alimenter sa salle uniquement à partir d’une combinaison de panneaux solaires et d’énergie récupérée des machines de fitness. Adam Boesel, le directeur de la salle, s’est inspiré pour cette initiative du California Fitness, un club de Hong-Kong qui a récemment eu les honneurs du Wall Street Journal pour son expérience pionnière sur le sujet. Si elles fonctionnent simultanément, les 13 machines équipées d’un générateur produisent environ 300 watts - de quoi alimenter 3 téléviseurs, 5 ampoules de 60 watts ou plusieurs centaines d’iPods… et en attendant les 13 ampoules situées au dessus des machines ! Pas de quoi couvrir les besoins en énergie de la salle, ni d’ailleurs de quoi rentabiliser l’investissement initial pour le moment, mais au moins cette énergie n’est pas perdue et les sportifs adorent l’idée…
Afficher Masquer

Où trouver ça ?

Introduction
Comité Olympique : http://www.olympic.org/fr/organisation/missions/environment/agenda_fr.asp Jeux mondiaux de l’environnement : www.jeux-mondiaux-environnement.org

Les 10 trucs verts à connaître

Le terrain
www.assohqe.org
Fédération Française de Rugby : www.ffr.fr/index.php/ffr/historique/2007/ffr_ademe
Charte Engagement Nature : www.golfenvironmenteurope.org
Charte sur l’eau de la FFgolf : www.randa.org/news/files/20060308%20Charte%20Eau%20Doc.pdf
Programme Reuse a Shoe de Nike : www.letmeplay.com/reuseashoe

Les chaussures
www.ethique-sur-etiquette.org
www.etnies.com/
www.ipath.com/site/
www.patagonia.com/
http://www.simpleshoes.com/fr/index.aspx
www.veja.fr

Le sac de sport
www.bilum.fr
www.freitag.ch
www.reversible.fr
www.liberty-bag.com
www.toutallantvert.com
www.lafuma.fr

Les vêtements
www.patagonia.com/
www.timberland.com
www.lafuma.fr/
www.kanabeach.com

Le matériel
www.ebay.fr
http://fr.freecycle.org
www.decathlon.fr/FR/trocathlon-29140541/
www.fsc.org/
www.maxhavelaarfrance.org/
www.calfeedesign.com/
www.plasmor.fr/

L’eau
www.brita.net/fr/index.html?&L=10
Gourde Sigg : www.sigg.ch

Les clubs et la pratique
Charte internationale du plongeur responsable : www.longitude181.com/charte/charte-fr.html
Charte Montagne : www.ffcam.fr/charte-de-la-montagne.html
www.handisport.org

Les compétitions et événements sportifs pour la planète
www.la-parisienne.net
www.odyssea.info
www.kikourou.net
www.sportsansfrontieres.com

Les sports motorisés
www.ffmoto.org/

La question qui tue
www.mionfootwear.com
www.windstreampower.com
envoyer l'article : Sport