Ce site est réalisé avec le soutien financier de ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie Prodimarques
Partenaires Medias
e-RSE.net Restauration 21
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.
Téléphone Portable

TÉLÉPHONE PORTABLE

Le téléphone a révolutionné nos modes de vies dans les années 1960 et 1970. Depuis une vingtaine d’années, le « mobile » a pris le relais et s’est imposé, jusqu’à devenir envahissant.

La téléphonie mobile s’est rapidement développée depuis le milieu des années 1990 mais la facture est salée pour la planète : la production des téléphones tire sur les ressources en énergie et en matières premières, leur utilisation génère une consommation d’électricité colossale et leur mise en rebut pour fin de vie précoce produit des montagnes de déchets toxiques.

Afficher Masquer

Le saviez-vous ?

·      Omniprésent dans la société moderne, le téléphone n’a pas 200 ans. Il a été inventé par les Américains Bell et Watson lors de travaux sur le télégraphe, puis amélioré ensuite par de nombreux chercheurs, dont Thomas Edison. Ce serait à Bell que reviendrait d’avoir prononcé au téléphone le 10 mars 1876 cette phrase historique : « Monsieur Watson, veuillez venir dans mon bureau, je vous en prie. » Le développement de réseaux téléphoniques dans le monde sera une suite de défis techniques. En 1922, année du décès de Graham Bell, il y avait déjà 13 millions de téléphones dans le monde. La France était alors encore sous équipée, mais elle a depuis rattrapé son retard.

·      Aujourd’hui le téléphone portable se décline en mobile et en smartphone. Ce dernier est le gadget high-tech le plus populaire au monde. Selon une enquête sur la diffusion et l’usage des technologies de l’information dans la société française réalisée par le CRÉDOC en 2015, le taux d’équipement des ménages en smartphones est de 58% et en téléphones mobiles de 92%. Le téléphone portable est devenu un micro-ordinateur portable, si bien que seulement 17% des interrogés l’utilisent pour téléphoner, son usage premier. 52% naviguent sur internet, 45% consultent leur courriels, 44% téléchargent des applications, 26% l’utilisent pour se géolocaliser et 25% communiquent via textos ou MMS. Le téléphone portable est devenu une véritable addiction puisque 68% des interrogés déclarent se connecter sur leur téléphone portable en surfant sur la toile ou sur les réseaux sociaux tous les jours.

·      En 2016, selon le CRÉDOC, 65% des français étaient équipés d’un smartphone ; ce chiffre atteignant 95% chez les 18-24 ans. Selon GFK, 20,2 millions de smartphones ont été vendus en France en 2016 contre seulement 18,2 millions en 2014. Parmi ces chiffres, les téléphones mobiles ne sont pas comptabilisés, mais sont en forte diminution. Selon l’IDC, 1,5 milliards de smartphones ont été livrés en 2016 dans le monde entier. En 2021, la vente prévisionnelle s’élèvera à 1,7 milliards soit une augmentation probable des ventes d’environ 20%.

·      Fin décembre 2016, selon l'Arcep, 73 millions de cartes SIM ont été comptabilisées (hors M2M) en France, pour 70,6 millions de cartes actives. En 2012, Free révolutionne le prix du forfait en le proposant à 2€, permettant ainsi une baisse générale du prix des forfaits parmi tous les opérateurs téléphoniques.

1.     SANTÉ

Les téléphones mobiles émettent des ondes électromagnétiques dont on craint les effets sur la santé, notamment vis-à-vis du développement de tumeurs du cerveau. D’autres troubles sont associés à l’usage du téléphone mobile : maux de tête, fatigue, sensation de chaleur. Les études scientifiques se contredisent et il est difficile de se faire une opinion quant aux risques que comporte l’usage de cet appareil. Dans son dernier avis, paru en octobre 2009, l’Afsset[E1]  (Agence Française Sanitaire de l’Environnement et du Travail) estimait qu’il «  convient de réduire les expositions du public » et que le téléphone mobile est bien la première source d’exposition. Dans son rapport sur les radiofréquences, l’Afsset  explique que ces dernières ont bien des effets sur les fonctions cellulaires, rapportés par une dizaine d’études expérimentales qu’elle considère comme incontestables. Malgré ce constat, pas d’explication : aucun mécanisme d’action entre les radiofréquences et les cellules pour des niveaux d’exposition correspondant à des effets non thermiques n’a été identifié à ce jour. De même le niveau de preuve épidémiologique concernant des excès de certaines tumeurs reste très limité.

