Ce site est réalisé avec le soutien financier de l'ADEME et de Fleury Michon Monoprix ADEME - Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie
Partenaires Medias
TF1 Conso Décisions Durables Restauration 21 Up ! La Revue Durable Néo Planète CO2 mon amour Le marché citoyen
Une initiative de
Graines de Changement - agence d’information positive sur le développement durable
Avec la participation de
Utopies © - Agence qui se donne pour charge de promouvoir la responsabilité sociale auprès des entreprises et le développement durable.

Les chiffres de la consommation responsable

Couverture rapport

Édition 2014

L’année 2013 n’a pas dérogé au climat de crise à l’œuvre depuis déjà plusieurs années. Le recul historique du pouvoir d’achat des ménages en 2012 (-0,9% selon l’INSEE) a directement impacté les dépenses de consommation. Quid de la consommation responsable ? Même si les chiffres de vente peinent à décoller, ils ne faiblissent pas. Certains produits responsables arrivent même à tirer leur épingle du jeu par rapport à leurs marchés de référence. Surtout, la crise amène les Français à se tourner vers des modes de consommation alternatifs, à (ré)inventer de nouvelles manières de consommer moins et mieux. D’une part, ils sont plus nombreux à acheter local. Les attentes des consommateurs se concentrent davantage sur l’origine et le lieu de fabrication des produits qu’ils achètent. D’où un regain d’intérêt pour les produits locaux – 80% des Français déclarent en acheter. D’autre part, la consommation collaborative confirme son essor. Pour faire face à la crise ou recréer du lien social, il est clair que ce mode de consommation est davantage privilégié – ¼ des consommateurs a déjà eu recours au covoiturage en tant que passager au cours de l’année 2013. Plus si marginale que ça, la consommation collaborative !

Téléchargez le rapport



Couverture rapport

Édition 2013

Taux de chômage en hausse, multiplication des plans sociaux, pronostics économiques moroses : le marché français peine à sortir de la crise économique... Quel impact cela a-t-il sur la consommation responsable ? Les chiffres ne donnent pas tout à fait tort aux esprits chagrins qui prévoyaient son effondrement sous l’effet des contraintes économiques (l’augmentation des ventes des produits bio et équitables se tasse)… mais par certains aspects, la crise pourrait bien aussi être le coup de pouce du sort que la consommation responsable attendait. Les Français reconsidèrent leurs achats « réflexes » et sont davantage vigilants sur ce qui pourrait leur coûter cher plus tard, via l’impact sur la santé notamment. Il s’organisent aussi pour réduire leurs dépenses et inventent des nouveaux modes de consommation autour de la consommation collaborative (location, troc, don), de l’achat de produits d’occasion et des circuits courts. L’évolution de la règlementation pousse également certains secteurs à s’améliorer, faisant parfois complètement disparaître les produits les moins durables : après les ampoules à incandescence, c’est le cas cette année de l’électroménager (où seules les classes les plus performantes énergiquement, soit A+, A++ et A+++, sont désormais les seules autorisées à la vente) et des produits cosmétiques (la vente de produits testés ou contenant des ingrédients testés sur animaux est désormais interdite en Europe). Et pour enrichir ce panorama, l’édition 2013 accueille trois nouvelles rubriques : les produits pour les personnes souffrant d’allergies et d’intolérances alimentaires, la consommation collaborative et l’auto-partage. Sixième édition de ce rapport devenu une référence sur l’évolution effective des ventes de produits alternatifs et responsables, au-delà des intentions affichées par les consommateurs.

Téléchargez le rapport


Couverture rapport

Édition 2012

A l’inverse des esprits chagrins qui prévoyaient l’effondrement de la consommation responsable sous l’effet des contraintes économiques, de nouvelles habitudes de consommation se sont installées - économies d’énergie, location, produits d’occasion, circuits courts... la crise pourrait bien être le coup de pouce du sort que la consommation responsable attendait. Parallèlement, les menaces sur l’emploi près de chez nous stimulent les circuits courts mais aussi la solidarité envers les producteurs des pays du sud qui veulent eux-aussi vivre de leur travail via le commerce équitable. Enfin, les consommateurs s’organisent pour réduire leurs dépenses et inventent des nouveaux modes de consommation autour de la consommation collaborative (location, troc, don) et de l’achat de produits d’occasion. Résultat: la consommation responsable reste à la hausse malgré la crise. Certes, les consommateurs ont un peu accusé le coup et réduit leurs achats - mais la diffusion des pratiques d’achat responsable compense ce ralentissement de sorte que certains domaines, pourtant en place depuis dix ans (agriculture bio, commerce équitable...), affichent toujours une croissance presque arrogante quand leurs marchés de référence stagnent ou régressent.

