Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Décisions Durables CO2 mon amour Up ! Néo Planète La Revue Durable Restauration 21 Le marché citoyen
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Jeux et éveil

JEUX ET ÉVEIL

Entre les enjeux sociaux liés à leurs conditions de production et les enjeux environnementaux liés aux matériaux qui les composent ou aux piles qui les font fonctionner, les jouets apportent autant de questions aux parents que de plaisir potentiel à leurs enfants.

Les chambres de nos chers bambins regorgent souvent de jeux délaissés très rapidement. Dans ce domaine les parents cèdent en effet souvent au diktat du « toujours plus »: toujours plus de jouets, vite dédaignés, vite cassés, vite jetés... et qui risquent de se transformer en toujours plus de déchets ! Comment faire ? « Acheter moins et acheter mieux » semble un mot d’ordre de bon sens... mais bien souvent l’information n’est disponible qu’au travers des médias et des conseils des grandes marques. Et ceux-ci se gardent bien d’aborder les enjeux sanitaires et environnementaux liés à ce type de produits, qu’un parent responsable ne peut ignorer. Mais comment acheter en connaissance de cause, et comment s’y retrouver entre les différents labels de qualité ? Voici notre petit guide d’achat responsable des jeux et jouets...

Afficher Masquer

Le saviez-vous ?

  • Les consommateurs européens sont les premiers acheteurs de jouets au monde, avec un marché en hausse de 10% par an selon l'organisme belge le CRIOC (Centre de Recherche et d'Information des Organisations de Consommateurs) et une dépense moyenne par enfant et par an qui atteint 183 € sans les jeux vidéo… et 272 € avec les jeux vidéo.

  • Le prix des jouets aux Etats-Unis a chuté de 33% durant les 10 dernières années, une tendance qui n'est sans doute pas sans rapport avec la délocalisation de la production dans les pays du Sud où les réglementations sociales sont moins strictes et les salaires significativement moins élevés !

  • En 2004, la CLCV a interrogé les consommateurs français sur leurs habitudes d’achat et d’utilisation  des jouets : 27 % des consommateurs interrogés ne vérifient jamais la présence du marquage CE et 56 % ne le font pas systématiquement, alors qu'il s'agit du premier élément permettant de vérifier que le jouet satisfait aux exigences réglementaires de sécurité. De même, 41 % des personnes interrogées ne prêtent jamais attention aux conditions d'isolation des éléments électriques.
  • Selon la Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, 25% des 800 jouets analysés en 2011 se sont révélés non conformes aux normes européennes.
  • 300 fois la dose autorisée ! C'est ce qu'a révélé une étude menée par le laboratoire TÜV Rheinland en 2010 sur les jouets gonflables. Un jouet acheté sur les côtes italiennes contenait 35% de DEHP, un phtalate pourtant interdit en Europe (toléré à 0,1% dans les jouets). Cette étude montre que près de la moitié des jouets vendus (43 / 88 jouets testés) sur les côtes européennes ne sont pas conformes à la réglementation européenne. En cause, les phtalates suspectés de causer des allergies, des cancers et la diminution de la qualité du sperme chez le foetus, les enfants et les adultes. Beaucoup de ces jouets ne respectaient pas non plus les normes de sécurité liées à tout objet destiné aux enfants pour prévenir les risques d'étouffement en avalant de petites pièces, et de noyade.
  • Plus de six jouets sur dix achetés en France aujourd’hui sont fabriqués en Asie du Sud-Est.
Afficher Masquer