·      En mai 2011, le CIRC a classé les radiofréquences comme cancérogènes possibles et a rejoint les recommandations émises par l’Afsset en 2009.

·      En septembre 2013, la revue de neurophysiologie clinique publie une étude sur la dangerosité des émissions LTE (4 G) sur le cerveau. Une exposition d’environ 30 minutes aux émissions LTE affecte l’activité neuronale dans plusieurs régions du cerveau. Cette étude montre seulement les effets à court terme et ceux à long terme n’ont pas encore été étudiés. En revanche, un lien est visible entre ces expositions et des conséquences biologiques néfastes, tels que les dommages sur le sperme, des os plus fragiles ou encore des effets sur les foetus.

·      Le 9 février 2015, une loi relative à la sobriété, à la transparence, à l'information et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques est votée pour informer les consommateurs sur l’usage des appareils électromagnétiques, dont les téléphones portables font partie.

·      L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) révèle en juillet 2016 que les enfants « doivent être considérés comme une population plus exposée aux champs électromagnétiques radiofréquences ». Malgré un travail de longue haleine, l’agence n’a pas rendu de verdicts tranchés en raison d’un manque d’informations et ne conclut pas à de réels effets néfastes chez l’enfant.

2.     ENVIRONNEMENT

·      La fabrication d’un téléphone est gourmande en ressources et en énergie. Un téléphone est constitué pour moitié de plastiques divers et de métaux, dont certains précieux. Par exemple, un appareil contiendrait en moyenne 1 g d’or. Il contient aussi de l’or gris, du tantale, excellent conducteur électrique, obtenu à partir du coltan, minerai dont l’extraction provoque des tensions en Afrique – continent qui abrite 80% des réserves mondiales, notamment en République Démocratique du Congo.

·      Une étude du cabinet AT Kearney sur l’impact environnemental de la téléphonie mobile en 2009 a révélé que la consommation en énergie d’une heure de conversation téléphonique équivaut à celle d’une machine à laver le linge à 40°C. Ou encore l’émission de CO2 de la totalité des téléphones portables en circulation dans le monde s’élève à 40 millions de tonnes, soit l’équivalent de 2,5 millions d’automobiles de petite cylindrée.

·      Comme tous les appareils électroniques, les mobiles contiennent des composants néfastes pour l’environnement. En 2014, Greenpeace publie le 19ème rapport sur les pratiques des fabricants de l’industrie électronique. Intitulé « Greener Gadgets : Designing the future », ce rapport constate un net progrès depuis le début de la campagne en 2006. Cette même année, la totalité des téléphones mobiles contenaient du PVC et BFR (retardateurs de flamme bromés). En 2014, soit 8 ans plus tard, seulement la moitié des mobiles en contenait. Certains fabricants sont encore en marge et le progrès se limite à l’élimination des substances dangereuses citées ci-dessus. Greenpeace recommande de s’attaquer aux chaines d’approvisionnement. Il reste encore beaucoup à faire en ce qui concerne les rejets de gaz à effet de serre et l’ONG militante encourage l’éco-conception de demain. En 2014, les leaders en matière de progrès étaient Nokia, Sony Panasonic et Apple. Panasonic restait largement à la traine. Quant à LGE, Samsung, Acer et RIM, ils tentaient de suivre le mouvement des leaders.

·      Arrêtez de jeter, les smartphones d’occasion font un tabac ! Selon Deloitte, 120 millions de smartphones usagés se sont échangés dans le monde en 2016 contre 80 millions en 2015. Encore mieux, le marché des smartphones d’occasion devrait augmenter de 4 à 5 fois plus vite que le marché total du smartphone, et devrait représenté 7% des ventes en 2017 (contre 4% en 2014).

Afficher Masquer

Bonnes nouvelles

1 - Les mobiles

Il est aujourd’hui possible d’être geek et green ! Trois grandes marques se sont lancées dans la téléphonie responsable avec des appareils écolo :

-       Le Samsung Blue Earth dont la coque est composée de plastique recyclé et de mini-panneaux solaires permettant de le recharger à la lumière, naturelle ou artificielle. L’énergie photovoltaïque ne remplace pas complètement le chargeur, qui est livré avec le téléphone.