Téléchargez le rapport


Couverture rapport

Édition 2010

Après plusieurs années de crise économique mondiale, les marchés commencent doucement à se remettre et les activités (comme la croissance) repartent...
À l’inverse des esprits chagrins qui prévoyaient l’effondrement de la consommation responsable sous l’effet des contraintes économiques, de nouvelles habitudes de consommation se sont installées et même, dans certains domaines, imposées : loi anti-BPA dans les biberons, économies d’énergie, location plutôt qu’achat, recours aux produits d’occasion, préférence aux circuits courts,… En ces temps de disette, les consommateurs préfèrent consommer moins mais utile – et les marques redoublent d’innovations vertes pour les convaincre. Selon le Natural Marketing Institute (NMI), 1 595 nouveaux produits alimentaires ou boissons avec un argument environnemental ou éthique ont ainsi été lancés en France entre 2008 et 2010 (soit 5 fois plus que sur la période 2005-2007) et 12 210 en Europe !
Mais face à cet emballement des entreprises et à la tentation de tout repeindre en vert (ce qu’on appelle le « greenwashing »), les consommateurs sont devenus de plus en plus exigeants et vigilants : 54% des Français ne croient pas les marques lorsqu’elles s’engagent en matière de développement durable, 65% des consommateurs trouvent qu’il y a trop de labels pour les produits durables et 43% ne supportent carrément plus les messages des marques sur l’environnement.

Téléchargez le rapport
Couverture rapport

Édition 2009

Cette troisième édition poursuit les ambitions des années précédentes : rendre visible la progression de la consommation responsable, mettre en évidence le dynamisme des offres et des marchés plus responsables, et comprendre comment cette tendance est affectée par la conjoncture économique actuelle. Au-delà des intentions d’achat affichées par les consommateurs, le rapport mesure les « résultats concrets », c’est-à-dire les chiffres effectifs de ventes des produits et services faisant l’objet d’un cahier des charges environnemental et social. Il donne un aperçu global des progrès sur différents marchés : l’alimentation (produits bio, équitables…) à la maison (électroménagers éco-efficaces, bois certifié, prêts « verts », détergents…) en passant par les transports (vente de voitures propres, transports en commun, etc.), le textile, les produits cosmétiques... Cette année encore, malgré la crise, de nombreux marchés connaissent une croissance à deux voire trois chiffres, en particulier, sur les marchés de l’alimentaire (bio, équitable), des énergies renouvelables et des produits de consommation quotidienne (détergents, cosmétiques, vêtements) boostés par la mise sur le marché de produits nombreux et accessibles. Encouragés par la morosité ambiante, certains modes de consommation plus responsables, qui étaient pressentis fin 2007, se sont confirmés depuis - comme par exemple l’achat de produits d’occasion ou encore de nouveaux modes de consommation de mobilité (auto-partage, vélo-partage).

Téléchargez le rapport
Couverture rapport

Édition 2008

Si le décalage entre les intentions d’achats annoncées par les consommateurs et les parts de marché effectives des offres alternatives reste significatif, la seconde édition de notre rapport « Les chiffres de la consommation responsable » vient confirmer que le potentiel de développement est important : sur tous les marchés considérés, les offres plus respectueuses des personnes et de la planète affichent une croissance à deux chiffres, toujours supérieure à celle de leur marché de référence. Notre intention avec ce rapport est d’aller au-delà des multiples études portant sur les intentions affichées par les consommateurs pour considérer, sur un grand nombre de marchés, l’évolution des chiffres effectifs de ventes des produits et services intégrant une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux. L’objectif est de mettre en évidence le dynamisme de ces offres, de valoriser les opportunités qu’elles portent et de stimuler la prise en compte de cette tendance par les entreprises, les pouvoirs publics... et les consommateurs eux-mêmes. Puisse notre message être entendu en ces temps de « relance verte »...

Téléchargez le rapport


Couverture rapport

Édition 2007

La consommation responsable n’en est qu’à ses débuts et très souvent encore, si les intentions d’achats affichées par les consommateurs sont supérieures à 40%, les parts de marché effectives des offres alternatives ne dépassent pas 4%. Mais le potentiel est important, puisque sur tous les marchés considérés, ces offres plus respectueuses des personnes et de la planète affichent une croissance à deux chiffres, toujours supérieure à celle de leur marché de référence.
C’est pour rendre visible ce phénomène et mieux le comprendre, à l’heure où certains comme l’enseigne Wal-Mart aux Etats-Unis établissent des indices de consommation responsable composés de produits emblématiques de cette tendance, que nous avons conçu la première édition de ce rapport « Les chiffres de la consommation responsable » qui sera publié chaque année. Car on ne progresse bien que sur ce que l’on mesure. Notre intention est d’aller au-delà des multiples études portant sur les déclarations des consommateurs ou sur leurs attitudes pour considérer, sur un grand nombre de marchés, les chiffres effectifs de ventes des produits et services intégrant une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux. L’objectif est de mettre en évidence le dynamisme de ces offres et de stimuler la prise en compte de cette tendance par les entreprises, les pouvoirs publics… et les consommateurs eux-mêmes.
Ce projet s’inscrit dans l’ambition générale du site www.mescoursespourlaplanete.com : accélérer le mouvement vers une consommation plus responsable - en mettant en relief les nouvelles opportunités liées à ce mouvement, en prouvant la viabilité des offres responsables et leur potentiel de généralisation sur des marchés où elles étaient précédemment considérées comme des niches peu intéressantes.

Téléchargez le rapport