Les trucs verts à connaître

1- LA SECURITE

La première chose à vérifier lors du choix d'un jouet concerne évidemment le fait qu'il puisse être utilisé sans risque par l'enfant auquel il est destiné, même et surtout si ce dernier a l'idée saugrenue de détourner le jouet de sa fonction première. Les règlementations sont là pour contrôler le respect des jouets aux normes de sécurité mais en pratique 27 % des gens ne vérifient jamais la présence du marquage CE, dans un contexte de recrudescence des jouets de contrefaçon ne respectant pas les exigences minimales de sécurité. Rappelons donc que le marquage CE est incontournable et obligatoire pour les jouets destinés aux moins de 14 ans : pour pouvoir porter cette marque, le jouet doit respecter les règlementations européenne et nationale, qui imposent de ne mettre sur le marché que des jouets sûrs et définissent des exigences essentielles de sécurité générales et particulières (concernant notamment les propriétés physiques, mécaniques, chimiques, toxicologiques, électriques, l’inflammabilité et l’étiquetage). Notez tout de même qu’il n’y a pas de contrôle préalable à la mise sur le marché, le fabriquant apposant  lui-même la marque en fonction de l’appréciation qu’il fait de son produit par rapport aux normes en vigueur.

Pour aller un cran plus loin, la marque NF, également appliquée volontairement par le fabriquant, certifie non seulement que ce dernier s’engage à fabriquer ses produits dans le respect des normes en vigueur mais aussi qu’il les fait contrôler par un organisme indépendant et spécialisé. La norme NF Petite Enfance, par exemple, apporte ainsi une garantie particulière sur certains jouets : porteurs, jouets de premier âge et de plein air, tableaux, tricycles.

Attention enfin aux nuisances sonores provoquées par les jouets électriques et électroniques ; les jouets sonores  sont en constante augmentation et leurs niveaux de bruit sont eux aussi de plus en plus élevés. On estime désormais que pour éviter des lésions importantes de l’oreille interne d’un enfant, la durée d’écoute par 24 heures ne doit pas excéder 2 heures à 90 décibels, 45 minutes à 95… or de nombreux jouets dépassent ces limites. Pensez donc à être vigilant quand vous laissez vos enfants utiliser ces jouets, d’autant que ces derniers ne possèdent que rarement des boutons de volume ou d’arrêt et que les petits jouent fréquemment avec l’objet bien plus proche de l’oreille qu’il n’est censé l’être dans une utilisation « normale ». Et quand vous en aurez vraiment assez, retirez les piles ! Cela permettra aussi de sensibiliser votre enfant aux problèmes énergétiques.

2-    LES MATERIAUX : LE PVC

De nombreux jouets sont faits en PVC, un matériau dont l’impact environnemental est très important comparé aux autres types de plastiques.
Tout d'abord, les procédés utilisés lors de sa fabrication rejettent des toxines qui s'accumulent dans l'environnement.  Ensuite, lors de leur utilisation, les jouets en PVC souple peuvent contenir des phtalates - des additifs qui servent à assouplir le plastique et sont aussi, s'ils sont ingérés (par exemple quand le jeune enfant porte le jouet à sa bouche), ce que l’on appelle des perturbateurs endocriniens, classés toxiques pour la reproduction et le développement humain. En pratique, ils sont soupçonnés de favoriser l’apparition des allergies, de l'asthme voire de certains cancers - et les enfants sont, bien entendu, la population la plus exposée à ces risques. Enfin, lorsque les jouets sont jetés, le PVC se retrouve dans les décharges et surtout dans les incinérateurs où sa combustion dégage des dioxines et des métaux lourds dans l'air.
En pratique, l’Europe, en application du principe de précaution, est mobilisée depuis un moment sur l’interdiction des phtalates dans les jouets et les articles de soins pour enfants. Une nouvelle directive, datée de 2005  et effective depuis 2007, interdit dans tous les jouets et articles de puériculture trois phtalates – à savoir le DEHP, le DBP et le BBP  – classés comme "toxiques pour la reproduction", et dans tous les jouets susceptibles d'être mis à la bouche par les enfants trois autres phtalates "suspects" – dont les noms de code sont le DINP, le DIDP et le DNOP. Sachez aussi que certains fabricants de jouets en plastique, comme le célèbre Playmobil, ont banni le PVC depuis plusieurs décennies. Dans tous les cas, posez la question lors de vos achats (notamment de poupées, jeux de plage et autres canards de bain) et vérifiez la présence de la mention "sans PVC".