-       Le Sony Ericson Naite qui a été conçu pour réduire de 15% sa consommation de CO2 par rapport à un portable classique, grâce à un emballage plus compact et un chargeur basse consommation entre autre.

-       Le Nokia 5630XpressMusic, fabriqué entièrement avec des matériaux recyclés et    doté lui aussi d’un chargeur basse consommation.


2 – Les smartphones

-       Le « Fairphone », un smartphone crée par une entreprise hollandaise en 2010, répond à plusieurs enjeux. Il vise à améliorer les conditions environnementales et sociales dans la chaîne de production. L’origine des minerais utilisés pour la fabrication est donc contrôlée, ce qui n’est pas chose aisée car très souvent sources de conflits, notamment en République centrafricaine, Colombie et République démocratique du Congo.

L’entreprise tente également de maîtrise la fabrication et agit au niveau de l’assemblage, qui se fait dans une usine chinoise, près de Shanghai. Les salariés y sont représentés et gèrent le fonds social, alimenté par FairPhone et Hi-P. Les objectifs sont de renforcer la représentation des ouvriers et d’améliorer les règles sanitaires et de sureté.

Enfin, l’entreprise hollandaise lutte contre l’obsolescence programmée du système d’exploitation, des mises à jour sont toujours actualisées. Le téléphone est facilement démontable et ses pièces détachées sont toutes remplaçables. Le Fairphone n’est malheureusement pas éternel et une fois sa durée de vie atteinte, sur les dizaines de minerais contenus dans le produit, seulement 17 sont recyclables … Le Fairphone n’est pas totalement recyclable. Mais il faut dire qu’à l’heure actuelle, aucun smartphone n’est 100% équitable et recyclable.

 

·      Aujourd’hui la plupart des opérateurs et certains distributeurs pratiquent la collecte des téléphones usagés. Cette collecte permet la remise en service d’appareils réparables ou encore utilisables à destination de pays émergents. Les appareils hors-service peuvent être recyclés, c’est à dire que l’on récupère ou réutilise les matières premières. Chez le leader de la récupération de téléphones mobiles Fonebank (http://www.fonebank.fr/), le dépôt de téléphone usagés est aussi l’occasion de faire un don à L'Institut Jane Goodall France ou au ZooParc de Beauval, deux organismes s’engageant dans le développement durable. Emmaüs aussi s’est lancé en 2006 dans la récupération de vieux téléphones, en partenariat avec la Fnac.

·      Puisque pour une majorité de jeunes, les portables, comme les ordinateurs, sont ancrés dans leur mode de vie, Moob-X, un projet interactif développé par le WWF Belgique, se propose de faire découvrir aux adolescents la face cachée de ces appareils et de leur faire comprendre les enjeux du développement durable à travers cet objet qui les touche.

·      Le téléphone portable peut être un facteur de développement économique dans certaines régions du monde non desservies par la téléphonie fixe. On estimait début 2009 à 2,4 milliards le nombre d’abonnés à une offre de téléphonie dans le monde. En avril 2017,  près de 5 milles milliards d’abonnés aux lignes mobiles sont recensés par la GSM Association.

·      La plupart des chargeurs de téléphones portables ne consomment plus aujourd’hui d’électricité lorsque la charge est terminée. Mais cette particularité n’est généralement pas indiquée dans les notices. Dans le doute, débranchez votre chargeur quand la batterie est pleine.

·      En 2014, la Commission Européenne a annoncé dans un communiqué officiel, la création d’un chargeur unique pour tous les fabricants afin de réduire et diminuer le volume des déchets et deviendra obligatoire pendant l’année 2017. Cette nouvelle législation arrive avec un train de retard puisque les chargeurs micro-USB se sont déjà généralisés à la majorité des smartphones. Et pourtant, l’Europe avait annoncé la mise en place de ce fameux chargeur universel en 2009 !

Afficher Masquer

Ce que vous pouvez faire


·      Pour limiter l’exposition aux ondes potentiellement nocives, utilisez le moins possible votre portable dans une enceinte fermée, train, voiture, appartement, où l’appareil se trouve en situation d’émission maximale. On évitera aussi de passer trop de temps en ligne, voire de dormir avec son portable et on privilégiera l’usage d’un kit mains libres filaire. A la maison, l’appareil doit être de préférence placé près d’une fenêtre et, la nuit, en position éteinte.