3- LES MATERIAUX : LES COMPOSANTS NATURELS

Faut-il donc préférer les matériaux naturels (type bois, coton ou laine) ? Eux aussi demandent un peu d’attention de votre part, les procédés utilisés pour leur production n’étant pas toujours irréprochables. Ainsi, d'un point de vue environnemental, la production du coton est une catastrophe écologique engendrant l'utilisation de quantités faramineuses de pesticides, insecticides et autres engrais chimiques (Le WWF a estimé que 24% du total mondial des pesticides sont utilisés pour la culture du coton sur moins de 4% des terres cultivées). Concernant le bois, les enjeux liés à son utilisation sont les mêmes qu'il s'agisse de faire du mobilier, du papier ou des jouets, et portent principalement sur la bonne gestion des forêts ! Privilégiez donc le bois portant un label de gestion écologique des forêts (FSC ou PEFC) et le papier ou carton recyclé le cas échéant. Enfin, un certain nombre de peintures, vernis ou colles utilisés dans la fabrication des jouets sont potentiellement des sources d'émissions de formaldéhyde, un produit désormais reconnu cancérigène. Des alternatives existent aujourd'hui comme des peintures non-toxiques ou des produits de finition naturels à base d'huile de lin ou de cire d'abeille : renseignez-vous et privilégiez-les quand vous le pouvez…

4-    LES JOUETS DES GRANDES MARQUES

La crainte majeure concernant les jouets de grandes marques internationales demeure liée aux problèmes sociaux causés par leur fabrication… Et il est vrai que l'idée qu’un jouet, symbole de joie et d'amusement pour les enfants d’ici, soit produit dans la douleur par les enfants d’ailleurs est potentiellement choquante pour les consommateurs.

La France est le second acheteur de jouets en Europe (derrière le Royaume-Uni et devant l'Allemagne) et pas moins de 120 fabricants restent installés dans l'Hexagone (y compris des PME innovantes comme Vilac, une entreprise du Jura qui propose des jouets en bois local, ou Moulin Roty, une entreprise installée dans la Loire Atlantique et qui s’est spécialisée dans les jouets qualitatifs, fabriqués artisanalement en France) ; mais la concurrence est rude… et de manière croissante, le fait qu’un jouet affiche une marque française ou européenne ne signifie pas pour autant qu’il a été produit en France ou en Europe. Pour rester compétitive, l’industrie est en effet amenée à délocaliser ou à sous-traiter tout ou partie des étapes de fabrication. A elle seule, la Chine concentre 42 % des produits importés et pour les produits électroniques, qui contiennent une puce capable de gérer une action (une peluche qui parle, un hochet…), les chiffres sont alarmants : 99 % des pièces vendues en France viennent de l’Asie du Sud-Est, même si l’assemblage est ensuite effectué en France . Pour ne rien arranger, les hyper- et supermarchés assurent l’essentiel des ventes de jouets en France, soit près de 40% selon l'organisme Toy Industries of Europe, ce qui tend à renforcer la guerre des prix dans le secteur et la tendance à la délocalisation…

Cette délocalisation a le plus souvent des conséquences négatives sur les salaires et les conditions de travail dans les usines : travail d’enfants, augmentation du temps de travail, diminution des salaires, conditions d’hygiène et de sécurité souvent déplorables,...
Le grand public et les médias ont pris conscience de ces problèmes au cours des années 90, avec deux incendies tragiquement meurtriers survenus dans des usines en Thaïlande et en Chine produisant des poupées en peluche et différents jouets en plastique pour des marques occidentales connues.  Dans la foulée, l’industrie du jouet s’est engagée dans des codes de conduite et des audits sociaux, certes compliqués à mettre en œuvre du fait de la sous-traitance en cascade. Mais les ONG et les associations de consommateurs internationales restent vigilantes quant aux pratiques du secteur et l'UFC-Que choisir a ainsi montré en décembre 2004 que parmi les grandes marques de jouets seul le fabriquant danois Lego, qui fabrique une grande majorité de ses jouets en Europe et dont le fournisseur chinois semble "plus respectueux de la santé des travailleurs", se distingue du lot.

Attention quand même à ne pas mettre toutes les entreprises asiatiques de jouets dans le même sac : certaines, qui ne sont pas sous-traitants mais fabricants, se distinguent même sur le créneau du jouet écologique et sain, comme l'entreprise thaïlandaise PlanToys, créée en 1981 et dont les jouets éducatifs sont faits en bois (issus de caoutchouc qui ne sont plus exploités) non traité, peint avec des peintures non toxiques et façonné dans des usines présentant toutes les certifications sociales et environnementales possibles.

5-    DES JOUETS BIOLOGIQUES ET EQUITABLES

Bonne nouvelle : on retrouve de plus en plus de jouets dans les boutiques consacrées aux produits biologiques et non toxiques ou encore équitables : crayons de couleur, peluches et "doudous" en coton ou laine bio, pâte à modeler, etc. Ces derniers sont souvent des jouets originaux, en bois ou en tissu et issus de cultures lointaines – faisant la plupart du temps de très bonnes idées de cadeaux. De manière plus générale, la "niche" de la consommation responsable donne naissance à des jouets conçus en prenant le contre-pied systématique des produits vendus par les "géants" de l'industrie. Ils sont généralement plus difficiles à trouver mais aussi plus originaux.

Un exemple : la poupée Feral Cheryl, créée en 1995 en hommage aux activistes écologiques de la forêt tropicale australienne… mais aussi en alternative aux poupées type-Barbie qui dominent le marché. Disponible sur Internet, cette poupée "baba-cool" au teint mat et aux cheveux bruns (arrangés en "dreadlocks") a des formes réalistes, un petit tatouage et même un élégant piercing dans le nombril ! Affichant un mode de vie simple, Feral Cheryl n'a besoin d'aucun accessoire, ce qui réjouira les parents. Mi-punk mi-écolo, elle est engagée, selon son fabricant, contre tout ce qui menace la forêt tropicale où elle vit ("la déforestation, la construction de routes ou l'exploitation minière qui défigurent l'environnement") mais elle milite aussi "pour les Droits de l'Homme, pour le féminisme et contre les dérives de la mondialisation". Les poupées sont fabriquées en Australie, puis assemblées à la main par des artisans australiens de la Nouvelle Galles du Sud.

Autre offre à valeur ajoutée pédagogique et éthique : la gamme de peluches à la marque de l’ONG environnementale WWF  est produite par le fabricant américain Anna Club Plush et largement distribuée en France, avec une large gamme d’animaux menacés allant de la tortue de mer au koala, le tout étant produit sans PVC, sans teinture toxique (les peluches portent le label Oeko-tex) et sans recours au travail des enfants.

Sur le créneau du bon vieux ballon, une offre alternative de ballons équitables est apparue récemment dans les magasins spécialisés de France et d’Europe, en magasin et sur le net comme la gamme de ballons équitables par inakis : vendus à peine plus cher que des produits concurrents haut-de-gamme, ces ballons de foot, de beach volley, de rugby ou de basket respectent les normes internationales des sports correspondants et sont fabriqués à la main au Pakistan, avec des matériaux alternatifs au cuir, dans des filières certifiées par le label Max Havelaar.

Et les marques moins alternatives suivent, certes avec des offres moins ambitieuses. Ainsi, le fabricant français Smoby, dont les études montrent que 71 % des 11-13 ans s'inquiétaient de la dégradation de l'environnement, propose plusieurs produits à visée écologique comme des portiques à balançoire dont la structure est faite en pin sylvestre, avec des bois provenant de forets certifiées Forest Stewardship Council (FSC)… dans une gamme comprenant par ailleurs des produits en PVC ! Tout comme Toys R Us qui propose depuis 2008 une gamme de jouets écologiques en bois naturel FSC ou coton bio.