·      Tant que l’on ne sait pas quel est le risque représenté par l’utilisation d’un portable, optez pour un appareil à faible niveau de radiation. Basez-vous sur le débit d’absorption spécifique (DAS) - ou SAR pour Specific Absorption Rate en anglais. En France et en Europe, le seuil est fixé à 2 W/kg contre 1,6 aux USA. Le DAS figure obligatoirement dans les fiches techniques. L’organisation de consommateurs Que Choisir publie en accès libre sur son site Internet une liste de 49 téléphones mobiles disponibles sur le marché français et leur valeur DAS. Choisissez la valeur la plus basse possible.

·      Jetez aussi un coup d’œil à l’étiquetage environnemental développé par Orange avec le WWF composé de 5 indicateurs : limitation du CO2 (l’émission de dioxyde de carbone émis pendant les phases de fabrication), efficacité énergétique, préservation des ressources naturelles, recyclabilité, conception éco-responsable. La petite « étiquette verte » Orange, qui est en réalité noire et orange, indique en outre le DAS (voir ci-dessus) en W/kg. On regrette juste que l’étiquette ne porte pas sur toute l’offre de portables de l’opérateur et qu’on la trouve à la rubrique « développement durable » du site d’Orange et non sur les fiches techniques des appareils vendus dans sa boutique en ligne…

·      N’achetez pas de téléphone mobile à un enfant de moins de 12 ans, sauf absolue nécessité. Les effets sur la santé sont encore mal connus mais les jeunes y seraient plus sensibles.

·      Ne jetez pas un téléphone hors d’usage (ou passé de mode) avec les ordures ménagères :

·      Déposez-le dans un point de collecte : auprès d’un point de vente de votre opérateur (Bouygues, SFR, Orange, Téléphone Store, etc.). Bouygues et SFR organisent un système d’échange en bon d’achat par exemple. Aujourd’hui, les opérateurs ont des partenariats avec des entreprises qui recyclent les téléphones désuets et hors d’usage. Partenaire de Comparecycle, SFR vous propose de récupérer votre ancien mobile, que vous pouvez envoyer directement par la Poste, en échange de quelques euros en fonction du modèle de votre mobile.

·      De nombreux sites en ligne, Vendremonmobile.com, largusdumobile.com, comparecycle.com, comparent les meilleures offres sur les sites de recyclage pour que vous puissiez en retirer un bon prix. Love2recycle est le leader européen de la gestion durable du cycle de vie des produits électroniques et le numéro 1 du rachat de mobile en France, et s’occupe de donner une seconde vie ou de recycler votre mobile. Réutiliser, Réduire et Recycler est la stratégie des 3R appliquée par l’entreprise, qui ne s’arrête pas aux téléphones portables, et récupère également les ordinateurs portables, les consoles de jeux, les tablettes tactiles ou les lecteurs MP3.

·      Si vous avez une âme charitable, MonExtel, autre entreprise de recyclage, adopte une stratégie éco-solidaire puisque l’argent récolté par votre portable recyclé sera reversé à l’association de votre choix.

·      Des distributeurs proposent de reprendre vos appareils usagés, comme Boulanger, en remplissant un formulaire en ligne ou la Fnac. Vous pouvez également consultez le site de Fonebank.

Lors de l’achat d’un nouveau portable, pensez « occasion » si vous n’avez pas besoin d’un équipement dernier cri. Les sites tels que Ebay ou Leboncoin.fr vous proposent des téléphones d’occasion vendus par des particuliers. Des sites spécialisés existent et vous proposent des téléphones reconditionnés, c’est à dire des téléphones mobiles d’occasion, remis en bonne condition. (cdiscount.com, backmarket.com, smartphonerecycle.com , Magic Recycle, Mobilorama).Cela étant, il reste possible que vous n’ayez pas besoin de téléphone portable. Pourquoi dans ce cas ne pas renoncer à l’achat si vous n’en avez pas encore ?

·      Consultez le guide Pour une High tech responsable de Greenpeace avant l’achat ou choisissez un appareil porteur du label écologique allemand Ange Bleu, garant d’une teneur réduite en composés nocifs.

Pour faire durer une batterie plus longtemps, laissez-la se vider complètement au moins une fois par mois. Si possible, ne la rechargez pas avant de voir apparaître le signal de « batterie faible ». Mettez votre téléphone en mode avion pour le recharger plus rapidement et ainsi économiser de l’électricité.
envoyer l'article : Téléphone Portable