De manière générale, pour trouver ces jouets bio et équitables regardez du côté d'enseignes spécialisées comme Bébé en Vadrouille, Nature & découvertes ou encore  jeujouethique.com, un site de vente en ligne créé en 2007 par un jeune Breton et qui propose des jeux premier âge, des puzzles, des jeux de société ou de plein air et des loisirs créatifs produits en France ou Europe (pour maintenir l'emploi local, préserver le savoir faire, réduire le transport inutile,...), avec des matériaux écologiques et naturels (matériaux naturels ou recyclés, bois non traité et issu de forêts gérées durablement, coton biologique, fibre de bambou,…). Les jouets du Queyras proposent depuis 1920 des jouets en pin local peints à la main, fruit de l'artisanat français. Et plus récemment, Les Jouets d’Arthur proposent des jeux et jouets en bois ainsi que des déguisements enfants. La plupart des jouets sont fabriqués en France et sont conçus dans des matériaux respectueux de l'environnement : peinture à l'eau, colorants alimentaires, feutrine, bois issu de forêts durablement gérées. Même esprit pour les jouets de la SCOP Didactile, qui propose des articles eco-responsables Made in Vaucluse (dessinés et conçus à Mazan, imprimés au Thor, et découpés à Sarrians ; le tout avec des encres végétales et des emballages recyclables). Les Puzzles sont conçus en collaboration avec les services du parc naturel régional du Luberon et de la Réserve de Biosphère du Mont Ventoux.


6-    LUTTONS CONTRE LES STEREOTYPES !

Parmi les effets néfastes des jouets, il est bon de ne pas oublier la question des stéréotypes véhiculés par les jouets et leur impact sur le développement des enfants. S'il est probable que les petits garçons jouent depuis longtemps aux policiers et les petites filles à la poupée, l'attention des médias, des associations et des psychologues s'est focalisée sur ces questions avec notamment le développement des jeux vidéos violents. Du coup, un mouvement plus large se développe pour "traquer" d'autres stéréotypes dans les jouets, portant sur des aspects sexuels, ethniques ou culturels. Après tout, selon ceux qui s'intéressent à ces questions, le jouet participe à l'éducation de l'enfant, contribue à l'éveiller et à façonner sa représentation du monde… et le jouet « responsable » est aussi celui qui, par ses aspects ludiques et pédagogiques, permet à l’enfant un apprentissage du respect de soi, des autres et du monde dans lequel ils vivent. L'idée ici n'est pas de trancher définitivement sur le fait que certains jouets sont plus appropriés que d'autres pour développer l'ouverture d'esprit des enfants, mais un nombre croissant de fabricants ou de distributeurs affichent aujourd'hui leur refus de mettre sur le marché des produits "guerriers" ou "sexistes" – leur préférant des jouets mixtes faisant appel, par exemple, à l'imagination ou à la découverte de la nature. 

Dans le même esprit, certains militants comme le Collectif contre le Publisexisme  ou les Panthères Roses, qui ont notamment publié un guide de consommation "Pas de cadeaux pour le sexisme", s’en prennent à la célèbre poupée Barbie accusée de véhiculer non seulement une image stéréotypée de la féminité (minceur, jeunesse, blondeur) qui ne favorise pas l’estime de soi chez les pré-adolescentes qui en sont la cible, mais aussi une idéologie pro-consumériste à force de panoplies entières d’accessoires forcément à la mode (maquillage, coiffure, vêtements, tenues de sport, jeux et gadgets électroniques, etc.).  Le site Internet de Barbie  affiche d’ailleurs cette rubrique au titre prometteur : « Fais les boutiques avec Barbie » qui invite très explicitement les jeunes filles à la dépense !

Enfin, il est indéniable que certains jouets, notamment ceux dont la durée de vie est courte par définition (par exemple lorsqu'ils s'inscrivent dans des phénomènes de mode très brefs liés à la sortie d'un film ou à un mouvement éphémère…) ou ceux qui appellent à un renouvellement régulier des accessoires, stimulent chez les futurs adultes une tendance à la "conso-mania" et à la recherche permanente de la nouveauté. Une façon de dire que les parents attentifs à la consommation responsable des jouets peuvent aussi, utilement, être vigilants au produit lui-même mais aussi au mode de consommation qu'il induit (voir également à ce sujet les trucs verts consacrés aux achats de Noël).

7-    LES DECHETS ET LES PILES

Les jouets ne finissent pas d’être nocifs une fois qu’on ne s’en sert plus… bien au contraire !
Ainsi les jouets électriques et électroniques (rappelons que les seuls jeux vidéos représentent 35% du chiffre d'affaires global des ventes de jouets en Europe)  font partie des catégories de produits concernées par deux directives européennes relatives aux déchets et à limitation des substances dangereuses  dans les équipements électriques et électroniques. Selon les chiffres de l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie), ces déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) représenteraient 13 kg par an et par personne. Comme il en existe déjà pour les piles, des points de collecte spécifiques pour les jouets électriques et électroniques devraient bientôt apparaître chez les marchands de jouets. Au passage, concernant justement les piles et autres accumulateurs (qui sont considérés comme des déchets dangereux en France depuis 1991, leur collecte étant obligatoire depuis 2001), rappelons que chaque foyer possède en moyenne 25 appareils à piles. Or lorsqu’elle est usée, la pile devient un déchet très dangereux à cause des métaux lourds extrêmement polluants et toxiques qu’elle contient (cadmium, manganèse, plomb, nickel, mercure…) d’autant plus que le recyclage reste encore très partiel. En effet en France deux piles sur trois finissent à la poubelle ou dans la nature, soit deux fois plus qu’en Belgique ou en Autriche.

Vous l’avez compris, les jouets électroniques sont à éviter si possible et une solution de remplacement consiste à choisir des jouets fonctionnant à l’énergie solaire. Mais si vous n’y trouvez pas votre bonheur, optez pour une alternative efficace à l’utilisation massive des piles : les piles rechargeables, avec un chargeur fonctionnant à l’énergie solaire - comme Energizer ou Freeloader, qui produit en théorie plus d’énergie tout au long de sa vie que celle qui a été nécessaire pour sa fabrication  ! C'est aussi une occasion unique d'initier vos enfants aux énergies renouvelables…

Enfin, toujours dans le souci d'éviter l'accumulation de déchets liés aux jeux et jouets de nos enfants, pensez à choisir si possible, entre plusieurs jouets identiques, ceux vendus avec l'emballage le plus réduit, ou fait en carton recyclé. Et, dans tous les cas, triez les déchets d'emballage après ouverture des boîtes !

8-    LES JEUX EDUCATIFS

A contre-courant de ces jouets poussant au consumérisme, d’autres jeux se développent pour sensibiliser les enfants aux réalités sociales et environnementales de notre époque, dans les pays développés ou dans les pays du Sud, et leur donner envie de s’impliquer dans la transformation de la société et de l’environnement. En voici quelques exemples :
  • «  Bioviva » se veut la référence des jeux de société de type « plateau et cartes » sur la nature, avec de nombreuses récompenses internationales et plus de 150 000 exemplaires vendus dans 10 pays, en quatre langues. A noter : la société Bioviva, forte du succès de ce premier jeu de société, en a lancé plusieurs autres sur le même principe – comme « Thalassa » sur la mer et  les voyages, « Ushuaïa » sur la découverte des animaux, des plantes et des civilisations qui peuplent les coins les plus reculés de notre planète (co-élaboré avec la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature).
  • « Tiers-Mondopoly » permet à partir de 12 ans de jouer le rôle d’un paysan du tiers-monde qui doit faire vivre sa famille malgré la pauvreté, la précarité, les systèmes politiques coercitifs  ;
  • "Négocio", dans le même esprit est le premier jeu de société sur le commerce équitable. Le Négocito, accessible aux plus jeunes (de 4 à 10 ans), est un jeu d’aventure pour découvrir le coton, le café et le riz, et Chocojusto est un jeu de 6 familles sur le chocolat sur le juste prix, la transparence et les conditions de travail des agriculteurs,
  • «  Kyogami », également à partir de 12 ans, propose aux joueurs de sauver la planète du changement climatique et réussit la prouesse de les familiariser avec le protocole de Kyoto puisqu’il est basé sur l'utilisation des quotas d'émissions comme une nouvelle monnaie grâce à laquelle on réduit les rejets atmosphériques.
Ces jeux, et d’autres, sont notamment listés dans le "Guide des jeux pour la planète", téléchargeable en ligne et  élaboré par le site econo-ecolo.org.


9-    VERS DES CONSOLES "VERTES" ?

"Dans l’univers du jeu vidéo, tout le monde veut sauver le monde. Mais de retour sur la planète Terre, vos consoles de jeux préférées contient des facteurs de destruction réelle : des produits chimiques toxiques qui ne devraient pas s’y trouver et contribuent, lorsque la console est jetée,  à créer des montagnes de déchets électroniques." C’est avec cette accroche que Greenpeace a choisi de mobiliser  les fans de jeux vidéo, fin 2007, sur son nouveau site-campagne humoristiquement baptisé Clash of the Consoles. La star du site est un film de 90 secondes montrant les trois héros des trois marques, Kratos (pour la Sony PS3), Master Chief (pour la X-Box de Microsoft) et Mario (pour la Nintendo Wii), se livrant bataille pour emporter la palme de la console la plus verte.
Derrière la dérision, l’objectif est évidemment très sérieux : Greenpeace a donné un zéro pointé à Nintendo dans la dernière version de son classement de la high-tech responsable, concluant que les fabricants de consoles sont loin d’être à la hauteur de leurs collègues de l’informatique ou de la téléphonie pour ce qui concerne la "charge toxique de leurs produits" ou encore les programmes de recyclage. Le site permet donc de comparer les consoles sur ces différents aspects, d’écrire aux marques pour leur demander de changer leurs pratiques et enfin donne des suggestions pour faire connaître la campagne. Signalons d'ailleurs que Greenpeace a publié récemment les résultats d’une enquête menée auprès du monde virtuel pour adolescents Habbo, faisant apparaître que sur 50 000 avatars ayant participé, 74% plaçaient l’environnement devant les drogues, la violence et la guerre au rang des problèmes par lesquels ils se sentent le plus concernés.


10-    LES JEUX VIDEOS RESPONSABLES

Le temps où les jeux vidéos avec pour seule utilité de nous distraire et de nous faire voyager dans un monde virtuel, bien loin de la réalité, est révolu. Une nouvelle génération de jeux vidéo arrive, qui pourrait bien en faire un moyen supplémentaire de changement social et un outil efficace de sensibilisation des jeunes (ou des moins jeunes) aux enjeux du développement durable.
  • Ainsi, dans "Darfur is Dying", l’un des jeux les plus populaires depuis sa création en  2006, le joueur devient l’un des 2,5 millions de réfugiés soudanais luttant pour sa survie. Selon Susana Ruiz qui a conçu ce jeu, "l’objectif est de toucher une audience à qui les articles du New York Times ou du Washington Post ne sont pas vraiment accessibles, qui n'est pas non plus militante a priori et qui n'irait pas spontanément voir un document sur le Darfour au cinéma" ;
  • "PeaceMaker" est un jeu sur le conflit israélo-palestinien, dans lequel le joueur peu devenir tour à tour médiateur au sein des conflits ou leader d'un des deux camps – sans jamais pouvoir utiliser les forces armées pour arriver à ses fins ;
  • "Food Force", un jeu développé par les Nations-Unies en plusieurs langues (dont le Français) dans le cadre de son programme de lutte contre la malnutrition et qui a déjà été téléchargé plus de 2 millions de fois ;
  • ou encore "Real Lives", où le joueur peut être réincarné de manière aléatoire en n’importe quel être humain sur la planète et doit organiser sa survie en prenant en compte les facteurs limitants que sont la santé, la pauvreté , etc.
  • Bien d'autres jeux vidéos surfent sur cette tendance pour sensibiliser les joueurs aux enjeux environnementaux et sociaux de a planète.
Afficher Masquer

La question qui tue !

FAUT-IL ABSOLUMENT ACHETER DES JOUETS A NOS ENFANTS ?

L’idée n’est évidemment pas ici de priver nos chers bambins de ce qui les amuse… mais de considérer les alternatives existantes à l’achat d’une part, et à l’objet d’autre part.
Du côté de l’achat, pour limiter les déchets (piles ou emballages), rappelez-vous que les jouets peuvent aussi s'emprunter ou se louer. Pour cela, rien de tel que les jeux hérités des grands cousins, bien sûr, à condition d’inciter nos enfants à continuer à faire circuler les jeux dont eux-mêmes sont lassés, par exemple en leur faisant choisir parmi les jouets usés ou dont ils ne se servent plus ceux qu'ils souhaitent donner – beaucoup d'associations comme Emmaüs ou Les Restos du Cœur lancent des appels dans ce sens à la veille de Noël ! Sinon, pensez aux 800 ludothèques installées en France, qui sont aux jeux ce que les bibliothèques sont aux livres. Renseignez vous auprès de l'Association des Ludothèques de France. Des plateformes internet se développent également pour organiser le prêt, troc, don ou échange de jouets, comme jedonnemesjouets. De plus en plus de jouets sont également proposés en location. Enfin, en alternative aux jouets « objets » et pour optimiser l’impact psychologique des jeux et jouets proposés à vos enfants, renseignez-vous sur ce que l’on appelle les « jeux coopératifs », qui se développent partout dans le monde, et dont certains ciblent les enfants à partir de 3 ans : contrairement à la plupart des jeux « gagnant-perdant » qui se voient reprocher de favoriser le « chacun pour soi », le jeu coopératif repose sur la poursuite d’un objectif de groupe qui ne pourra être réalisé que par l’entraide et la solidarité entre les joueurs. Il ne s’agit donc plus de gagner contre l’adversaire mais de faire cause commune pour gagner ensemble… ou perdre ensemble si l’équipe s’est mal organisée ! Une bonne préparation à d’autres types de relation dans la société que celles fondées sur la compétition et l’individualisme…
En France, quelques boutiques alternatives, réelles ou virtuelles, comme  Artisans du Monde ou www.nonviolence-actualite.org proposent des manuels expliquant les règles de jeux coopératifs à organiser vous-mêmes. Vous en trouverez aussi dans le guide Parmi les exemples qui y sont développés : "une véritable chasse au trésor" donnant des "parties d’indices" à chaque enfant, de sorte que leur regroupement est nécessaire pour comprendre l’indice et avoir une chance d’arriver ensemble jusqu’au trésor. A lire aussi sur le sujet : le "Guide des jeux pour la planète".
Afficher Masquer

Où trouver ça ?

Sécurité des jouets
Guide publié par l'association de consommateurs CLCV
Guide des jouets sans substances toxiques publié par WECF (Women in Europe for a Common Future)

Jeux et jouets avec garanties sociales ou environnementales
Moulin Roty
Lego
PlanToys
Smoby
Feral Cheryl
Peluches WWF chez Anna Club Plush
Ballons équitables Max Havelaar vendus dans quelques magasins spécialisés de France
Bébé en Vadrouille
Nature & découvertes
Jeujouethique.com
Tout allant vert
Les Jouets d’Arthur
Didactile

Contre les jouets sexistes
Guide de consommation publié par le Collectif contre le Publisexisme  et Panthères Roses : "Pas de cadeaux pour le sexisme"

Jouets solaires
www.boutiquesolaire.com
www.heliobil.com

Jeux éducatifs
Bioviva
Tiers-Mondopoly, Négocio, Kyogami et d'autres jeux sont vendus sur www.actualitesolidarite.com

Consoles et jeux vidéos
Site de Greenpeace : Clash of the Consoles et classement de la high-tech responsable
Jeu "Darfur is Dying"
Jeu "PeaceMaker"
Jeu "Food Force"
Jeu "Real Lives"
envoyer l'article : Jeux et éveil